Club

A l’aise « P’tit Blaise » !

Publie le 17/06/2012 a 21:00



  • Après les gardiens de but et les défenseurs, place au bilan des milieux de terrain. Ce soir, c’est Blaise Matuidi qui ouvre le bal.

    En arrivant au PSG en provenance de Saint-Étienne, Blaise Matuidi connaît l’ampleur de la tâche qui lui incombe : succéder au capitaine Claude Makelele, parti à la retraite. Les dirigeants parisiens offrent dix millions d’euros à leurs homologues stéphanois pour s’attacher ses services, tandis que Jérémy Clément effectue le chemin inverse en rejoignant les Verts. « C’est une grande satisfaction de rejoindre ce club. Le projet mis en place peut me permettre de franchir un cap et un palier. C’est une grande satisfaction », confie le nouveau numéro 14 du PSG, après avoir paraphé un contrat de trois saisons. Joueur estampillé « Antoine Kombouaré », il monte progressivement en puissance au fil des matches. Infatigable dans l’entrejeu francilien, le natif de Toulouse conserve son statut de titulaire jusqu’à ce qu’il se blesse à la cuisse contre Lyon (1-0), au début du mois d’octobre.

    Rechute

    Matuidi va devoir patienter six semaines avant de pouvoir revenir à la compétition. Lorsqu’il réintègre le onze, cela coïncide avec une période délicate traversée par le club de la capitale, avec les défaites face à Nancy (0-1) et Marseille (3-0). S’ensuit un nouveau pépin physique début décembre. Au Parc des Princes, « P’tit Blaise » est victime d’une lésion aux ischio-jambiers gauches, contre Auxerre (3-2). Ce dernier sera alors indisponible jusqu’à la trêve hivernale. L’année 2011 se termine donc prématurément pour l’ancien Troyen, qui n’aura participé qu’à trois rencontres de Championnat lors des trois derniers mois. Afin de se soigner, il part au Qatar juste après Noël, au centre Aspetar de Doha, en compagnie de Guillaume Hoarau, Momo Sissoko et Clément Chantôme.

    Cerise sur le gâteau

    Il faut attendre la fin du mois de janvier et un déplacement à Brest (21e journée, victoire 1-0) pour que Matuidi revienne fouler les pelouses de Ligue 1. Dans le dispositif tactique de Carlo Ancelotti en « arbre de Noël », il est régulièrement aligné au poste de milieu relayeur gauche. A partir de la mi-février, l’international français devient un titulaire quasi-indiscutable. Son sens de l’anticipation, sa qualité de passes ainsi que son volume important de récupération de ballons constituent ses principales qualités. Le 6 mai, il inscrit son premier but avec les Rouge et Bleu en Championnat, contre Valenciennes (victoire 3-4). Un peu plus de trois semaines plus tard, Laurent Blanc le retient dans sa liste de 23 joueurs  pour participer à l’Euro 2012. Une récompense bien méritée pour cet élément de 25 ans, qui aura disputé 29 matches de Ligue 1 cette saison, dont 25 comme titulaire.

    « Du pain bénit pour un entraîneur »

    Lors de l’exercice 2012-2013, la concurrence sera encore plus prononcée dans le secteur de jeu où évolue Matuidi. « Je n’ai pas signé au PSG pour partir au bout d’un an. La concurrence ne doit pas me faire peur. S’il y en a ici, il y en aura aussi ailleurs », expliquait-il au quotidien 20 Minutes le 15 mars dernier. A l’heure où la cellule de recrutement prospecte essentiellement en Amérique du Sud, le milieu d’origine angolaise fait partie des joueurs français sur lesquels Carlo Ancelotti compte s’appuyer pour consolider son groupe. « Blaise, c’est du pain bénit pour un entraîneur : il est très à l’écoute, très intelligent jusque sur le terrain. Il comprend et lit le jeu deux fois plus vite que tout le monde », analysait récemment Jean-Marc Furlan, son ancien coach à Troyes, dans les colonnes de France Football. « P’tit Blaise » n’a sans doute pas fini de grandir.

    Publie le 17/06/2012 a 21:00

    A l’aise « P’tit Blaise » !

    Après les gardiens de but et les défenseurs, place au bilan des milieux de terrain. Ce soir, c’est Blaise Matuidi qui ouvre le bal.

    En arrivant au PSG en provenance de Saint-Étienne, Blaise Matuidi connaît l’ampleur de la tâche qui lui incombe : succéder au capitaine Claude Makelele, parti à la retraite. Les dirigeants parisiens offrent dix millions d’euros à leurs homologues stéphanois pour s’attacher ses services, tandis que Jérémy Clément effectue le chemin inverse en rejoignant les Verts. « C’est une grande satisfaction de rejoindre ce club. Le projet mis en place peut me permettre de franchir un cap et un palier. C’est une grande satisfaction », confie le nouveau numéro 14 du PSG, après avoir paraphé un contrat de trois saisons. Joueur estampillé « Antoine Kombouaré », il monte progressivement en puissance au fil des matches. Infatigable dans l’entrejeu francilien, le natif de Toulouse conserve son statut de titulaire jusqu’à ce qu’il se blesse à la cuisse contre Lyon (1-0), au début du mois d’octobre.

    Rechute

    Matuidi va devoir patienter six semaines avant de pouvoir revenir à la compétition. Lorsqu’il réintègre le onze, cela coïncide avec une période délicate traversée par le club de la capitale, avec les défaites face à Nancy (0-1) et Marseille (3-0). S’ensuit un nouveau pépin physique début décembre. Au Parc des Princes, « P’tit Blaise » est victime d’une lésion aux ischio-jambiers gauches, contre Auxerre (3-2). Ce dernier sera alors indisponible jusqu’à la trêve hivernale. L’année 2011 se termine donc prématurément pour l’ancien Troyen, qui n’aura participé qu’à trois rencontres de Championnat lors des trois derniers mois. Afin de se soigner, il part au Qatar juste après Noël, au centre Aspetar de Doha, en compagnie de Guillaume Hoarau, Momo Sissoko et Clément Chantôme.

    Cerise sur le gâteau

    Il faut attendre la fin du mois de janvier et un déplacement à Brest (21e journée, victoire 1-0) pour que Matuidi revienne fouler les pelouses de Ligue 1. Dans le dispositif tactique de Carlo Ancelotti en « arbre de Noël », il est régulièrement aligné au poste de milieu relayeur gauche. A partir de la mi-février, l’international français devient un titulaire quasi-indiscutable. Son sens de l’anticipation, sa qualité de passes ainsi que son volume important de récupération de ballons constituent ses principales qualités. Le 6 mai, il inscrit son premier but avec les Rouge et Bleu en Championnat, contre Valenciennes (victoire 3-4). Un peu plus de trois semaines plus tard, Laurent Blanc le retient dans sa liste de 23 joueurs  pour participer à l’Euro 2012. Une récompense bien méritée pour cet élément de 25 ans, qui aura disputé 29 matches de Ligue 1 cette saison, dont 25 comme titulaire.

    « Du pain bénit pour un entraîneur »

    Lors de l’exercice 2012-2013, la concurrence sera encore plus prononcée dans le secteur de jeu où évolue Matuidi. « Je n’ai pas signé au PSG pour partir au bout d’un an. La concurrence ne doit pas me faire peur. S’il y en a ici, il y en aura aussi ailleurs », expliquait-il au quotidien 20 Minutes le 15 mars dernier. A l’heure où la cellule de recrutement prospecte essentiellement en Amérique du Sud, le milieu d’origine angolaise fait partie des joueurs français sur lesquels Carlo Ancelotti compte s’appuyer pour consolider son groupe. « Blaise, c’est du pain bénit pour un entraîneur : il est très à l’écoute, très intelligent jusque sur le terrain. Il comprend et lit le jeu deux fois plus vite que tout le monde », analysait récemment Jean-Marc Furlan, son ancien coach à Troyes, dans les colonnes de France Football. « P’tit Blaise » n’a sans doute pas fini de grandir.




  • Toute l'actualité du PSG en vidéo
    Tags de l'article : , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • Pariguo10

      mon joueur préféré, et oui je suis pas comme tout le monde, blaise le futur pilier de l’EDF!!!!

    • Steftego

      Je me régal à le voir jouer. Beaucoup veulent des joueurs qui mouillent le maillot, et bien je crois que c est difficile de faire mieux!!!
      Une vraie sangsue pour les adversaires

    • Be

      Et oui, super bon notre Blaise

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    L'actualité européenne

    LDC - La liste des premiers et deuxièmes de groupes avec les adversaires possibles du PSG

    LDC – La liste des premiers et deuxièmes de groupes avec les adversaires possibles du PSG

    LDC

    Ce soir ce sont joués les derniers matchs de la phase de groupes de la Ligue ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    NicolasBa publié un new post."PSG/Nice - Clément Turpin sera l'arbitre de la rencontre, 6 buts ou 0 pour les Parisiens?"
    4 hours ago
    Sylvain La publié un new post."LDC - Chambreur, Özil remercie Lugogorets pour la première place d'Arsenal"
    4 hours ago

    Actualité Féminine

    Féminines – Boquete "Je veux aider au projet qui consiste à devenir la plus grande équipe d’Europe"

    Féminines – Boquete « Je veux aider au projet qui consiste à devenir la plus grande équipe d’Europe »

    Actu Féminin

    Dans une interview accordée à EFE, Veronica Boquete, milieu de terrain offensif de 29 ans du ...

    Vidéos PSG

    A l’aise « P’tit Blaise » !

    <Club , Editos , Une

    Après les gardiens de but et les défenseurs, place au bilan des milieux de terrain. Ce soir, c’est Blaise Matuidi qui ouvre le bal.

    En arrivant au PSG en provenance de Saint-Étienne, Blaise Matuidi connaît l’ampleur de la tâche qui lui incombe : succéder au capitaine Claude Makelele, parti à la retraite. Les dirigeants parisiens offrent dix millions d’euros à leurs homologues stéphanois pour s’attacher ses services, tandis que Jérémy Clément effectue le chemin inverse en rejoignant les Verts. « C’est une grande satisfaction de rejoindre ce club. Le projet mis en place peut me permettre de franchir un cap et un palier. C’est une grande satisfaction », confie le nouveau numéro 14 du PSG, après avoir paraphé un contrat de trois saisons. Joueur estampillé « Antoine Kombouaré », il monte progressivement en puissance au fil des matches. Infatigable dans l’entrejeu francilien, le natif de Toulouse conserve son statut de titulaire jusqu’à ce qu’il se blesse à la cuisse contre Lyon (1-0), au début du mois d’octobre.

    Rechute

    Matuidi va devoir patienter six semaines avant de pouvoir revenir à la compétition. Lorsqu’il réintègre le onze, cela coïncide avec une période délicate traversée par le club de la capitale, avec les défaites face à Nancy (0-1) et Marseille (3-0). S’ensuit un nouveau pépin physique début décembre. Au Parc des Princes, « P’tit Blaise » est victime d’une lésion aux ischio-jambiers gauches, contre Auxerre (3-2). Ce dernier sera alors indisponible jusqu’à la trêve hivernale. L’année 2011 se termine donc prématurément pour l’ancien Troyen, qui n’aura participé qu’à trois rencontres de Championnat lors des trois derniers mois. Afin de se soigner, il part au Qatar juste après Noël, au centre Aspetar de Doha, en compagnie de Guillaume Hoarau, Momo Sissoko et Clément Chantôme.

    Cerise sur le gâteau

    Il faut attendre la fin du mois de janvier et un déplacement à Brest (21e journée, victoire 1-0) pour que Matuidi revienne fouler les pelouses de Ligue 1. Dans le dispositif tactique de Carlo Ancelotti en « arbre de Noël », il est régulièrement aligné au poste de milieu relayeur gauche. A partir de la mi-février, l’international français devient un titulaire quasi-indiscutable. Son sens de l’anticipation, sa qualité de passes ainsi que son volume important de récupération de ballons constituent ses principales qualités. Le 6 mai, il inscrit son premier but avec les Rouge et Bleu en Championnat, contre Valenciennes (victoire 3-4). Un peu plus de trois semaines plus tard, Laurent Blanc le retient dans sa liste de 23 joueurs  pour participer à l’Euro 2012. Une récompense bien méritée pour cet élément de 25 ans, qui aura disputé 29 matches de Ligue 1 cette saison, dont 25 comme titulaire.

    « Du pain bénit pour un entraîneur »

    Lors de l’exercice 2012-2013, la concurrence sera encore plus prononcée dans le secteur de jeu où évolue Matuidi. « Je n’ai pas signé au PSG pour partir au bout d’un an. La concurrence ne doit pas me faire peur. S’il y en a ici, il y en aura aussi ailleurs », expliquait-il au quotidien 20 Minutes le 15 mars dernier. A l’heure où la cellule de recrutement prospecte essentiellement en Amérique du Sud, le milieu d’origine angolaise fait partie des joueurs français sur lesquels Carlo Ancelotti compte s’appuyer pour consolider son groupe. « Blaise, c’est du pain bénit pour un entraîneur : il est très à l’écoute, très intelligent jusque sur le terrain. Il comprend et lit le jeu deux fois plus vite que tout le monde », analysait récemment Jean-Marc Furlan, son ancien coach à Troyes, dans les colonnes de France Football. « P’tit Blaise » n’a sans doute pas fini de grandir.

    By
    @
    OTER ?>