Restez connectés avec nous

Club

Ancelotti : « J’espère avoir Verratti »

Samedi, Carlo Ancelotti a profité d’un après-midi de repos pour accorder un entretien aux médias présents en Autriche. L’entraîneur du PSG a évoqué de nombreux sujets tels que la concurrence au sein de son équipe, les cas Sakho, Chantôme et Nene, et évidemment le mercato estival du club de la capitale avec, entre autres, la possible arrivée de Marco Verratti.

Au-delà de la préparation physique, Carlo Ancelotti tente d’imposer une nouvelle philosophie dans la tête de ses joueurs. Le technicien italien leur demande de tout donner pour l’équipe et d’accepter la concurrence, qui sera encore plus forte cette saison. « La concurrence sera différente, oui. Les mentalités sont en train d’évoluer dans l’équipe. Ce sera une saison très importante et très difficile parce qu’on aura beaucoup de matches au programme. Il faudra pouvoir tourner, gérer les temps de jeu. A chaque match, il y aura seulement onze joueurs sur le terrain. Mais chaque joueur doit se dire qu’il ne disputera pas tous les matches de la saison. Quand un joueur sera fatigué, je veux pouvoir le sortir de l’équipe pour éviter qu’il ne se blesse. (Il insiste.) Les joueurs doivent comprendre qu’on met en place une nouvelle philosophie pour être compétitif en France et en Europe pour les saisons à venir. Puisqu’on évoque ce sujet, j’ai été un peu surpris par les déclarations de Mamadou (Sakho). C’est un jeune joueur de vingt-deux ans, plein de qualités et formé au club. A mes yeux, Sakho est un élément important. Mais il doit apprendre à penser en fonction de l’intérêt supérieur de son club. C’est vrai, je ne peux pas lui promettre qu’il jouera tous les matches. Mais c’est la même chose pour Alex, Ménez, Nene…Dans un grand club, il y a de la concurrence. Elle est nécessaire pour la stimulation. (…) Un joueur doit même penser que la concurrence est une bonne chose. A chaque fois que j’ai aligné un joueur, c’était parce qu’il avait été bon à l’entraînement. Je ne titularise pas un joueur parce que le club aurait payé cher pour le recruter. Et puis, un joueur doit penser qu’il vaut mieux jouer trente-cinq matches dans un grand club que cinquante-cinq dans un petit club. Trois matches de Ligue des Champions, c’est mieux que dix autres dans une autre compétition. C’est là où les mentalités, ici, doivent changer, a expliqué « Carletto », avant de revenir sur le souhait de Clément Chantôme de quitter le club et celui de Nene de prolonger son contrat. Chantôme à Lyon ? Non. Il reste au PSG. Son cas est différent (de celui de Sakho, ndlr). Il a clairement demandé à partir. Cette semaine, j’ai parlé avec lui. Je lui ai dit : « Content ou pas content, tu restes. » Moi, je pense qu’il est content. Je pense…(Il sourit.) Nene ? Il est dans son droit de réclamer une prolongation. Mais le club a le droit d’attendre. Je ne pense pas que ce soit un problème d’attitude. C’est simplement une question financière. Il est normal que le club ait une réflexion sur la prolongation d’un joueur qui va avoir trente et un ans (le 19 juillet). Techniquement, il a été très bon la saison passée, même s’il a peut-être commis quelques erreurs. Mais qui n’en commet pas ? Il a marqué beaucoup de buts (21 en L1). Quand je suis arrivé, je ne le connaissais pas. Au bout de six mois, je le trouvais fantastique. Mais il peut aider l’équipe à jouer mieux. Son sens du collectif doit s’améliorer. »

Et ce sens du collectif, les joueurs devront s’en servir dans un système de jeu qu’ils connaissent. En effet, cette saison, Carlo Ancelotti a l’intention d’utiliser son 4-3-3 habituel et demandera à ses éléments offensifs de déstabiliser les défenses adverses grâce à leurs mouvements intempestifs. « L’expérience de la saison passée me fait dire qu’on jouera toujours avec quatre défenseurs, trois milieux axiaux et trois attaquants, un dans l’axe et un sur chaque côté. Il pourrait y avoir des variantes. Parfois, on jouera peut-être avec un meneur de jeu derrière deux attaquants. Le plus important, ce seront les déplacements de nos joueurs entre le deux ligne adverses, celles des milieux et des défenseurs. Il faudra des bons mouvements avec la montée d’un milieu ou un ailier qui repique vers l’intérieur. C’est cette animation qui sera capitale, plus que la position théorique des attaquants. »

Pour animer cette attaque, l’entraîneur du PSG a dans son viseur Marco Verratti. Le jeune milieu de terrain de 19 ans est une véritable priorité pour le technicien italien. « Il nous intéresse parce qu’il est l’un des meilleurs jeunes joueurs d’Italie. Il a dix-neuf ans. Il sort d’une saison superbe avec Pescara. Il a été formé comme numéro 10, mais c’est au poste de numéro 6 qu’il s’est révélé. Il est intelligent, talentueux et possède une grande qualité de passe. Beaucoup de clubs cherchent un tel joueur. En Italie, les experts en parlent comme du « nouveau Pirlo ». Si la comparaison est justifiée ? Oui, elle l’est. Après question qualité, personnalité et expérience, Pirlo, c’est Pirlo. Verratti, c’est différent. J’espère avoir ce joueur. Il serait important pour le futur du club. »

Mais une des autres priorités du club cet été sera de recruter un attaquant de classe mondiale. Une tâche qui s’annonce compliquée en raison de la gourmandise des clubs vendeurs. « Le mercato n’est pas facile. Le club veut investir pour améliorer l’équipe. Le problème, c’est que le PSG est un peu le seul club à pouvoir investir…A chaque fois que Paris se penche vers un joueur, son prix enfle dans des proportions incroyable. Du coup, parfois, on s’est retiré des négociations parce que cela n’avait plus de sens. On veut payer le juste prix. A l’AC Milan, des joueurs très importants ont signé sans qu’on ait payé un prix anormal. Paris non plus ne veut pas qu’on lui impose un tarif spécial. C’est pourquoi le club a mis fin à certaines discussions », a expliqué Ancelotti dans L’Equipe, lui qui sait qu’il faudra se montrer patient durant deux mois avant de voir arriver un buteur.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club