Club

Appelez-le, Monsieur Makélélé

Publie le 21/05/2011 a 15:02



  • Il était destiné à devenir un jour, footballeur professionnel. Tout était dit d’avance, l’histoire était écrite, celle d’un avenir certain, ballon au pied, maillot mouillé. Son père, André-Joseph Makelele, était footballeur de haut niveau lorsque claude, pas plus haut d’un mètre, courrait comme un enfant qu’il était. Dès l’âge de 5 ans, il vêtu son premier maillot de football, dans le club de l’US Melun, en compagnie d’un certain Lillian Thuram. Il était bien évidemment difficile à cette époque de déceler le talent de Claude, mais sa motivation et ses performances laissaient quelques doutes à ses proches.

    C’est en 1991 que Claude Makélélé devient footballeur professionnel sur les terres bretonnes du Stade Brestois, où il évolue milieu droit. Un court passage dans le Finistère puisque le club breton, en faillite, se doit de rétrograder de deux divisions. C’est alors que sa carrière vit le jour. Des belles années avec le FC Nantes, il n’a pas mis longtemps à montrer tout son talent. Un mental d’acier, une condition physique remarquable qui lui a permis d’ouvrir les portes de la sélection française. Un rêve de gosse pour « Maké ».

    Après plusieurs belles saisons dans la Loire Atlantique, il quittera le nord pour se retrouver dans le sud, à l’Olympique de Marseille. Une saison délicate l’attend, tellement difficile qu’il a du dès la fin de la première année marseillaise, quitter la canebière, pour retrouver un club espagnol. Tout d’abord le Celta Vigo, où il passe deux saisons, puis le Real Madrid. C’est à ce moment là que le nom « Claude Makélélé » pris une toute autre dimension. Excellent sur les terrains, il devient rapidement un élément incontournable de l’effectif espagnol. Il croisera sur sa route un certain Luis Figo, ou même Zinédine Zidane, bref, une longue liste de stars galactiques. Il décidera par la suite de rejoindre le club anglais de Chelsea afin d’évoluer dans un tout autre championnat. Il réalisera 264 matchs sous le maillot des blues devenant un temps capitaine. Une belle période donc pour l’international tricolore.

    Désireux de terminer sa carrière dans le pays de son coeur, Claude Makélélé rejoindra en 2008, le Paris Saint-Germain. En pleine crise, il n’a pas hésité à montrer toute son envie de faire revenir au PSG, toutes ses lettres de noblesse. Il deviendra rapidement le capitaine, un leader pour tous, un exemple même. Sa carrière fait rêver les jeunes autour de lui, il donne ses conseils, et réussi deux belles saisons sous la capitale.

    On ne pourra pas l’oublier non, que l’on est 50, 40, 20 ou même 10 ans, le passage de Claude Makélélé dans le monde du football. Sa carrière laissera une trainée dernière lui, une belle et longue trainée. Merci monsieur, oui monsieur, car vous le méritez, d’avoir fait un passage dans un monde pourtant difficile d’accès, celui d’un footballeur professionnel. Merci pour votre sympathie, merci de nous avoir fait rêver, merci de rester toujours aussi simple, et bon. Merci d’avoir fait de l’Equipe de France, une belle équipe. Merci d’avoir montré votre talent, et votre envie aux supporters, à vos coéquipiers. Tout simplement merci pour tout. En espèrent vous revoir, bientôt, que cela soit dans le football ou pas, pour continuer à faire de ce sport, une vraie passion communautaire.

    Publie le 21/05/2011 a 15:02

    Appelez-le, Monsieur Makélélé

    Il était destiné à devenir un jour, footballeur professionnel. Tout était dit d’avance, l’histoire était écrite, celle d’un avenir certain, ballon au pied, maillot mouillé. Son père, André-Joseph Makelele, était footballeur de haut niveau lorsque claude, pas plus haut d’un mètre, courrait comme un enfant qu’il était. Dès l’âge de 5 ans, il vêtu son premier maillot de football, dans le club de l’US Melun, en compagnie d’un certain Lillian Thuram. Il était bien évidemment difficile à cette époque de déceler le talent de Claude, mais sa motivation et ses performances laissaient quelques doutes à ses proches.

