Restez connectés avec nous

Autour du PSG

Duluc « Il n’y a pas que Neymar qui manque au PSG.»

Dans son édito du jour pour le quotidien L’Équipe, le journaliste Vincent Duluc s’est penché sur les récentes prestations du Paris Saint-Germain, dont la défaite hier contre le Stade Rennais (2-1). Avec justesse et en s’appuyant sur la série de mauvais résultats du club, il dresse un constat inquiétant et cible un possible responsable : Thomas Tuchel.

« Le PSG a pris de l’avance sur son futur prévisible : le voila redevenu, grâce à sa défaite, un sujet plus important que le prochain épisode Neymar. Tuchel avait presque disparu du feuilleton, mais le revoilà, en première ligne, son image rendue floue par l’échec en Ligue des Champions, par une fin de saison qui avait vu le vernis se craqueler sous l’agacement de la défaite, et par l’apparition d’une incarnation de l’autorité, mais pas la sienne. Leonardo ne l’a pas choisi. A court, moyen ou long terme (traduction à l’échelle du foot : dans trois, six ou neuf mois), il pourrait avoir une autre idée du nom de l’entraîneur dont le PSG a besoin.

Seulement 6 victoires sur leurs 13 derniers matchs de Ligue 1.

La soirée d’hier aurait dû souligner un acquis, quelque chose qui ressemble à une signature. Mais la continuité des performances du PSG, en Ligue 1, est devenue un défaut. Car les parisiens ont seulement remporté 6 de leurs 13 derniers matchs de Ligue 1, et ils ont subi leur 5ème défaite, hier soir, au cœur de cette série. On s’est souvenu, alors, que ce qui définit les grandes équipes n’est pas seulement la qualité du jeu mais le refus de la défaite, quand les équipes moyennes confondent l’énervement avec la révolte. Le PSG est entre ces deux eaux depuis quelques mois. Il n’y a pas que Neymar qui manque à son jeu. »

Neymar manque logiquement, mais le PSG doit pouvoir jouer sans lui.

Vincent Duluc dresse un constat alarmant mais ô combien réaliste sur ce PSG. On ne peut pas justifier les récentes contre-performances par la simple absence de Neymar. Cette équipe, même bousculée ou menée au score, devrait être capable de poser son jeu et de renverser la situation. Au lieu de ça, les joueurs montrent de l’agacement et de la fébrilité, à l’image de leur entraîneur, qui ne cache plus son inquiétude et son manque de solutions.

Les adversaires n’hésitent plus à venir presser très haut les Parisiens, quand avant ils se contentaient d’attendre dans leur moitié de terrain. Effectivement l’absence de Neymar, qui débloquaient les situations et assurait la transition entre les milieux et les avants, est un problème. Mais comment expliquer alors le déchet dans le jeu hier, ou encore la passivité de certains ? La préparation physique un peu chahutée par blessures et compétitions internationales joue, mais ne fait pas tout.

Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions ou pour remettre en cause le travail de Tuchel. Mais si le manque de résultats et de fond de jeu venait à perdurer, le directeur sportif Leonardo devra se poser les  bonnes questions. Et certains entraîneurs de renom sont libres de tout contrat (José Mourinho ou Massimiliano Allegri par exemple).

Publicités

Vidéos football

 

Articles récents

Autres articles présents dans Autour du PSG