Restez connectés avec nous

Club

AK explique sa gestion des égos

« Moi j’adore, ceux qui ont des égos, ce sont ceux qui ont du caractère et très souvent ceux qui sont des joueurs de talent. L’arrivée de Javier Pastore ? Nenê le vit bien, mais on verra sur la durée comment il réagit. Il faut qu’il comprenne qu’il jouera moins que la saison dernière, qu’il y a plus de joueurs. Il y a bien sûr beaucoup de discussions. En tout cas, on fait un gros travail auprès de lui pour qu’il comprenne que l’intérêt c’est que l’équipe gagne. L’année dernière, il a marqué beaucoup de buts mais on ne gagnait pas beaucoup de matchs. Cette année si lui marque moins et qu’on gagne pas mal de matchs afin de nous amener vers le haut niveau, ça me va. Moi les seules preuves qu’il me donne aujourd’hui, c’est au niveau de son investissement dans les matchs. C’est fantastique. Quand je le sors en cours de match, ce sont des tests. Car quand le mec te dit « ça va coach j’ai compris, je vous promets que ça va aller… », OK donc je vais te mettre en situation. Et ça fait trois-quatre matchs que je le sors et que je regarde sa réaction. Les preuves c’est ça. C’est le cas aussi pour Jérémy Menez », a clairement résumé l’entraîneur parisien, qui en plus de gérer parfaitement la situation, le fait visiblement avec plaisir.

« J’adore gérer ce genre de joueurs là. C’est mon travail. C’est mon boulot. Ce n’est pas est ce que je suis capable de gérer ce genre de mecs-là mais est ce qu’on est capable de gagner avec ces individualités. La vraie question elle est là. Et forcément s’il on gagne, c’est que moi j’ai été capable de gérer ces mecs-là. Si on doit gagner des matchs ce sont avec des mecs qui ont du tempérament, des mecs qui ont des égos car avec les morts vivants on n’a jamais rien gagné », a-t-il conclu au micro de M6.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club