Restez connectés avec nous
Olivier Létang L'idée, à Paris, était de construire le club mais en gardant l'institution

Anciens

Olivier Létang « L’idée, à Paris, était de construire le club mais en gardant l’institution »

Ce samedi, pour le compte de la 18e journée de Ligue 1, le Stade Rennais (6e) reçoit le Paris Saint-Germain (1er). L’occasion pour Olivier Létang, ancien directeur sportif (2013-2016) aujourd’hui président du club bretons, de retrouver les Parisiens. Ouest-France en a profité pour demander à Létang de revenir sur son passage à Paris.

« Avec Leonardo, ça a été une forme de folie. Celle de faire changer les mentalités, le fonctionnement. D’apporter des compétences. D’avoir le souci du moindre détail qui fait que dans la vie au quotidien, on pourra peut-être être meilleurs. Notre métier à nous, aujourd’hui, c’est de mettre de la compétence et des gens qui ont des connexion positives.

remettre le club au-dessus de Zlatan’

L’idée, à Paris, était de construire vite le club mais en gardant l’institution. J’adore Zlatan Ibrahimovic, on a une très bonne relation, mais quand je suis arrivé, il y avait Zlatan au-dessus du club. L’idée, ça a été de remettre le club au-dessus de Zlatan, de construite une institution très solide. C’était important… Mais ça, les grands joueurs le savent, ils ne sont pas fous. Ils savent que le club est plus important et ils le respectent sans problème. »

Avec l’arrivée des investisseurs qataris en 2011, le PSG a pu recruter des joueurs de haut niveau soudainement. Ce qui est bien pour progresser, mais cela ne fait pas tout. Il faut notamment garder une certaine force du staff, un respect du club et une équipe équilibrée. Il y a plusieurs erreurs en chemin, ce qui n’est pas surprenant tant Paris venait de loin et a fait venir des joueurs en les plaçant sur un piédestal. Ils venaient porter le projet pour faire grandir le club, donc ce n’est pas très surprenant ou anormal. Seulement, il faut savoir reprendre la main.

Ce qui a été difficile, surtout après le départ de Leonardo et l’absence d’une figure forte, d’autorité. C’est en train de revenir avec Antero Henrique et un organigramme plus complet. On a maintenant le sentiment que le club se structure avec les grands joueurs et non grâce à eux.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Anciens