Restez connectés avec nous

Autour du PSG

Tapie décrypte l’actualité parisienne

Bernard Tapie, ancien président de l’Olympique de Marseille aujourd’hui chef d’entreprise, est revenu avant le clasico de ce dimanche, sur l’actualité qui entoure le PSG.

Ce dimanche à 21h, le Paris Saint-Germain se déplacera au Stade Vélodrome afin d’affronter l’OM lors du fameux clasico. Toujours très proche du club phocéen, Bernard Tapie avoue qu’il n’y est pas pour rien dans la rivalité entre les deux clubs. « J’ai compris assez vite que mon club ne pourrait jamais être champion d’Europe sans un Championnat de France de bonne valeur. C’est pour cette raison que j’ai poussé à mort pour que Canal + rachète le PSG pour en faire un grand club. De la même manière, j’ai incité Jean-Michel Aulas à s’investir à Lyon. Ensuite, il m’est arrivé bien sûr de jouer la carte de la provocation pour faire monter la tension avant un match contre le PSG. » a t-il déclaré pour Le Parisien.

Concernant les meilleurs présidents du PSG depuis son époque, à part Michel Denisot, le natif du 20e arrondissement de Paris vote Cayzac. « A part Michel Denisot ? Je citerais Alain Cayzac côté parisien. C’est quelqu’un de bien qui a essayé de faire de son mieux avec les faibles moyens à sa disposition. A Marseille, je ne vois que Pape Diouf. Il a été très bon alors qu’il ne disposait pas des pleins pouvoirs. »

Au niveau du recrutement, l’ancien homme d’affaire approuve la tactique mise en place par les Qataris, mais précise que le plus important n’est pas la valeur financière du joueur, mais l’expérience et le palmarès. « Je trouve que les Qatariens ont bien fait d’investir autant d’un seul coup. On verra si le succès est au rendez-vous. Mais attention : l’effectif de ce PSG n’a encore rien à voir avec celui de l’OM des années 1990. C’est incomparable. A l’époque, il y avait sur le banc des remplaçants entre deux et cinq joueurs internationaux! À Paris, actuellement, personne n’est un titulaire indiscutable en sélection. Ni Gameiro, ni Nene, ni Ménez, ni Pastore. Il faut être prudent sur le futur du PSG. C’est le palmarès d’un joueur qui situe son standing, pas le montant de son transfert. »

Annoncé proche du PSG depuis de nombreuses semaines, David Beckham pourrait prochainement poser ses bagages dans la capitale. Âgé de 36 ans, certaines personnes restent sceptiques quant à son arrivée, mais Bernard Tapie lui, voit cela d’un bon œil. « Quand tu as David Beckham dans ton équipe, le monde du football, même les arbitres, ne te regarde plus de la même façon. Quand j’ai engagé Franz Beckenbauer en 1990, on pensait que c’était uniquement pour ses qualités d’entraîneur. Mais c’était aussi pour le prestige. Dès son premier match de Coupe d’Europe, quand il est allé saluer l’arbitre, celui-ci lui a demandé de signer le ballon de la rencontre. L’objectif était atteint : en deux minutes, la notoriété de l’entraîneur était mise au service de mon club. En dehors de la France, qui connaît vraiment le PSG ? La saison prochaine, si Paris joue la Ligue des champions avec Beckham dans son effectif, le monde entier parlera du PSG. Pas seulement parce qu’il sera devenu champion de France mais parce qu’il aura une star mondiale dans son effectif. »

Au sujet du maintien d’Antoine Kombouaré au poste d’entraineur, Bernard Tapie reste assez mitigé sur la situation. « Je ne sais pas si Ancelotti ferait mieux que Kombouaré… Mais il y a mille raisons possibles qui peuvent pousser Leonardo et les Qatariens à réfléchir à son remplacement. La seule chose qui compte, c’est leur appréciation du rapport entre la qualité de l’effectif mis à la disposition de l’entraîneur et ce qu’il arrive à en tirer sur le terrain. OK, le PSG est leader. Mais, si tout le monde s’emmerde au stade ou si l’équipe perd à domicile contre Nancy, ça me paraît normal de songer à remplacer Kombouaré. Même si cela peut s’avérer être une erreur. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG