Restez connectés avec nous
Mènes confirme: Di Maria au PSG «c’est une mauvaise idée»

Autour du PSG

Ménès : « Ancelotti est un bétonneur »

Pierre Ménès, consultant pour le Canal Football Club, est revenu sur la rencontre de dimanche soir opposant le PSG à Montpellier via son blog personnel. Pour l’ancien chroniqueur de 100% Foot, le PSG version Ancelotti, joue trop défensif.

« Riche dimanche de Ligue 1 hier, avec en particulier ce match au sommet attendu entre Paris et Montpellier, qui a accouché d’un résultat spectaculaire et de deux fins de mi-temps haletantes. Si on veut faire court et clair, on dira que si une équipe méritait de l’emporter plus que l’autre, c’est bien Montpellier. Emmené par un super Belhanda, le MHSC a clairement dominé le PSG. Comme l’expliquait à la fin du match le très intéressant Bedimo, les Héraultais ont très bien su alterner les temps forts et les périodes de récupération. Et si Paris a finalement marqué deux buts à des Montpelliérains qui n’en avaient encaissé aucun en 2012, c’est par la grâce d’un coup-franc extraordinaire de puissance d’Alex et d’un exploit – le seul du match, mais quel exploit ! – de Ménez. Alors c’est vrai : le palmarès de Carlo Ancelotti est incontestable. Maintenant, ce que j’avais annoncé à son arrivée se révèle tout aussi incontestable : l’Italien est un bétonneur, qui joue avec 7 joueurs à vocation défensive à la maison. J’ai suffisamment fustigé sur ce blog des équipes comme Toulouse ou le Lille puis le Lyon de Puel pour ne pas le faire avec Ancelotti sous prétexte qu’il est un coach reconnu. Propre, élégant mais… vicelard. Qu’aurait-on entendu s’il s’était agi d’un entraîneur français ? « Ouais, c’est frileux, c’est défensif… » Je suis désolé, mais le PSG de Kombouaré était beaucoup plus agréable à voir jouer. Et l’entraîneur kanak n’avait ni Alex, ni Maxwell – assez bons tous les deux – ni Thiago Motta. En parlant de l’Italo-Brésilien, les plus perspicaces d’entre vous auront sans doute remarqué ses petits coups en douce et sa présence en première ligne à chaque échauffourée. Il était déjà comme ça au Barça et à l’Inter : quand il a le ballon, Thiago Motta est un joueur propre et élégant. Quand il ne l’a pas, il est plutôt du genre vicelard. Bref, ce qui est sûr c’est qu’il est anormal que Paris se fasse trimballer à domicile par une équipe composée de 80% de joueurs formés au club et avec un budget presque cinq fois inférieur… »

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG