Club

Beckham : « Je peux aussi jouer au foot »

David BECKHAM
Publie le 01/03/2013 a 09:00



  • Ouvert aux médias jeudi lors d’une grande opération marketing pour son sponsor Adidas, David Beckham s’est livré sur sa vie personnelle, ses ambitions avec le PSG ou encore son rôle tactique au sein de la formation parisienne.

    Evidemment très attendu hier en fin d’après-midi sur les Champs-Elysées, David Beckham a semble-t-il vécu une journée assez banale, faite d’obligations professionnelles et d’engouement populaire à chacun de ses déplacements. « C’est un jour spécial, mais il faut bien reconnaître que c’est ma vie, aussi ! (Sourire.) Je suis d’abord un joueur, mais j’ai toujours fait des choses à l’extérieur, sans que ça n’interfère jamais dans mon football. Aujourd’hui, c’est spécial, parce que Zizou est venu me souhaiter la bienvenue à Paris et en France, et que je ne pouvais pas rêver mieux. Est-il parfois difficile d’être David Beckham ? Non ! (Ferme.) Jamais je ne me plaindrai d’être qui je suis. Je suis dans une situation très privilégiée, j’ai beaucoup de chance, a admis le Spice Boy, qui est avant tout un papa heureux et un homme chanceux de pouvoir encore jouer au football à l’âge de 37 ans. Un secret de longévité assez propre aux joueurs ou anciens joueurs de Manchester United. La majorité des jeunes joueurs de Manchester United qui sont apparus, au milieu des années 1990, Ryan Giggs, Nicky Butt, Gary Neville, Phil Neville, Paul Scholes et moi, sont encore sur le terrain. Je pense que c’est parce que sir Alex Ferguson a su nous montrer le bon chemin quand on était encore des adolescents, il nous a éduqués à respecter le jeu, à respecter nos corps et à aimer ce que l’on fait. Lequel d’entre nous s’arrêtera en dernier ? Pour l’instant, c’est Ryan Giggs (39 ans) qui est allé le plus loin. Il continue de jouer au plus haut niveau, et il n’a pas l’air de vouloir s’arrêter. Mais bon, à la fin, ça sera peut-être moi ! (Sourire.) Pour être sincère, un des plus grands bonheurs de ma carrière aura été de pouvoir vivre cette vie de joueur professionnel avec mes enfants ces dix dernières années. C’était un des mes grands rêves, vivre cette expérience avec eux. Même avant de rencontrer ma femme, c’était un rêve que je faisais quand j’étais jeune. Je voulais avoir des enfants qui vivent à mes côtés ma vie de footballeur. J’en suis très heureux. Ma fille a seulement deux ans, elle ne sait pas encore ce que c’est, mais elle va s’en rendre compte un jour. Bien sûr, je suis footballeur professionnel, mais quand je suis avec mes enfants, je suis juste un père qui adore aller au stade avec eux. J’ai deux fils qui sont supporters de Manchester United et un qui est fan d’Arsenal. D’ailleurs, je ne sais toujours pas comment cela a pu arriver ! (Sourire.) L’un d’eux s’entraîne avec Chelsea, mais on verra bien. Ils sont toujours devenus supporters des équipes dans lesquelles je jouais. Donc, maintenant, ils sont des supporters du PSG. »

    Sportivement, le milieu de terrain anglais souhaite apporter au PSG durant les trois prochains mois, quelque soit le poste où le fera jouer Carlo Ancelotti. Même à droite du milieu de terrain parisien. « Oui, absolument. C’est une position que j’ai occupée pendant des années ! J’aurais juste besoin d’un petit peu de la vitesse de Lucas, ça m’aiderait… (Il réfléchit.) Je pense que je pourrais encore jouer dans le couloir s’il le fallait. Toute ma carrière, j’ai plutôt été un meneur excentré qu’un ailier de débordement. Même dans mes jeunes années à Manchester, je n’étais pas un ailier, plutôt quelqu’un qui travaillait sur le côté et qui centrait. La force de mon jeu a toujours reposé sur les passes et les centres, a-t-il rappelé, lui qui a évolué dans une position reculée dimanche soir face à l’OM, telle une véritable rampe de lancement. Oui, c’est vrai, et c’était ce que Carlo (Ancelotti) m’avait demandé. Il voulait que je sois un meneur de jeu en position basse. Les matches précédents, j’avais regardé attentivement la manière dont Marco (Verratti) et Blaise (Matuidi) évoluaient dans cette zone, comment ils demandaient la balle aux défenseurs pour pouvoir faire la même chose qu’eux, au moins dans le même esprit. Je veux amener quelque chose à l’équipe, pas la perturber. Avoir la même activité que Verratti et Matuidi ? Non, bien sûr, ce serait difficile, parce qu’ils sont tous les deux très jeunes, beaucoup plus jeunes que moi. Mais j’ai aimé la manière dont on a joué contre Marseille, avec Blaise à côté de moi. Il court tellement que pour un joueur plus vieux, comme moi, c’est agréable d’avoir à ses côtés un joueur plus jeune, comme lui. »

    Et s’il est aujourd’hui sous contrat jusqu’en juin prochain avec le PSG, l’ancien international anglais souhaiterait continuer l’aventure parisienne, que ce soit sur ou en dehors du terrain, afin de faire entièrement partie du projet. « Je peux déjà voir l’excitation, et les changements que les nouveaux propriétaires du club ont déjà impulsés. Je sens déjà ce qu’ils veulent réussir. Le PSG est un grand club, respecté. Ce que le président (Nasser al-Khelaïfi) et Leonardo (le directeur sportif) sont en train d’essayer de faire, c’est d’amener le PSG à devenir une grande puissance européenne. Ils vont y arriver, et les gens à Paris commencent à le réaliser. Alors, c’est un moment de l’histoire du club un peu particulier qui me donne un sentiment spécial. Je sais que j’ai seulement un contrat de six mois, mais je veux vraiment contribuer à ce que le PSG devienne ce grand club. À mon âge, je ne peux pas avoir un contrat de deux ou trois ans, je prends chaque année comme elle vient. Si je me sens toujours autant en forme, je continuerai à jouer. Agacé par mon image d’icône marketing ? Non, pas du tout. Si je peux contribuer à faire vendre beaucoup de maillots, pas de problème, tant mieux ! C’est super de voir autant de gens porter mon maillot. Dans la plupart des clubs où j’ai joué, j’ai entendu la même chose, que je venais pour faire vendre des maillots. C’était comme ça à Manchester United, au Real Madrid, à l’AC Milan, au Los Angeles Galaxy. Je suis très fier qu’autant de gens achètent mon maillot, mais je peux aussi jouer encore un petit peu au foot, je vous assure…, a poursuivi Beckham dans cet entretien accordé à L »Equipe, avant de se montrer impressionné par ses nouveaux coéquipiers au PSG, notamment Zlatan Ibrahimovic. Je ne suis pas surpris, mais le talent de certains jeunes joueurs me stupéfie, parfois, à l’entraînement. Il y a un mélange assez incroyable de jeunes joueurs et de grands joueurs plus expérimentés, comme Ibra. Vous savez, dans un grand club, il est très difficile de faire en sorte que tous les joueurs aient la même faim, la même envie de gagner. Ibra est un bon exemple. Il pense football, il vit football, mais il continue de travailler dur et il veut gagner tout le temps. Quand il perd un petit jeu, son visage se ferme, c’est impressionnant…(…)  Zlatan est vraiment plus grand que moi ! (Rires.) Tout le monde a un ego, dans une certaine mesure, mais Zlatan est un type super. Avant de venir ici, je le connaissais comme joueur, je l’avais vu jouer dans quelques-uns des plus grands clubs du monde, mais je ne le connaissais pas en tant que personne et coéquipier. Maintenant, oui. Je suis seulement au club depuis trois semaines, mais je n’ai pas rencontré beaucoup de joueurs dans ma carrière qui soient aussi professionnels que Zlatan. S’il accepte facilement le fait de n’être plus la seule star de l’équipe ? Je pense surtout qu’il s’en fiche ! Il veut juste jouer, gagner. Les joueurs de ce niveau s’en fichent de l’ego. Ce qu’ils veulent, ce n’est pas être au centre de l’attention, c’est remporter des trophées. C’est aussi simple que ça. J’ai eu la chance de gagner une fois la Ligue des champions et c’est une des choses les plus spéciales que j’ai pu accomplir dans ce jeu. Quand vous soulevez ce trophée, c’est un moment unique. Je ne veux pas parler de gagner à nouveau la Ligue des champions, parce que c’est beaucoup trop loin, aujourd’hui, mais le simple fait de la jouer à nouveau, après en avoir été éloigné pendant sept ans, c’est incroyable. »

    Publie le 01/03/2013 a 09:00

    Beckham : « Je peux aussi jouer au foot »

    Ouvert aux médias jeudi lors d’une grande opération marketing pour son sponsor Adidas, David Beckham s’est livré sur sa vie personnelle, ses ambitions avec le PSG ou encore son rôle tactique au sein de la formation parisienne.

    Evidemment très attendu hier en fin d’après-midi sur les Champs-Elysées, David Beckham a semble-t-il vécu une journée assez banale, faite d’obligations professionnelles et d’engouement populaire à chacun de ses déplacements. « C’est un jour spécial, mais il faut bien reconnaître que c’est ma vie, aussi ! (Sourire.) Je suis d’abord un joueur, mais j’ai toujours fait des choses à l’extérieur, sans que ça n’interfère jamais dans mon football. Aujourd’hui, c’est spécial, parce que Zizou est venu me souhaiter la bienvenue à Paris et en France, et que je ne pouvais pas rêver mieux. Est-il parfois difficile d’être David Beckham ? Non ! (Ferme.) Jamais je ne me plaindrai d’être qui je suis. Je suis dans une situation très privilégiée, j’ai beaucoup de chance, a admis le Spice Boy, qui est avant tout un papa heureux et un homme chanceux de pouvoir encore jouer au football à l’âge de 37 ans. Un secret de longévité assez propre aux joueurs ou anciens joueurs de Manchester United. La majorité des jeunes joueurs de Manchester United qui sont apparus, au milieu des années 1990, Ryan Giggs, Nicky Butt, Gary Neville, Phil Neville, Paul Scholes et moi, sont encore sur le terrain. Je pense que c’est parce que sir Alex Ferguson a su nous montrer le bon chemin quand on était encore des adolescents, il nous a éduqués à respecter le jeu, à respecter nos corps et à aimer ce que l’on fait. Lequel d’entre nous s’arrêtera en dernier ? Pour l’instant, c’est Ryan Giggs (39 ans) qui est allé le plus loin. Il continue de jouer au plus haut niveau, et il n’a pas l’air de vouloir s’arrêter. Mais bon, à la fin, ça sera peut-être moi ! (Sourire.) Pour être sincère, un des plus grands bonheurs de ma carrière aura été de pouvoir vivre cette vie de joueur professionnel avec mes enfants ces dix dernières années. C’était un des mes grands rêves, vivre cette expérience avec eux. Même avant de rencontrer ma femme, c’était un rêve que je faisais quand j’étais jeune. Je voulais avoir des enfants qui vivent à mes côtés ma vie de footballeur. J’en suis très heureux. Ma fille a seulement deux ans, elle ne sait pas encore ce que c’est, mais elle va s’en rendre compte un jour. Bien sûr, je suis footballeur professionnel, mais quand je suis avec mes enfants, je suis juste un père qui adore aller au stade avec eux. J’ai deux fils qui sont supporters de Manchester United et un qui est fan d’Arsenal. D’ailleurs, je ne sais toujours pas comment cela a pu arriver ! (Sourire.) L’un d’eux s’entraîne avec Chelsea, mais on verra bien. Ils sont toujours devenus supporters des équipes dans lesquelles je jouais. Donc, maintenant, ils sont des supporters du PSG. »

    Sportivement, le milieu de terrain anglais souhaite apporter au PSG durant les trois prochains mois, quelque soit le poste où le fera jouer Carlo Ancelotti. Même à droite du milieu de terrain parisien. « Oui, absolument. C’est une position que j’ai occupée pendant des années ! J’aurais juste besoin d’un petit peu de la vitesse de Lucas, ça m’aiderait… (Il réfléchit.) Je pense que je pourrais encore jouer dans le couloir s’il le fallait. Toute ma carrière, j’ai plutôt été un meneur excentré qu’un ailier de débordement. Même dans mes jeunes années à Manchester, je n’étais pas un ailier, plutôt quelqu’un qui travaillait sur le côté et qui centrait. La force de mon jeu a toujours reposé sur les passes et les centres, a-t-il rappelé, lui qui a évolué dans une position reculée dimanche soir face à l’OM, telle une véritable rampe de lancement. Oui, c’est vrai, et c’était ce que Carlo (Ancelotti) m’avait demandé. Il voulait que je sois un meneur de jeu en position basse. Les matches précédents, j’avais regardé attentivement la manière dont Marco (Verratti) et Blaise (Matuidi) évoluaient dans cette zone, comment ils demandaient la balle aux défenseurs pour pouvoir faire la même chose qu’eux, au moins dans le même esprit. Je veux amener quelque chose à l’équipe, pas la perturber. Avoir la même activité que Verratti et Matuidi ? Non, bien sûr, ce serait difficile, parce qu’ils sont tous les deux très jeunes, beaucoup plus jeunes que moi. Mais j’ai aimé la manière dont on a joué contre Marseille, avec Blaise à côté de moi. Il court tellement que pour un joueur plus vieux, comme moi, c’est agréable d’avoir à ses côtés un joueur plus jeune, comme lui. »

    Et s’il est aujourd’hui sous contrat jusqu’en juin prochain avec le PSG, l’ancien international anglais souhaiterait continuer l’aventure parisienne, que ce soit sur ou en dehors du terrain, afin de faire entièrement partie du projet. « Je peux déjà voir l’excitation, et les changements que les nouveaux propriétaires du club ont déjà impulsés. Je sens déjà ce qu’ils veulent réussir. Le PSG est un grand club, respecté. Ce que le président (Nasser al-Khelaïfi) et Leonardo (le directeur sportif) sont en train d’essayer de faire, c’est d’amener le PSG à devenir une grande puissance européenne. Ils vont y arriver, et les gens à Paris commencent à le réaliser. Alors, c’est un moment de l’histoire du club un peu particulier qui me donne un sentiment spécial. Je sais que j’ai seulement un contrat de six mois, mais je veux vraiment contribuer à ce que le PSG devienne ce grand club. À mon âge, je ne peux pas avoir un contrat de deux ou trois ans, je prends chaque année comme elle vient. Si je me sens toujours autant en forme, je continuerai à jouer. Agacé par mon image d’icône marketing ? Non, pas du tout. Si je peux contribuer à faire vendre beaucoup de maillots, pas de problème, tant mieux ! C’est super de voir autant de gens porter mon maillot. Dans la plupart des clubs où j’ai joué, j’ai entendu la même chose, que je venais pour faire vendre des maillots. C’était comme ça à Manchester United, au Real Madrid, à l’AC Milan, au Los Angeles Galaxy. Je suis très fier qu’autant de gens achètent mon maillot, mais je peux aussi jouer encore un petit peu au foot, je vous assure…, a poursuivi Beckham dans cet entretien accordé à L »Equipe, avant de se montrer impressionné par ses nouveaux coéquipiers au PSG, notamment Zlatan Ibrahimovic. Je ne suis pas surpris, mais le talent de certains jeunes joueurs me stupéfie, parfois, à l’entraînement. Il y a un mélange assez incroyable de jeunes joueurs et de grands joueurs plus expérimentés, comme Ibra. Vous savez, dans un grand club, il est très difficile de faire en sorte que tous les joueurs aient la même faim, la même envie de gagner. Ibra est un bon exemple. Il pense football, il vit football, mais il continue de travailler dur et il veut gagner tout le temps. Quand il perd un petit jeu, son visage se ferme, c’est impressionnant…(…)  Zlatan est vraiment plus grand que moi ! (Rires.) Tout le monde a un ego, dans une certaine mesure, mais Zlatan est un type super. Avant de venir ici, je le connaissais comme joueur, je l’avais vu jouer dans quelques-uns des plus grands clubs du monde, mais je ne le connaissais pas en tant que personne et coéquipier. Maintenant, oui. Je suis seulement au club depuis trois semaines, mais je n’ai pas rencontré beaucoup de joueurs dans ma carrière qui soient aussi professionnels que Zlatan. S’il accepte facilement le fait de n’être plus la seule star de l’équipe ? Je pense surtout qu’il s’en fiche ! Il veut juste jouer, gagner. Les joueurs de ce niveau s’en fichent de l’ego. Ce qu’ils veulent, ce n’est pas être au centre de l’attention, c’est remporter des trophées. C’est aussi simple que ça. J’ai eu la chance de gagner une fois la Ligue des champions et c’est une des choses les plus spéciales que j’ai pu accomplir dans ce jeu. Quand vous soulevez ce trophée, c’est un moment unique. Je ne veux pas parler de gagner à nouveau la Ligue des champions, parce que c’est beaucoup trop loin, aujourd’hui, mais le simple fait de la jouer à nouveau, après en avoir été éloigné pendant sept ans, c’est incroyable. »