    C’est en 1991 que Claude Makélélé devient footballeur professionnel sur les terres bretonnes du Stade Brestois, où il évolue milieu droit. Un court passage dans le Finistère puisque le club breton, en faillite, se doit de rétrograder de deux divisions. C’est alors que sa carrière vit le jour. Des belles années avec le FC Nantes, il n’a pas mis longtemps à montrer tout son talent. Un mental d’acier, une condition physique remarquable qui lui a permis d’ouvrir les portes de la sélection française. Un rêve de gosse pour « Maké ».

    Après plusieurs belles saisons dans la Loire Atlantique, il quittera le nord pour se retrouver dans le sud, à l’Olympique de Marseille. Une saison délicate l’attend, tellement difficile qu’il a du dès la fin de la première année marseillaise, quitter la canebière, pour retrouver un club espagnol. Tout d’abord le Celta Vigo, où il passe deux saisons, puis le Real Madrid. C’est à ce moment là que le nom « Claude Makélélé » pris une toute autre dimension. Excellent sur les terrains, il devient rapidement un élément incontournable de l’effectif espagnol. Il croisera sur sa route un certain Luis Figo, ou même Zinédine Zidane, bref, une longue liste de stars galactiques. Il décidera par la suite de rejoindre le club anglais de Chelsea afin d’évoluer dans un tout autre championnat. Il réalisera 264 matchs sous le maillot des blues devenant un temps capitaine. Une belle période donc pour l’international tricolore.

    Désireux de terminer sa carrière dans le pays de son coeur, Claude Makélélé rejoindra en 2008, le Paris Saint-Germain. En pleine crise, il n’a pas hésité à montrer toute son envie de faire revenir au PSG, toutes ses lettres de noblesse. Il deviendra rapidement le capitaine, un leader pour tous, un exemple même. Sa carrière fait rêver les jeunes autour de lui, il donne ses conseils, et réussi deux belles saisons sous la capitale.

    On ne pourra pas l’oublier non, que l’on est 50, 40, 20 ou même 10 ans, le passage de Claude Makélélé dans le monde du football. Sa carrière laissera une trainée dernière lui, une belle et longue trainée. Merci monsieur, oui monsieur, car vous le méritez, d’avoir fait un passage dans un monde pourtant difficile d’accès, celui d’un footballeur professionnel. Merci pour votre sympathie, merci de nous avoir fait rêver, merci de rester toujours aussi simple, et bon. Merci d’avoir fait de l’Equipe de France, une belle équipe. Merci d’avoir montré votre talent, et votre envie aux supporters, à vos coéquipiers. Tout simplement merci pour tout. En espèrent vous revoir, bientôt, que cela soit dans le football ou pas, pour continuer à faire de ce sport, une vraie passion communautaire.




  • Tags de l'article : , , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • Guillaume

      Je voulais parler des gros clubs, mais je l’ai rajouté dans le texte ; )

    • Jojo67

      exact cloclo il a jouer 2 saison au celta vigo et après au real madrid .merci pour ces saisons passaient au psg.

    • Cloclo

      Il me semble que après Marseille il va au Celta Vigo et non pas au Réal .

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    LDC – Corentin Tolisso finalement disponible pour PSG/Bayern Munich

    Adversaires

    Mardi soir, Corentin Tolisso est sorti à la 69e minute du match entre Schalke 04 et ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    NicolasBa mis à jour un post"Cavani "Neymar ? Je ne sais pas pourquoi on crée ces histoires...il n'y a aucun problème""
    3 days ago
    Flavien Casinia mis à jour un post"Moulin «la différence entre les deux équipes : deux tirs cadrés pour eux, deux buts»"
    4 days ago

    Actualité Féminine

    Arnaud Péricard « Les filles sont chez elles à Saint-Germain-en-Laye et on veut qu’elles y restent »

    Actu Féminin

    Volte face temporaire du Paris Saint-Germain qui ne veut plus accueillir les matchs officiels de son ...

    Vidéos PSG

    Appelez-le, Monsieur Makélélé

    <Club

    Il était destiné à devenir un jour, footballeur professionnel. Tout était dit d’avance, l’histoire était écrite, celle d’un avenir certain, ballon au pied, maillot mouillé. Son père, André-Joseph Makelele, était footballeur de haut niveau lorsque claude, pas plus haut d’un mètre, courrait comme un enfant qu’il était. Dès l’âge de 5 ans, il vêtu son premier maillot de football, dans le club de l’US Melun, en compagnie d’un certain Lillian Thuram. Il était bien évidemment difficile à cette époque de déceler le talent de Claude, mais sa motivation et ses performances laissaient quelques doutes à ses proches.

    C’est en 1991 que Claude Makélélé devient footballeur professionnel sur les terres bretonnes du Stade Brestois, où il évolue milieu droit. Un court passage dans le Finistère puisque le club breton, en faillite, se doit de rétrograder de deux divisions. C’est alors que sa carrière vit le jour. Des belles années avec le FC Nantes, il n’a pas mis longtemps à montrer tout son talent. Un mental d’acier, une condition physique remarquable qui lui a permis d’ouvrir les portes de la sélection française. Un rêve de gosse pour « Maké ».

    Après plusieurs belles saisons dans la Loire Atlantique, il quittera le nord pour se retrouver dans le sud, à l’Olympique de Marseille. Une saison délicate l’attend, tellement difficile qu’il a du dès la fin de la première année marseillaise, quitter la canebière, pour retrouver un club espagnol. Tout d’abord le Celta Vigo, où il passe deux saisons, puis le Real Madrid. C’est à ce moment là que le nom « Claude Makélélé » pris une toute autre dimension. Excellent sur les terrains, il devient rapidement un élément incontournable de l’effectif espagnol. Il croisera sur sa route un certain Luis Figo, ou même Zinédine Zidane, bref, une longue liste de stars galactiques. Il décidera par la suite de rejoindre le club anglais de Chelsea afin d’évoluer dans un tout autre championnat. Il réalisera 264 matchs sous le maillot des blues devenant un temps capitaine. Une belle période donc pour l’international tricolore.

    Désireux de terminer sa carrière dans le pays de son coeur, Claude Makélélé rejoindra en 2008, le Paris Saint-Germain. En pleine crise, il n’a pas hésité à montrer toute son envie de faire revenir au PSG, toutes ses lettres de noblesse. Il deviendra rapidement le capitaine, un leader pour tous, un exemple même. Sa carrière fait rêver les jeunes autour de lui, il donne ses conseils, et réussi deux belles saisons sous la capitale.

    On ne pourra pas l’oublier non, que l’on est 50, 40, 20 ou même 10 ans, le passage de Claude Makélélé dans le monde du football. Sa carrière laissera une trainée dernière lui, une belle et longue trainée. Merci monsieur, oui monsieur, car vous le méritez, d’avoir fait un passage dans un monde pourtant difficile d’accès, celui d’un footballeur professionnel. Merci pour votre sympathie, merci de nous avoir fait rêver, merci de rester toujours aussi simple, et bon. Merci d’avoir fait de l’Equipe de France, une belle équipe. Merci d’avoir montré votre talent, et votre envie aux supporters, à vos coéquipiers. Tout simplement merci pour tout. En espèrent vous revoir, bientôt, que cela soit dans le football ou pas, pour continuer à faire de ce sport, une vraie passion communautaire.

    By
    @
    OTER ?>