Restez connectés avec nous

Club

Ancelotti craint l’OM et parle tactique

Publicités

Après avoir évoqué le mercato (voir article) et partagé sa volonté de se doter d’un noyau de joueurs français (voir article), Carlo Ancelotti a profité d’un entretien accordé à L’Equipe pour juger la Ligue 1, les adversaires du PSG, et expliquer longuement ses choix tactiques.

Tout d’abord, Ancelotti n’a pas vraiment été surpris par le niveau et le style de notre championnat,  même s’il avoue avoir été surpris par la qualité des stades. « C’est un Championnat qui aurait besoin d’attirer plus d’investisseurs pour passer un cap. Mais j’ai été agréablement surpris d’observer qu’on jouait toujours dans des stades pleins et plutôt beaux. En Italie, les enceintes sont vieilles. Globalement, mes impressions correspondent à l’image que j’avais de la L 1 avant de venir à Paris, celle d’un Championnat serré, avec des équipes bien organisées défensivement et un jeu vraiment physique, a déclaré Carletto, qui n’a pas encore rencontré beaucoup d’équipes mais qui sait lesquelles d’entre elles peuvent s’avérer les plus dangereuses. Aujourd’hui, c’est Montpellier. Mais je me méfie de Marseille, qui a beaucoup d’expérience, de qualité. Je connais très bien Didier (Deschamps). Il a une connaissance fantastique du football et il peut tout à fait mêler son équipe à la bataille pour le titre.»

Et pour laisser à distance et contrer une équipe tactiquement solide comme l’OM, le technicien italien va faire confiance à son schéma en sapin de Noël, même s’il n’exclut pas de changer de système à l’avenir. « Dans le système qu’on est en train de mettre en place, on s’attache à avoir une bonne possession du ballon. Avoir trois milieux défensifs et deux milieux offensifs, c’est mieux pour contrôler l’utilisation de la balle. Ce système en 4-3-2-1, je ne pense pas que ce soit un système pour gagner. Mais je pense qu’il permet d’échafauder une bonne philosophie de jeu. Dans un deuxième temps, on pourra changer de système, évoluer avec deux attaquants et un meneur de jeu derrière eux. Quand j’entraînais Parme (1996-1998), je pensais déjà que le meilleur système était le 4-4-2. En observant le travail d’Arrigo Sacchi (1), j’ai vu que ce système était celui qui mettait le plus les joueurs en confiance. Quand j’ai pu acheter Roberto Baggio, j’ai dit aux gens de Parme : “Baggio n’est pas adapté au 4-4-2.”Ensuite, je suis allé à la Juventus (1999-2001), où il y avait Zidane. Je ne me voyais pas le faire jouer sur un côté dans un 4-4-2. C’est pour cela qu’à chaque fois j’ai adapté le système au profil de ces joueurs

Mais pour l’instant, il préfère roder son équipe avec son 4-3-2-1, et le passage à deux attaquants n’est donc pas prévu pour tout de suite, même s’il peut réserver des surprises. « Tout est possible. Après tout, sur mon premier match (contre Toulouse, 3-1, le 14 janvier), j’ai même inventé un système sans attaquant (2) ! (Il rit.) On peut jouer dans différents schémas. Aujourd’hui, on a un très bon milieu avec des joueurs comme Sissoko, Bodmer, Thiago Motta, Matuidi, Chantôme. On continuera à jouer avec trois milieux de terrain jusqu’à la fin de la saison, a assuré Ancelotti, avant d’indiquer qu’il souhaitait descendre Pastore d’un cran, afin de le mettre dans les meilleurs dispositions possibles.  Je voudrais essayer Pastore dans une position plus basse, sur la gauche du trident de milieux axiaux.»

En descendant Javier Pastore dans son trident de milieux, Ancelotti pourrait alors aligner Ménez derrière Gameiro. Cependant, en admettant que Sissoko et Thiago Motta soient des titulaires indiscutables, Mathieu Bodmer pourrait sortir de l’équipe. On pourrait donc observer ce onze : Sirigu – Bisevac, Alex, Sakho, Maxwell – Sissoko, Motta, Pastore – Nene, Ménez – Gameiro. Plutôt alléchant.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club