Restez connectés avec nous
beIN SPORTS aussi refuse de payer, le PSG parmi les "médiateurs"

Autour du PSG

beIN SPORTS aussi refuse de payer, le PSG parmi les « médiateurs »

Il y a quelques jours, Canal+ a annoncé le refus de payer les 110 millions d’euros prévus le 5 avril pour les droits de diffusion de la Ligue 1. Une décision prise aussi par le groupe beIN SPORTS, qui a fait savoir qu’il ne fera pas son paiement de 42 millions d’euros. Une situation très pénible pour la Ligue de Football Professionnel. Alors, 4 présidents de clubs de Ligue 1, dont le Paris Saint-Germain, ont été désignés pour discuter avec les diffuseurs. C’est ce qu’explique Le Parisien ce jeudi.

« ‘Notre groupe a pris la décision de procéder à la suspension des prochains paiements prévus par notre accord et ce, jusqu’à ce que les championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 puissent reprendre selon un calendrier permettant leur diffusion normale auprès de nos abonnés’, indique dans une lettre Yousef Al-Obaidly, le patron du groupe qatarien, courrier consulté par l’AFP. La chaîne cryptée, elle, ne veut pas payer à cette date les 110 M€ dus.

« cette instance a nommé quatre médiateurs chargés de négocier. »

Le refus de BeIN est intervenu après la réunion téléphonique du bureau de la Ligue de football professionnel, qui centralise les droits audiovisuels. Hier matin, cette instance a nommé quatre médiateurs chargés de négocier avec Canal + une sortie de crise. Nasser Al-Khelaïfi (PSG), Jacques-Henri Eyraud (Marseille), Jean-Pierre Rivère (Nice) et Olivier Sadran (Toulouse) ont ainsi été désignés, sans l’approbation de la présidente, Nathalie Boy de la Tour, qui s’est abstenue. »

Forcément, le fait que les diffuseurs arrête de payer alors que les revenus de la Ligue et des clubs sont déjà largement coupés est un vrai problème. Mais leur position se comprend aussi, puisqu’ils ont aussi beaucoup d’argent qui rentre dans les caisses pendant la période de suspension de la saison 2019-2020. Laquelle devrait encore durer un moment alors qu’il n’y a toujours pas une date claire pour une reprise. Alors il faut quelques décisions fortes pour s’adapter. Cependant, il faut une certaine solidarité et des solutions communes pour limiter les dégâts. Il faut tenir jusqu’à la reprise et que celle-ci permette de se relancer le plus vite possible. Espérons que les discussions amèneront quelque chose de constructif.

Publicités

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG