Restez connectés avec nous
Bastia - PSG, la banderole de la discorde

Club

Bastia – PSG, la banderole de la discorde

        Au moment même où la France connait des événements dramatiques qui perturbent le pays, les supporters bastiais, à leurs manières, dénoncent le terrorisme en y associant le PSG et ses dirigeants. L’accusation est manifeste « Le Qatar finance le PSG… et le terrorisme. » En déployant cette banderole, ils accusent directement les propriétaires du Paris-Saint-Germain de s’être rendu responsable des attentats contre Charlie Hebdo et ceux de Vincennes et autres actions terroristes. Venant de supporters bastiais qui ont fait passer les exactions, les règlements de comptes et la création de groupuscules indépendantistes comme monnaies courantes, c’est surprenant. Peut-être devraient-ils balayer devant leur porte avant de se draper devant l’indignation de façade.

   Devant l’unité nationale affichée, les bastiais ont souhaités s’exprimer par la provocation, la calomnie et la bassesse. Il est indéniable que la Qatar, comme d’autres Etats du Golfe ont des liens parfois, plus ou moins ambiguës, avec des organisations terroristes, mais dont l’implication dans les attentats qui frappèrent le pays est inexistante.

   Face à ces accusations mensongères,le PSG décide de répliquer par le biais d’une demande adressée à la LFP, qui doit s’emparer du dossier. Il semblerait que ce sujet doive être soumis à discussion ce jeudi, au moment de la prochaine réunion de la Commission de discipline. Habitué aux dérives de ses supporters, le club corse risque de payer un lourd tribut. Face à cela,le président du club de Bastia, Mr Geronimi ne voit pas dans cette affaire une raison de s’insurger et refuse la polémique. Il résume cela en quelques mots « On n’est pas là pour polémiquer.On fait en sorte que la politique reste aux portes du stade.Elle est rentrée par morceaux,mais il y’a des banderoles bien plus grandes qui sont rentrées dans des stades beaucoup plus grands.« 

   Faisant référence à la pseudo banderole anti-chtis déployées par des supporters parisiens, les dirigeants corses voient dans cette affaire quelque chose d’insignifiant. Il est sans doute compréhensible que monsieur Geronimi défende son club, il est inacceptable en revanche qu’il fasse de cette provocation un non événement. Nul doute que l’affaire n’en restera pas là.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club