Autour du PSG

Ménès « Sur le plan tactique, Emery a donné une fessée à Luis Enrique…il a fait les bons choix »

Publie le 17/02/2017 a 11:00



  • Mardi soir, le Paris Saint-Germain a impressionné le monde du football en terrassant le FC Barcelone 4-0 en 8e de finale aller de Ligue des Champions. De quoi attirer des éloges de presque tous les joueurs, entraineurs et journalistes. Même ceux parmi ces derniers qui ont critiqué l’entraîneur Unai Emery depuis son arrivée dans la capitale et ne croyait pas en lui ont été contraints de souligner ses qualités. C’est cette fois Pierre Menès, journaliste de Canal+, qui avoue s’est trompé au sujet de l’Espagnol dans sa chronique sur Direct Matin. Cela avec le titre suivant : « Emery, je dis oui! »

    « J’imagine certains lire mon titre et se dire «il est pas gonflé le Pierrot, il y a deux semaines il massacrait Emery et là il lui fait une statue.» C’est pas faux.

    Mais c’est toute la cruauté du foot où tout se joue sur un match. Laurent Blanc en sait quelque chose lui qui a pris la porte après son échec à Manchester City et son fameux 3-5-2. Emery vient de vivre la même chose. Mais dans le bon sens.

    Le Basque, fort de ses trois victoires consécutives en Europa League avec le FC Séville, a signé à Paris pour faire franchir un cap au club en Ligue des Champions. Depuis mercredi soir, on peut dire qu’il est plus que sur la bonne voie.

    Ligue 1 - Emery et 3 joueurs du PSG dans le onze-type de L'Equipe

    Emery a amené des choses au PSG qu’il n’avait pas les années précédentes.

    Ce que j’ai adoré lors de ce match contre Barcelone, c’est cette faculté qu’a eu le PSG à changer sa tactique. Sous Laurent Blanc, le PSG s’imposait par son style ou échouait avec ses idées.

    Là, le Paris version Emery a proposé aux Catalans, une opposition à laquelle ils ne s’attendaient pas. Pas de bagarre pour la possession. Paris s’est concentré sur le pressing, sur sa capacité à récupérer le ballon dans le camp barcelonais comme sur le but de Draxler. Le Barça a été étouffé. Les esprits chagrins feront remarquer qu’on a rarement vu cette équipe évoluer à un niveau aussi faible. Mais je suis convaincu que la prestation parisienne y est pour beaucoup.

    On pourrait presque dire que Paris a joué «à la monégasque», se concentrant sur la récupération de la balle et sur sa capacité à exploser vers l’avant avec une vitesse d’exécution qu’on a très rarement vu au PSG.

    Sur le plan tactique, Emery a donc donné une fessée à Luis Enrique, qui pourrait ne pas se relever de cet échec. Mais Emery a aussi fait les bons choix. En préférant Meunier, qui ne cesse de progresser, à Aurier et Kurzawa à Maxwell. Et surtout en sortant Lucas, le joueur qu’il a le plus utilisé cette saison, pour lui préférer Di Maria.

    L’Argentin, si décevant en 2016 avait montré quelques signes d’amélioration depuis le début de l’année aiguillonné par la concurrence de Draxler. Contre le Barça, il a su hisser son niveau de jeu à des sommets jamais atteints depuis qu’il est à Paris. Deux buts sublimes, une super participation au jeu. Bien vu Emery. »

    Les « spécialistes » doutaient du coach parisien, ce match est une très belle réponse.

    Ces derniers mois, des supporters et « spécialistes », dont Pierre Ménès, ont affirmé qu’Emery faisait des choix un peu au hasard et qu’il n’apportait rien au PSG. La faute à des prestations décevantes et des défaites regrettables. On ne peut pas nier qu’il y a eu des mauvais matchs. Mais il s’agissait de mettre en place une autre philosophie de jeu et tactique. Ce qui ne se fait pas en quelques semaines. Surtout qu’il y a quelques grandes modifications (sans oublier le départ de Zlatan Ibrahimovic, attaquant de 35 ans).

    Emery l’a répété plusieurs fois, mais beaucoup n’écoutaient pas ou n’avaient pas confiance: la progression de l’équipe est un processus. Les choses ne se mettent pas en place du jour au lendemain. On sentait le début d’une grande montée en puissance en décembre dernier et les deux premiers mois de l’année 2017 la confirment, avec ce match contre le Barça en chef d’oeuvre.

    PSGLorient - Trapp la meilleure réponse qu'on pouvait donner

    La performance de Trapp est l’une des preuves que la gestion d’Emery peut fonctionner.

    On note aussi que la gestion des joueurs ne semblent pas aussi catastrophique que ce que l’on pouvait lire et entendre. On pense notamment à la concurrence entre les gardiens. Ce choix qui était tant décrié et devait causer la chute des portiers parisiens. Finalement, Kevin Trapp a livré une prestation de très haut niveau contre le Barça. Et Di Maria, qui était annoncé comme presque fini, est l’un des grands hommes du mois de février et de ce match. Il a lui-même avoué l’une des clefs de ce retour en forme récemment : il a assimilé ce qu’Emery attend de lui.

    Maintenant, si le coach parisien a prouvé qu’il a des connaissances et du savoir faire, il reste à prouver sur la durée qu’il fait partie des meilleurs.

    Il faut que Paris soit régulier et réussise d’autres grandes soirées.

    « On va surveiller désormais le comportement du PSG en Ligue 1 où il est souvent branché sur courant alternatif. Cette immense performance européenne va-t-elle confirmer cette tendance ou au contraire donner une force nouvelle au jeu parisien ? Désormais je peux le dire, je fais confiance à l’entraîneur pour mener cette mission à bien.

    On va me dire que je retourne ma veste. Je répondrai que c’est Emery qui m’a pris sur ses genoux (il peut aujourd’hui) et me l’a retournée lui-même. »

    Le PSG a 3 points de retard sur l’AS Monaco en Ligue 1 à cause de la logique phase de transition due à un changement d’entraîneur, mais aussi par la faute d’une irrégularité. Depuis le début de saison, Paris a du mal à afficher un visage convaincant durant toute une rencontre, comme d’un match à l’autre. Il y a du mieux depuis quelques semaines.

    Si on ne peut pas demander au PSG d’être toujours aussi fort que mardi soir, il doit avoir une certaine stabilité au haut niveau. C’est ce qu’il faudra pour aller chercher le titre. Emery a prouvé qu’il peut amener son équipe à faire de très grandes performances. Il faut maintenant de la haute qualité sur la durée pour avoir sa place parmi les meilleurs.

    Publie le 17/02/2017 a 11:00

    Ménès « Sur le plan tactique, Emery a donné une fessée à Luis Enrique…il a fait les bons choix »

    Mardi soir, le Paris Saint-Germain a impressionné le monde du football en terrassant le FC Barcelone 4-0 en 8e de finale aller de Ligue des Champions. De quoi attirer des éloges de presque tous les joueurs, entraineurs et journalistes. Même ceux parmi ces derniers qui ont critiqué l’entraîneur Unai Emery depuis son arrivée dans la capitale et ne croyait pas en lui ont été contraints de souligner ses qualités. C’est cette fois Pierre Menès, journaliste de Canal+, qui avoue s’est trompé au sujet de l’Espagnol dans sa chronique sur Direct Matin. Cela avec le titre suivant : « Emery, je dis oui! »

    « J’imagine certains lire mon titre et se dire «il est pas gonflé le Pierrot, il y a deux semaines il massacrait Emery et là il lui fait une statue.» C’est pas faux.

    Mais c’est toute la cruauté du foot où tout se joue sur un match. Laurent Blanc en sait quelque chose lui qui a pris la porte après son échec à Manchester City et son fameux 3-5-2. Emery vient de vivre la même chose. Mais dans le bon sens.

    Le Basque, fort de ses trois victoires consécutives en Europa League avec le FC Séville, a signé à Paris pour faire franchir un cap au club en Ligue des Champions. Depuis mercredi soir, on peut dire qu’il est plus que sur la bonne voie.

    Ligue 1 - Emery et 3 joueurs du PSG dans le onze-type de L'Equipe

    Emery a amené des choses au PSG qu’il n’avait pas les années précédentes.

    Ce que j’ai adoré lors de ce match contre Barcelone, c’est cette faculté qu’a eu le PSG à changer sa tactique. Sous Laurent Blanc, le PSG s’imposait par son style ou échouait avec ses idées.

    Là, le Paris version Emery a proposé aux Catalans, une opposition à laquelle ils ne s’attendaient pas. Pas de bagarre pour la possession. Paris s’est concentré sur le pressing, sur sa capacité à récupérer le ballon dans le camp barcelonais comme sur le but de Draxler. Le Barça a été étouffé. Les esprits chagrins feront remarquer qu’on a rarement vu cette équipe évoluer à un niveau aussi faible. Mais je suis convaincu que la prestation parisienne y est pour beaucoup.

    On pourrait presque dire que Paris a joué «à la monégasque», se concentrant sur la récupération de la balle et sur sa capacité à exploser vers l’avant avec une vitesse d’exécution qu’on a très rarement vu au PSG.

    Sur le plan tactique, Emery a donc donné une fessée à Luis Enrique, qui pourrait ne pas se relever de cet échec. Mais Emery a aussi fait les bons choix. En préférant Meunier, qui ne cesse de progresser, à Aurier et Kurzawa à Maxwell. Et surtout en sortant Lucas, le joueur qu’il a le plus utilisé cette saison, pour lui préférer Di Maria.

    L’Argentin, si décevant en 2016 avait montré quelques signes d’amélioration depuis le début de l’année aiguillonné par la concurrence de Draxler. Contre le Barça, il a su hisser son niveau de jeu à des sommets jamais atteints depuis qu’il est à Paris. Deux buts sublimes, une super participation au jeu. Bien vu Emery. »

    Les « spécialistes » doutaient du coach parisien, ce match est une très belle réponse.

    Ces derniers mois, des supporters et « spécialistes », dont Pierre Ménès, ont affirmé qu’Emery faisait des choix un peu au hasard et qu’il n’apportait rien au PSG. La faute à des prestations décevantes et des défaites regrettables. On ne peut pas nier qu’il y a eu des mauvais matchs. Mais il s’agissait de mettre en place une autre philosophie de jeu et tactique. Ce qui ne se fait pas en quelques semaines. Surtout qu’il y a quelques grandes modifications (sans oublier le départ de Zlatan Ibrahimovic, attaquant de 35 ans).

    Emery l’a répété plusieurs fois, mais beaucoup n’écoutaient pas ou n’avaient pas confiance: la progression de l’équipe est un processus. Les choses ne se mettent pas en place du jour au lendemain. On sentait le début d’une grande montée en puissance en décembre dernier et les deux premiers mois de l’année 2017 la confirment, avec ce match contre le Barça en chef d’oeuvre.

    PSGLorient - Trapp la meilleure réponse qu'on pouvait donner

    La performance de Trapp est l’une des preuves que la gestion d’Emery peut fonctionner.

    On note aussi que la gestion des joueurs ne semblent pas aussi catastrophique que ce que l’on pouvait lire et entendre. On pense notamment à la concurrence entre les gardiens. Ce choix qui était tant décrié et devait causer la chute des portiers parisiens. Finalement, Kevin Trapp a livré une prestation de très haut niveau contre le Barça. Et Di Maria, qui était annoncé comme presque fini, est l’un des grands hommes du mois de février et de ce match. Il a lui-même avoué l’une des clefs de ce retour en forme récemment : il a assimilé ce qu’Emery attend de lui.

    Maintenant, si le coach parisien a prouvé qu’il a des connaissances et du savoir faire, il reste à prouver sur la durée qu’il fait partie des meilleurs.

    Il faut que Paris soit régulier et réussise d’autres grandes soirées.

    « On va surveiller désormais le comportement du PSG en Ligue 1 où il est souvent branché sur courant alternatif. Cette immense performance européenne va-t-elle confirmer cette tendance ou au contraire donner une force nouvelle au jeu parisien ? Désormais je peux le dire, je fais confiance à l’entraîneur pour mener cette mission à bien.

    On va me dire que je retourne ma veste. Je répondrai que c’est Emery qui m’a pris sur ses genoux (il peut aujourd’hui) et me l’a retournée lui-même. »

    Le PSG a 3 points de retard sur l’AS Monaco en Ligue 1 à cause de la logique phase de transition due à un changement d’entraîneur, mais aussi par la faute d’une irrégularité. Depuis le début de saison, Paris a du mal à afficher un visage convaincant durant toute une rencontre, comme d’un match à l’autre. Il y a du mieux depuis quelques semaines.

    Si on ne peut pas demander au PSG d’être toujours aussi fort que mardi soir, il doit avoir une certaine stabilité au haut niveau. C’est ce qu’il faudra pour aller chercher le titre. Emery a prouvé qu’il peut amener son équipe à faire de très grandes performances. Il faut maintenant de la haute qualité sur la durée pour avoir sa place parmi les meilleurs.




  • Tags de l'article : , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • atshua

      Il n’y a que les TDC qui ne changent pas d’avis. Le retournement de veste, ça on commence en avoir l’habitude.

      • jerm1

        Je comprends pas on peut quand même dire que emery fait du bon boulot même si il a fait des truc très bizarre en début de saison.

        Moi je pense qu’il fait du bon travail et qu’il a fait beaucoup d erreur dans la gestion des joueurs en début de saison.

        Sont choix des hommes est à été curieux plus d une fois un lucas qui a fait toute les match depuis le début de saison est pour moi assez choquant.

        Après je l’aime bien le emery faut lui donner se qui lui apportien à gloire sur se match

    • GoHardLikePutin

      Je rappelle cependant que di maria pendant 2 mois lan dernier avaient ete exceptionnels donc dire un niveau jamais atteint juste parce quil marque 2 buts LOL c pas la premiere fois quill joue comme cz au psg c juste que vous avez la.memoire courte

      • Adrotitanique

        A mais tu esla toi !!!!!!???? Alors comme ca on allait se prendre une raclee contre le BARCA ??? Mdr

        • Cédric

          Excellent ! Cest ce que j’allais écrire

          • Adrotitanique

            J ai meme pas screener ses messages tellement CT vide de sens.

            • Cédric

              👍- ce n’est pas un supporter

    • eafoot

      L’essentiel est de ne pas rester sur ses positions et de faire l’autruche.
      Très bien Pierrot !

    • Adrotitanique

      Il a pas tort .

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    LDC - Le PSG condamné par l'UEFA à payer 40 000 euros à cause de ses retards

    LDC – Le PSG condamné par l’UEFA à payer 40 000 euros à cause de ses retards

    Club

    Ce jeudi se réunissait la Commission de discipline de l’UEFA à Nyon (en Suisse). Il était ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    NicolasBa mis à jour un post"Anderlecht/PSG - Mbappé "c'est vrai que des fois on gère un peu trop""
    4 days ago
    NicolasBa mis à jour un post"Anderlecht/PSG - Mbappé "c'est vrai que des fois on gère un peu trop""
    4 days ago

    Actualité Féminine

    Robert Malm Si le PSG me fait une proposition, je réfléchirais

    Robert Malm « Si le PSG me fait une proposition, je réfléchirais »

    Actu Féminin

    Hier, RMC Sport a indiqué que le Paris Saint-Germain pense à proposer le poste de directeur sportif ...

    Vidéos PSG

    Ménès « Sur le plan tactique, Emery a donné une fessée à Luis Enrique…il a fait les bons choix »

    <Autour du PSG

    Mardi soir, le Paris Saint-Germain a impressionné le monde du football en terrassant le FC Barcelone 4-0 en 8e de finale aller de Ligue des Champions. De quoi attirer des éloges de presque tous les joueurs, entraineurs et journalistes. Même ceux parmi ces derniers qui ont critiqué l’entraîneur Unai Emery depuis son arrivée dans la capitale et ne croyait pas en lui ont été contraints de souligner ses qualités. C’est cette fois Pierre Menès, journaliste de Canal+, qui avoue s’est trompé au sujet de l’Espagnol dans sa chronique sur Direct Matin. Cela avec le titre suivant : « Emery, je dis oui! »

    « J’imagine certains lire mon titre et se dire «il est pas gonflé le Pierrot, il y a deux semaines il massacrait Emery et là il lui fait une statue.» C’est pas faux.

    Mais c’est toute la cruauté du foot où tout se joue sur un match. Laurent Blanc en sait quelque chose lui qui a pris la porte après son échec à Manchester City et son fameux 3-5-2. Emery vient de vivre la même chose. Mais dans le bon sens.

    Le Basque, fort de ses trois victoires consécutives en Europa League avec le FC Séville, a signé à Paris pour faire franchir un cap au club en Ligue des Champions. Depuis mercredi soir, on peut dire qu’il est plus que sur la bonne voie.

    Ligue 1 - Emery et 3 joueurs du PSG dans le onze-type de L'Equipe

    Emery a amené des choses au PSG qu’il n’avait pas les années précédentes.

    Ce que j’ai adoré lors de ce match contre Barcelone, c’est cette faculté qu’a eu le PSG à changer sa tactique. Sous Laurent Blanc, le PSG s’imposait par son style ou échouait avec ses idées.

    Là, le Paris version Emery a proposé aux Catalans, une opposition à laquelle ils ne s’attendaient pas. Pas de bagarre pour la possession. Paris s’est concentré sur le pressing, sur sa capacité à récupérer le ballon dans le camp barcelonais comme sur le but de Draxler. Le Barça a été étouffé. Les esprits chagrins feront remarquer qu’on a rarement vu cette équipe évoluer à un niveau aussi faible. Mais je suis convaincu que la prestation parisienne y est pour beaucoup.

    On pourrait presque dire que Paris a joué «à la monégasque», se concentrant sur la récupération de la balle et sur sa capacité à exploser vers l’avant avec une vitesse d’exécution qu’on a très rarement vu au PSG.

    Sur le plan tactique, Emery a donc donné une fessée à Luis Enrique, qui pourrait ne pas se relever de cet échec. Mais Emery a aussi fait les bons choix. En préférant Meunier, qui ne cesse de progresser, à Aurier et Kurzawa à Maxwell. Et surtout en sortant Lucas, le joueur qu’il a le plus utilisé cette saison, pour lui préférer Di Maria.

    L’Argentin, si décevant en 2016 avait montré quelques signes d’amélioration depuis le début de l’année aiguillonné par la concurrence de Draxler. Contre le Barça, il a su hisser son niveau de jeu à des sommets jamais atteints depuis qu’il est à Paris. Deux buts sublimes, une super participation au jeu. Bien vu Emery. »

    Les « spécialistes » doutaient du coach parisien, ce match est une très belle réponse.

    Ces derniers mois, des supporters et « spécialistes », dont Pierre Ménès, ont affirmé qu’Emery faisait des choix un peu au hasard et qu’il n’apportait rien au PSG. La faute à des prestations décevantes et des défaites regrettables. On ne peut pas nier qu’il y a eu des mauvais matchs. Mais il s’agissait de mettre en place une autre philosophie de jeu et tactique. Ce qui ne se fait pas en quelques semaines. Surtout qu’il y a quelques grandes modifications (sans oublier le départ de Zlatan Ibrahimovic, attaquant de 35 ans).

    Emery l’a répété plusieurs fois, mais beaucoup n’écoutaient pas ou n’avaient pas confiance: la progression de l’équipe est un processus. Les choses ne se mettent pas en place du jour au lendemain. On sentait le début d’une grande montée en puissance en décembre dernier et les deux premiers mois de l’année 2017 la confirment, avec ce match contre le Barça en chef d’oeuvre.

    PSGLorient - Trapp la meilleure réponse qu'on pouvait donner

    La performance de Trapp est l’une des preuves que la gestion d’Emery peut fonctionner.

    On note aussi que la gestion des joueurs ne semblent pas aussi catastrophique que ce que l’on pouvait lire et entendre. On pense notamment à la concurrence entre les gardiens. Ce choix qui était tant décrié et devait causer la chute des portiers parisiens. Finalement, Kevin Trapp a livré une prestation de très haut niveau contre le Barça. Et Di Maria, qui était annoncé comme presque fini, est l’un des grands hommes du mois de février et de ce match. Il a lui-même avoué l’une des clefs de ce retour en forme récemment : il a assimilé ce qu’Emery attend de lui.

    Maintenant, si le coach parisien a prouvé qu’il a des connaissances et du savoir faire, il reste à prouver sur la durée qu’il fait partie des meilleurs.

    Il faut que Paris soit régulier et réussise d’autres grandes soirées.

    « On va surveiller désormais le comportement du PSG en Ligue 1 où il est souvent branché sur courant alternatif. Cette immense performance européenne va-t-elle confirmer cette tendance ou au contraire donner une force nouvelle au jeu parisien ? Désormais je peux le dire, je fais confiance à l’entraîneur pour mener cette mission à bien.

    On va me dire que je retourne ma veste. Je répondrai que c’est Emery qui m’a pris sur ses genoux (il peut aujourd’hui) et me l’a retournée lui-même. »

    Le PSG a 3 points de retard sur l’AS Monaco en Ligue 1 à cause de la logique phase de transition due à un changement d’entraîneur, mais aussi par la faute d’une irrégularité. Depuis le début de saison, Paris a du mal à afficher un visage convaincant durant toute une rencontre, comme d’un match à l’autre. Il y a du mieux depuis quelques semaines.

    Si on ne peut pas demander au PSG d’être toujours aussi fort que mardi soir, il doit avoir une certaine stabilité au haut niveau. C’est ce qu’il faudra pour aller chercher le titre. Emery a prouvé qu’il peut amener son équipe à faire de très grandes performances. Il faut maintenant de la haute qualité sur la durée pour avoir sa place parmi les meilleurs.

    By
    @https://twitter.com/BottemanneNicol
    OTER ?>