Restez connectés avec nous
Mènes confirme: Di Maria au PSG «c’est une mauvaise idée»

Autour du PSG

Ménès : « Trop dur avec le PSG ? »

Comme à son habitude, Pierre Ménès a analysé le dernier match du PSG face à Nancy. Le journaliste sportif n’a pas hésité à critiquer le jeu déployé par la formation parisienne et surtout les choix de Carlo Ancelotti.

« « Rôôô Pierrot, t’es trop dur avec Paris… », « Le PSG est premier, tu veux quoi de plus ? », « T’es vraiment qu’un anti-PSG ». Et mon préféré, colporté par des abrutis notoires : « C’est la guerre des chaînes… » Voilà ce à quoi j’ai droit depuis plusieurs semaines. Je suis désolé, mais il n’y avait pas besoin d’être un génie du foot pour s’apercevoir que depuis quelques matchs, quelque chose clochait dans cette équipe. Et notamment cette fâcheuse tendance à réaliser des premières mi-temps cataclysmiques. A Nancy hier soir, c’est un petit miracle que Paris soit rentré aux vestiaires avec un seul but de retard. La faute à qui ? Aux joueurs évidemment, mais aussi à l’entraîneur, non ? Je ne sais pas si on a prévenu Ancelotti qu’avant son arrivée, le PSG était en tête avec 40 points et tournait relativement bien.

Quel besoin l’entraineur italien a-t-il de tripatouiller son équipe en permanence, de faire du turnover à tous les matchs même quand il n’y a pas de blessure ? Pourquoi passe-t-il en quelques semaines d’un 4-2-3-1 à un 4-4-2 à plat, puis en losange, puis avec un neuf et demi ? Je suis ravi pour Camara, mais il n’a pas joué depuis une éternité et ça s’est vu. Même topo pour Armand. Nene fait trois matchs moyens alors qu’il a tenu l’équipe à bout de bras depuis le début de saison, il ne rentre même pas. En revanche, Pastore est plus que moyen depuis des semaines mais il reste titulaire. Encore une fois, loin de moins l’idée de charger gratuitement un technicien dont la carrière parle pour lui. Je m’appuie simplement sur ce que je vois. Et notamment ce sentiment permanent d’insécurité qui nimbe cette équipe.

En première mi-temps, Paris n’a pas aligné 3 passes et s’est fait dominer dans le jeu par des Lorrains bien plus déterminés, à l’image d’un Mollo qui a fait la misère à tout le côté droit parisien, de Jallet à Sissoko. Comme souvent, les joueurs de la capitale ont rectifié le tir après le repos. On a vu Pastore à la baguette plus souvent, Hoarau plus tranchant devant et Paris s’est naturellement créé plus d’occasions. Mais à force de ne pas marquer ce deuxième but, Paris a fini par l’encaisser. Et ironie du sort, au moment où ils ont grapillé tant de points ces derniers temps : le money time. Qui vit par le glaive périra par le glaive… Mais ce qui m’a le plus sidéré, c’est la réaction des joueurs et d’Ancelotti à la fin du match : tous contents ! Tant mieux pour eux s’ils sont contents de donner l’opportunité à Montpellier de prendre trois points d’avance à 8 journées de la fin…

De mon côté, je ne partage pas l’optimisme béat de certains. Trop dur avec le PSG ? Ben regardez les stats : deux points sur les trois derniers matchs et une première défaite pour le PSG version Carlo. Il faut dire aussi que les Nancéiens ont montré un visage nettement plus séduisant qu’en début de saison. Les hommes de Jeannot Fernandez viennent quand même de taper Lyon, Montpellier et Paris à Picot. Pas mal pour une équipe pour laquelle on s’inquiétait il y a encore quelques semaines. Avec 36 points, le maintien est en très bonne voie…»

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG