Restez connectés avec nous
Manquements du PSG, offre du Barça et mentalité du joueur, Hutteau analyse l'épineux cas Adrien Rabiot

Autour du PSG

Manquements du PSG, offre du Barça et mentalité du joueur, Hutteau analyse l’épineux cas Adrien Rabiot

Le torchon brûle entre Adrien Rabiot, milieu de 23 ans, et son club formateur du Paris Saint-Germain. Il semblerait même qu’il soit sur le point de se consumer, si cela n’est pas déjà fait. Un feuilleton qui n’a que trop duré et qui devrait rapidement arriver à son terme. Pour Eurosport, où il tient une chronique régulière, l’agent français, Christophe Hutteau, a tenté d’analyser le dossier du natif de Saint-Maurice. Il pointe ainsi du doigt les manquements criants qui ont été ceux du club de la capitale tout en revenant sur la démarche du titi francilien. Hutteau en profite également pour lancer une petite bombe sur le FC Barcelone. 

En fin de contrat en juin prochain, Adrien Rabiot peut, depuis le 1er janvier, ouvrir des pourparlers avec le club de son choix afin de peindre les contours d’un futur bail qu’il pourra signer en juillet. Une situation dans laquelle le PSG se retrouve impuissant et à la merci de la décision de son élément. Cela est une véritable faute professionnelle aux yeux de Christophe Hutteau, surtout quand on sait que l’UEFA, par le biais de son Fair-Play Financier, ne compte pas laisser tranquille l’écurie francilienne de sitôt.

“Le PSG s’est montré très mauvais dans la gestion du cas Rabiot depuis de longs mois. Il n’est pas logique qu’un garçon de cette qualité, de cet âge, de ce potentiel, puisse se retrouver libre dans six mois. C’est une hérésie économique. Donc quelque part, il y a eu un problème. Aujourd’hui, le constat est clair, Adrien Rabiot vaut zéro euros. Il peut aujourd’hui signer en faveur de Barcelone ou d’un autre club pour zéro euros et le rejoindre en juillet. Au vu de la situation du PSG face au fair-play financier, c’est une vraie catastrophe économique.”

Le board parisien a reçu une offre cet été !

Cette erreur est d’autant plus grande que Christophe Hutteau affirme que, d’après ses sources, les décideurs du club de la capitale ont reçu une proposition de la part du FC Barcelone cet été. À un an de la fin du contrat d’Adrien Rabiot, repousser une telle opportunité reste difficilement compréhensible.

“Le Barça a fait une offre, si j’en crois mes informateurs, de 40 millions d’euros. Antero Henrique prétend qu’elle était ridicule. Si réellement l’offre de 40 millions d’euros est arrivée sur le bureau du PSG, compte tenu de la situation du PSG vis-à-vis du fair-play financier, c’est une hérésie. Si je suis président ou propriétaire du club, nul doute que j’aurais du mal à avaler la pilule.“

Enfin, si beaucoup s’amuse en dépeignant Adrien Rabiot comme le fils à sa maman, en l’occurrence Véronique Rabiot qui est son agent attitrée, Christophe Hutteau vient démonter cette idée reçue.

« Rabiot n’est pas téléguidé, n’est pas manipulé par sa mère ou son entourage. »

“Contrairement à ce que tout le monde imagine, Adrien Rabiot n’est pas téléguidé, n’est pas manipulé par sa mère ou son entourage. C’est un garçon qui a beaucoup de caractère, qui a une certaine vision de la vie, du football, du milieu du football et rien ni personne ne pourra le faire évoluer. Le PSG était convaincu qu’a un moment donné, parce que c’est un peu le chouchou de Nasser Al-Khelaïfi, Adrien Rabiot allait accepter les offres de prolongation de contrat qu’il a reçu. Le problème c’est que les propositions, aussi importantes soient-elles, n’étaient pas à la hauteur de ce qu’imaginait Rabiot, peut-être pas d’un point de vue financier, mais c’est aussi une façon de le considérer et de le respecter et peut-être que lui ne s’est pas senti considéré comme la plupart de ses coéquipiers”, a expliqué Christophe Hutteau.

Des torts partagés.

Intéressante chronique de la part de Christophe Hutteau qui met bien en avant différentes facettes de ce dossier qui est loin d’être si facile ou si manichéen que certaines personnes veulent le penser. L’agent prend ici le parti de tenter d’expliquer l’agissement de Rabiot tout en mettant en exergue les grossières erreurs du Paris Saint-Germain. Là où il a raison, c’est que Paris n’aurait jamais dû se trouver dans cette situation. Le milieu est en position de force et les Parisiens ne peuvent que subir. Or, c’est le club qui devrait toujours avoir la main mise sur ce genre de cas et non l’élément en question.

Une fois qu’on a dit cela, nous ne sommes pas dans les coulisses et difficile de réellement savoir ce qui s’y passe. Si le PSG a vraiment repoussé une offre des Catalans cet été, on a du mal à imaginer que les dirigeants n’ont pas demandé un minimum de garantis à Adrien Rabiot. Sinon, cela signifierait qu’ils auraient, tout ce temps, navigué en eaux troubles et cela, oui, c’est une faute professionnelle qu’un grand club ne doit en aucune manière commettre. Après, le football reste un sport particulier et le Paris Saint-Germain ne serait pas le premier club à se faire avoir de la sorte. Cependant, il est vrai qu’avec le contexte du Fair-play financier, cela tombe plus que mal

Publicités

Vidéos Football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG