Restez connectés avec nous

Autour du PSG

Riolo : « Ancelotti a beaucoup de travail »

Retrouvez l’analyse complète du consultant RMC Daniel Riolo sur la rencontre opposant le PSG à Montpellier lors de la 24ème journée de Ligue 1.

Via son blog personnel, Daniel Riolo a partagé son point de vue sur la prestation des Parisiens et des Montpellierains lors de la rencontre choc dimanche soir au Parc des Princes. Pour le journaliste de RMC, le PSG manque encore d’automatisme, et les individualités permettent pour le moment aux Parisiens d’obtenir de bons résultats. « Montpellier est donc venu au Parc chercher ce « truc » que souhaitait Girard. Le match nul permet au PSG de rester leader, mais Montpellier peut nourrir pas mal de regrets… A la pause, le 1/1 est somme toute logique. Et c’est surtout l’égalisation de Montpellier qui apparaît mérité au terme d’une première période que les Héraultais ont souvent mieux géré. Le début de match est d’ailleurs à sens unique. Montpellier joue chez un adversaire qui semble spectateur de son choc. Le milieu de terrain parisien est débordé, trop reculé, coupé des attaquants. Bien soutenu par Sahi et Estrada, Belhanda brille, mais dans ce moment fort, Montpellier ne marque pas le but qui aurait pu faire mal à Paris. Il faut 15/20 minutes au PSG pour enfin rentrer dans le match. Les ballons récupérés sont mieux exploités et le match s’équilibre. L’avantage pris grâce au coup franc d’Alex semble néanmoins un brin usurpé. Belhanda va se charger juste avant la pause de rendre cette première période plus conforme à la réalité. Une période toutefois loin du sommet que l’on était en droit d’espérer. La seconde période démarre comme la première avec un Montpellier toujours au-dessus. Le PSG est confus, parfois absent. On a même souvent le sentiment qu’en appuyant un peu Montpellier pourrait boucler la rencontre. La crainte d’un contre les contraint peut-être à ne pas trop se livrer. Le match est étrange tant les deux équipes semblent se redouter voire se contenter du nul qui ne changerait rien au classement. Le coaching de Girard confirme cette idée. A 15 minutes de la fin, Ancelotti abandonne son milieu trois et lance Pastore. Un risque pour une équipe qui n’a jamais eu la maîtrise du jeu. Le retour de bâton est terrible car les changements du coach parisien s’avèrent négatifs. La défense centrale parisienne sans cesse bricolée en cours de match prend l’eau et encaisse un but quasi identique à celui de Belhanda. Utaka dans le dos de cette défense marque le but du « truc » de Girard. A 2/1, c’est plié tant le PSG semble incapable de mettre de la folie à défaut de proposer du jeu. Plié à moins que les individualités parisiennes ne viennent une nouvelle fois sauver le PSG. Et c’est Menez qui va éviter le coup de tonnerre de la soirée. Hoarau égalise contre toute attente et permet à Paris de garder sa place en tête. C’est surtout ça que vont retenir les parisiens, car pour le jeu, Ancelotti a encore beaucoup de travail… »

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG