Restez connectés avec nous
Di Campli revient sur l'arrivée de Verratti au PSG et la tentative de transfert à Barcelone
©Iconsport

Autour du PSG

Di Campli revient sur l’arrivée de Verratti au PSG et la tentative de transfert à Barcelone

Ce mardi soir, le Paris Saint-Germain affronte le FC Barcelone au Camp Nou (coup d’envoi à 21h diffusion sur RMC Sport) en 8e de finale aller de la Ligue des Champions 2020-2021. Un match pour lequel Marco Verratti, milieu parisien de 28 ans, est particulièrement attendu. Pour l’occasion, son ancien agent Donato Di Campli (remplacé en 2017 par Mino Raiola) a été invité par L’Equipe à revenir sur son arrivée à Paris et la discussion pour un transfert au Barça en 2017, en commençant par sa signature en provenance de Pescara.

« Avec ses copains de Pescara, on a dû le convaincre. »

« En 2012, Naples s’était mis d’accord avec les dirigeants, mais Marco a refusé. Même au PSG, il ne voulait pas y aller. Avec ses copains de Pescara, on a dû le convaincre.

Marco avait trouvé un accord avec la Juve – c’était un fan du club –, mais les deux clubs n’ont pas réussi à s’entendre. Le PSG a gagné car il a mis l’argent que voulait Pescara. Il a cru en Marco. La présence de Leonardo a été importante.

« ils ont été sous le charme. »

Il m’a demandé une seule chose, une antenne pour regarder les matches de Pescara ! Deux jours plus tard, ils partent en tournée aux USA. Leonardo m’avait dit qu’il y avait des joueurs importants au milieu. Mais dès qu’ils l’ont vu balle au pied, ils ont été sous le charme. Dans le vestiaire, il a été bien accueilli. Zlatan était le roi et il a vu que Marco était extraordinaire. Il est vite devenu titulaire inamovible. »

Verratti l’a déjà expliqué, il avait une certaine peur autour de ce transfert au PSG. Ce qui peut se comprendre, il était jeune, n’avait pas encore joué en Serie A et devait changer de pays. Cela pour rejoindre une équipe avec une certaine concurrence. L’expérience pourrait être tentante, forcément, et il a d’ailleurs finalement signé, mais une forme d’inquiétude est logique.

Finalement, le Petit Hibou a su passer outre pour se lancer. Peut-être en partie parce que la Juventus Turin peinait à avancer dans sa discussion avec Pescara. On peut penser aussi que le directeur sportif Leonardo a su avoir un bon discours. Le fait d’avoir le grand Carlo Ancelotti comme coach et compatriote a aussi été un argument important. Ils ont d’ailleurs construit une très belle relation. Verratti avait en plus un autre compatriote pour l’aider avec le milieu Thiago Motta, avec qui il a formé un duo particulièrement impressionnant.

De quoi finir s’imposer au PSG et se faire une place parmi les meilleurs. Seulement, tout n’a pas été parfait pour Verratti à Paris malgré l’amour des supporters. Il y a aussi eu des blessures et de grandes déceptions européennes. Ce qui l’a amené à envisager un départ en 2017, avec le Barça qui voulait absolument le recruter. Un épisode sur lequel est revenu Di Campli, lui qui a finalement perdu sa place d’agent de ce joueur avec ce dossier.

« Verratti me dit : ‘OK, on essaie une autre expérience’. »

« Quand le Barça me contacte, je demande à Marco ce qu’on fait. Il me dit de parler avec eux, qu’on parlerait avec le PSG ensuite puisqu’une prolongation était dans les tuyaux. Le PSG n’était pas super à ce moment, je dis à Marco : ‘On part ou on reste ?’ Il me dit : ‘OK, on essaie une autre expérience.’

Le 7 juillet, il dit dans une vidéo qu’il est “heureux à Paris” et prend ses distances ?

Le PSG lui a demandé de le faire. Marco voulait aller à Barcelone. Ils proposaient beaucoup d’argent, mais ce n’était même pas ça. Jouer avec Messi, devenir un champion, qui est une chose différente d’être un grand joueur…

Le PSG est l’un des plus grands clubs du monde mais il évolue dans un Championnat faible. J’ai dit à Marco que, s’il voulait devenir un champion, il devait changer d’air. Ce n’est pas contre le PSG, mais c’est plus facile de le faire au Bayern, au Barça ou au Real. Mais le choix lui appartenait.

« Je suis parti avec une kalachnikov et, à la fin, j’ai terminé avec un pistolet à eau. »

Pourquoi il ne m’a pas suivi ?

Quand il s’est aperçu que ce n’était pas possible, il a eu peur. Il craignait qu’on le bloque sans jouer. Quand il est rentré à Paris pour la reprise, ils lui ont dit : ‘On va prendre Neymar, on va te prolonger, mais tu jettes ton agent.

J’ai dit qu’il était « prisonnier de l’émir », ça a mis le feu aux poudres ?

C’est ça. J’étais en train de forcer pour aller à la rupture, en train de faire la guerre pour le transférer à Barcelone, mais il a reculé. Je suis parti avec une kalachnikov et, à la fin, j’ai terminé avec un pistolet à eau. »

C’est pénible à admettre, mais Verratti a pensé à un départ. Ce que l’on peut aussi comprendre, puisque l’année 2017 a été pénible avec la fameuse remontada. Après plusieurs échecs dont ce dernier particulièrement douloureux, le milieu italien (comme d’autres joueurs) pouvait penser à vivre autre chose. Surtout avec l’appel d’un club comme le Barça. Alors il a fait une tentative. Mais on peut apprécier qu’il n’ait finalement pas fait un forcing malgré l’idée de son agent. Lequel est sans doute allé trop loin en allant dans un conflit public.

Finalement, le PSG a su rassurer Verratti sur la suite du projet et a donc pu demander à ce que Di Campli perde sa place. C’était le risque à s’opposer ainsi au club parisien. Et on a le sentiment qu’il n’a pas l’intention d’avoir le moindre regret. La situation est plus simple aujourd’hui avec Mino Raiola, qui ne prend pas la parole pour critiquer ouvertement le PSG ou la Ligue 1. Et depuis, l’Italien a retrouvé le bonheur à Paris et a même prolongé il y a un peu plus d’un an jusqu’en 2024.

Retrouvez ici notre Podcast « PSG – Nice, le positif et l’inquiétant avant le 8e de finale aller contre Barcelone. »

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Vidéos PSG

Autres articles présents dans Autour du PSG