Restez connectés avec nous
Sirigu "À Paris, je me sentais comme dans une famille. Je n'avais pas en tête de partir."

Anciens

Sirigu « À Paris, je me sentais comme dans une famille. Je n’avais pas en tête de partir. »

Salvatore Sirigu, ancien gardien du Paris Saint-Germain (2011-2017) aujourd’hui au Torino, s’est confié auprès de France Football. L’occasion pour l’Italien de 32 ans de revenir sur son aventure parisienne et son départ qu’il ne souhaitait pas.

« L’histoire avec le PSG s’est achevée de manière compliquée, mais je veux surtout mettre en avant les belles choses réalisées. Sans oublier le souvenir de mon ultime apparition sous le maillot parisien : une finale de Coupe de France contre l’OM ! Qu’est-ce que tu peux espérer de mieux comme conclusion que de gagner un tel match ?

Sirigu « Certains parlaient de clans, ce n’est pas vrai, je vous le garantis. »

De toutes ces années, je garderai en particulier le souvenir d’un groupe fantastique. Certains parlaient de clans, ce n’est pas vrai, je vous le garantis.

À Paris, je me sentais comme dans une famille. Je n’avais pas en tête de partir. Alors, quand j’ai compris que je devais faire mes valises, ça m’a un peu déboussolé. Je m’étais habitué à cette ville, à ce cadre de vie personnel et professionnel. Il m’a fallu admettre que je devais tout reconstruire, changer de pays. »

Ainsi, on comprend bien que Sirigu a une vraie affection pour le club parisien et la ville. Des propos toujours appréciables venant d’un joueur, qu’il soit encore au club ou non. C’est presque encore plus beau dans son cas, puisqu’il a été un peu poussé dehors malgré l’envie de rester. Une décision que les supporters n’ont d’ailleurs pas tous appréciée. Et on ne peut pas dire que le PSG ait depuis su installer un numéro bien plus convaincant que lui. Mais on retient ici tout le bien qu’il dit sur le groupe de joueurs. Lequel a souvent bien mieux vécu que ce que les médias tentaient de faire croire.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Anciens