Restez connectés avec nous
Vasilyev On ne voulait pas renforcer Paris...On a eu des frictions, mais c'est resté correct

Adversaires

Vasilyev « On ne voulait pas renforcer Paris…On a eu des frictions, mais c’est resté correct »

Cet été, après de longues discussions, l’AS Monaco a vendu Kylian Mbappé au Paris Saint-Germain. Pourtant, les dirigeants monégasques étaient contre ce transfert au début. Vadim Vasilyev, vice-président de l’ASM, revient longuement dans L’Equipe sur l’évolution de ce dossier qui a animé tout le mercato.

« Il y avait plusieurs hypothèses entre la famille de Kylian et nous. Ils ont vu d’autres clubs de leur côté, nous, on a eu des approches d’autres clubs aussi. La situation a évolué durant le mercato et à l’arrivée, l’accord est très correct pour tout le monde. Sa famille a été très correcte dans les négociations avec le PSG, je les félicite. Au début, l’hypothèse, c’était que Kylian Mbappé reste à Monaco, je n’ai jamais dit le contraire. Après, il y a eu des événements, des discussions, des réunions et, à un moment donné, il m’a affirmé vouloir rejoindre le Paris-SG. J’ai écouté ses arguments, ceux de sa famille. Ce n’était pas ma volonté qu’il parte à Paris, c’est vrai, mais j’ai compris.

Et je respecte beaucoup Kylian, le joueur et l’homme. J’ai beaucoup de respect pour sa famille, avec lequel on avait une relation très proche, surtout avec son père Wilfried.Quand la décision a été prise, il fallait trouver l’accord avec le PSG mais toujours à des conditions cohérentes avec les propositions faites par d’autres clubs. Certaines offres ne se refusent pas.

quand le joueur nous a expliqué sa motivation, il a fallu respecter son choix’

Un problème de le vendre au PSG ? Oui, je le confirme. On ne voulait pas renforcer Paris. Mais quand le joueur nous a expliqué sa motivation, il a fallu respecter son choix. Si je préférais le vendre au Real Madrid ? Oui, mais pas lui. On a dit à tous les clubs intéressés que c’est Kylian qui, à la fin, choisirait. Un accord entre deux clubs ne suffit pas sans l’accord du joueur. Il a préféré le projet de Paris. Avec qui il y a eu des tensions ? Oui, il y a eu des tensions avec le PSG. C’est normal quand les intérêts ne sont pas les mêmes. On a eu des frictions mais c’est resté correct. C’est très bien que Paris ait une équipe forte. Si ça peut aider le football français, tant mieux. »

Sans aller jusqu’à aimer Monaco et ses dirigeants, on peut au moins apprécier le fait qu’ils n’aient pas été insensibles à la préférence de leur joueur. Le chèque donné par le PSG aide forcément, mais d’autres clubs étaient prêts à faire une belle dépense. Ils auraient pu bloquer vraiment ce transfert et n’ouvrir la porte qu’à l’étranger. C’est bien de voir que le joueur a son mot à dire sur sa carrière.

Par contre, on peut comprendre aussi que Monaco n’ait pas ouvert la porte à Fabinho, milieu de 23 ans que le PSG voulait aussi. Cela aurait été très douloureux pour le club de la Principauté et il est possible que le Brésilien n’ait pas montré la même envie de signer à Paris. Il est facile d’imaginer que les discussions n’ont pas été faciles, mais un accord a finalement pu être trouvé et il ne semble pas qu’il ait de rancœur. C’est positif pour les 2 clubs et la Ligue 1. Les suiveurs du football français sont sans doute heureux de voir un tel talent rester en France, plutôt qu’un départ à l’étranger comme on a souvent vu ces dernières années.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires