Restez connectés avec nous
Kevin Trapp, le meilleur atout de Chelsea face au PSG, selon Bruno Roger-Petit

Autour du PSG

Kevin Trapp, le meilleur atout de Chelsea face au PSG, selon Bruno Roger-Petit

Alors que l’histoire du Paris-Saint-Germain en 1/8ième de finale de la ligue des champions semble vouloir  se répéter (Chelsea désigné comme adversaire par le tirage au sort réalisé ce jour) et que le gardien de la garde parisienne a commis une nouvelle bourde (la cinquième depuis le début de la saison) dans le match victorieux de dimanche dernier contre l’Olympique Lyonnais (5-1), le journaliste Bruno Roger-Petit estime sur son blog que le portier rouge et bleu pourrait bien être, malgré lui, le meilleur espoir de la formation du Special One.

« On devine que les commentaires vont se concentrer sur le rapport des forces en présence. Chelsea 2016, qui se traine en Premier league, est-il moins fort que le Chelsea 2015, voire 2014 ? Et le PSG, est-il plus assuré que l’an passé ou pas ? Les Blues sont-ils en capacité mentale de rivaliser avec un PSG qui plane au-dessus de la Ligue 1 ? Ibrahimovic est-il meilleur que Diego Costa ? Di Maria que Hazard ? Bref, dans les semaines qui viennent, les analystes de rapport de forces en présence n’ont pas fini de disserter sur le remake PSG-Chelsea de Ligue des Champions.

Osons-ici émettre une pensée sacrilège : il se pourrait que le déluge de pré-commentaires ne soit guère en phase avec le réel enjeu du duel à venir. En vérité, on connait déjà la clé de la bataille, qui décidera du sort de l’affrontement : on veut ici parler de Kevin Trapp.

Ironie de l’histoire, le gardien parisien s’est rappelé au bon souvenir de ses détracteurs ce dimanche, lors du triomphe parisien en Ligue face à l’OL du malheureux Jean-Michel Aulas (5-1). Le portier parisien a encore commis l’une des ses bourdes qui le font peu à peu entrer dans la grande galerie des gardiens maudits du PSG, belle galerie ouverte en 1978 avec Daniel Bernard. Revault. Landreau. Apoula Edel. Trapp est en train de mettre ses pas dans les pas de ses pairs. L’échec du transfert est déjà acté.

Contre Lyon, une nouvelle fois, Trapp a failli, encaissant l’un de ces buts ridicules dont il a le secret. Après la double bourde contre Bordeaux, et celle de Madrid, cela commence à faire beaucoup. Et dire que l’on reprochait à Sirigu de ne pas avoir eu la main ferme sur un tir à bout portant contre Barcelone ! Mais alors que dire de Trapp sur le tir de Ferri ? Et de la plaidoirie peut convaincante de Laurent Blanc : « Il est à l’image de notre équipe : quand il est très concentré, il est très bon, et quand il ne l’est pas ou moins, il lui arrive de faire des erreurs » ?

Sauf que le PSG, compte tenu de ses ambitions, n’a pas le droit d’être tributaire des sauts de concentration d’un gardien de but, quand bien même il est le chouchou de Laurent Blanc. L’entraineur du PSG est même au bord de la faute professionnelle en intégrant cette idée comme si elle était somme toute normale. Dira-t-il la même chose si Trapp se troue de manière hallucinante dans une prolongation décisive contre Chelsea ? A la fin des fins, il faut bien livrer la vérité : le meilleur atout de Mourinho dans ce nouveau face à face PSG-Chelsea, c’est le gardien parisien, Kevin Trapp. Et c’est tragique. »

Un constat froid et sans appel de la part du chroniqueur sportif.

Force est de reconnaître, qu’en dépit de quelques arrêts de grande classe, le réel niveau du jeune gardien allemand semble encore poser question.

La multiplication des erreurs ne contribue sans doute pas à rassurer sa défense et encore moins les supporters franciliens (voir les ovations moqueuses du Parc des Princes qui ont suivi les deux interventions post-boulettes).

L’intervention de Bruno Roger-Petit est sans doute révélateur du scepticisme ambiant qui commence à poindre dans l’esprit de nombreux observateurs, à tel point qu’il est possible de se demander si ce recrutement pourrait être finalement considéré comme une erreur de casting.

Les plus mauvaises langues pourraient même considérer que le rôle idéal pour Kevin Trapp serait dans un éventuel remake du film le Triporteur en lieu et place du regretté Darry Cowl.

Plus sérieusement, il est clair qu’une certaine inquiétude commence à se faire ressentir, d’autant plus que les envies de départ de sa doublure de luxe, Salvatore Sirigu, au mercato d’hiver semblent se préciser.

En cas de départ, il ne resterait donc plus que Nicolas Douchez (35 ans) pour suppléer les éventuels errements de la doublure internationale de Manuel Neuer.

Cette perspective pourrait apparaître pour le moins préoccupante, surtout au regard des objectifs élevés fixés par la direction qataris en début de saison, notamment en Ligue des Champions (demi-finale minimum visée).

Il ne reste donc plus qu’à espérer que ces erreurs ne soient que passagères et qu’elles pourront permettre au portier allemand d’acquérir l’expérience nécessaire pour briller lors des phases finales de la plus prestigieuse des compétitions européennes.

Maintenant, il ne faut pas oublier que Trapp vit un grand changement dans sa vie et sa carrière. Comme tous les joueurs, il faut un temps d’adaptation. Ses erreurs sont remarquables, mais il faut peu de patience et ne pas oublier ce qu’il a réussi, comme ses arrêts décisifs face à Marseille, Angers ou Malmö. Bien sûr, cet argument ne peut couvrir des erreurs toute la saison et il est temps que Trapp arrête les boulettes.

Un peu comme Blanc, il sera notamment jugé pour son parcours européen. Il a 2 mois pour finir son adaptation, prendre confiance et arriver au mieux dans les grands matchs européens. Sinon, Alphonse Aréola revient de prêt l’été prochain et pourrait être une alternative intéressante.

 

 

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG