Restez connectés avec nous

Autour du PSG

La personnalité de Zlatan Ibrahimovic manque au PSG, explique Riolo

Daniel Riolo

Le Paris Saint-Germain connait une fin d’exercice 2018-2019 plutôt délicate : avec la déception en Ligue des Champions et la perte de la Coupe de France, le mental n’est plus au rendez-vous et cela parait pour le moins anarchique. Sur les ondes de RMC, Daniel Riolo y est allé de son avis à ce sujet. Et pour le journaliste c’est dans le vestiaire que cela ne va pas. S’il l’a souvent décrié quand il portait la tunique du club parisien, un homme manque malgré tout selon lui : Zlatan Ibrahimovic. 

« Au Paris Saint-Germain, le moment où le vestiaire a été le plus tenu, c’est quand Ibra était là. Avec les limites qu’il avait dans les matches de très haut niveau. Mais durant cette période-là, Paris avançait en Ligue des champions, au moins jusqu’au crash contre Manchester City. Et cela grâce à l’autorité naturelle qu’il avait et aux deux ou trois tartes qu’il arrivait à distribuer aux petits jeunes qui gangrenaient le vestiaire. Aujourd’hui plus personne ne le fait et les clans se superposent à l’intérieur du vestiaire, les Brésiliens, les jeunes français, les autres qui naviguent », a expliqué Riolo dans L’After Foot.

Ne pas fantasmer le vestiaire du PSG…

Si on peut critiquer Zlatan Ibrahimovic sur beaucoup d’aspects, on ne peut nier que le géant suédois possédait une vraie rigueur de champion et la mentalité qui va avec. De fait, avoir quelqu’un comme ça dans son vestiaire est forcément une bonne chose. Son départ a clairement laissé un vide à ce niveau-là, car le PSG n’a pas retrouvé ce charisme et cette prestance chez ceux qui lui ont succédé dans ce rôle de leader.

Maintenant, ce que décrit ici Riolo n’est pas une exception au Paris Saint-Germain. Chaque vestiaire se trouve divisé entre plusieurs factions de joueurs. L’important, c’est qu’une âme d’équipe relie ces factions. Au final, il ne faut pas tomber dans l’exagération comme tente de le faire ici Riolo : le vestiaire parisien n’est pas aussi anarchique que cela. Il y a des leaders avec une vraie présence. Et on est loin d’une ambiance tendue. Le tout, c’est que cela se traduise sur le terrain en Ligue des Champions, ce qui n’a pas été le cas cette saison. Ce n’est pas un souci tout simple qui se règle avec une personne. C’est le comportement de tout un club qui compte. Et là aussi il y avait des ratés quand Zlatan était au PSG.

Publicités

Vidéos football

 

Articles récents

Autres articles présents dans Autour du PSG