  • Toute l'actualité du PSG en vidéo
    Tags de l'article : , , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • maher93

      THE BIGGER DREAM.j’y crois.

    • C’est avec un grand plaisir que j’ai lu vos messages … tout ce que je peux rajouter c’est … Ici c’est Paris !!!!!!!!!!!!!!! Paris !!!!!!!!!!!!!! même à 10 000 bornes … Yes I … One Love !!!

    • Pastore15

      J’étais au Parc mercredi, il fallait que j’y aille, j’y vais pas souvent, mais il fallait.

      Passé la déception de la non titularisation de mon joueur favori, j’ai pu admirer l’échauffement. Et je peux vous dire que quand vous voyez la silhouette encore affûté de Beckham, son nom dans l’équipe qui débute, ça fait tout drôle. Et là tu regardes autour, tu vois un grand colosse qui force le respect à côté de n’importe quel autre joueur, tu vois plus loin deux argentins heureux de se faire des passes, quelques-uns des meilleurs joueurs français, nos titis du club plus ou moins installés dans cette équipe.

      Tu regardes encore et encore, et tu te rends compte que ça a des allures de grand. Et l’émotion te gagne quand vient le moment de scander leur nom.

      La Passion du PSG perdure, les joueurs passent, les époques se succèdent, mais l’amour du club est toujours aussi fort !

      • Slash1276

        Pas mieux!! J’ai exactement le même bonheur quand je les vois tous jouer…

        C’est simple j’aime mon club! Et même les années ou on a terminé 16e, je n’ai jamais perdu cette passion. Et bizarrement, je me suis toujours dit qu’il y aurait des jours meilleurs…la preuve aujourd’hui, nous pouvons tous « rêver plus grand »! :)

        • Pastore15

          C’est clair, la roue tourne, plus ou moins vite mais elle tourne toujours. On ouvre une nouvelle page, que j’espère fermer le plus tard possible .. Mais quand on ouvrira la prochaine, peu importe ce qui s’y trouve, je serai toujours derrière le club !

    • Slash1276

      Franchement j’espère vraiment qu’il pourra prolonger encore un peu pour la saison prochaine ça serait magique sérieusement! Un mec comme Beckham c’est une chance extraordinaire on ne s’en rend même pas compte! J’ai entendu plusieurs joueurs du PSG dans les médias…et ils sont tous unanime: Ce type est un modèle pour tous!

      • Pedromagico

        S’il est au niveau, ça se fera. En gros, il y a pas mal de chances que ça se fasse. Et dans deux ans une reconversion dans le club, ça serait parfait.

        • Slash1276

          Clair!

    • On a beau être conscient de ce qu’est le football moderne et de toutes ces contraintes et de toutes ces vérités, Mais quand j’ai vu en Direct Beckham se jeter dans les bras d’Ibra et l’image que ça faisait !… je n’ai pas pu m’empêcher de dire à ma femme : Regarde !… ça c’est la magie de se Sport !…
      Les Joueurs se félicitent après les but puis tu les vois de Dos rejoindre leur partie de Terrain et tu lis les noms sur les Maillot !… moi ça me fait délirer tout simplement. et pourtant en 50 ans j’en ai vu des choses dans le foot, Je suis Français, j’ai vu les Bleus et leur exploit en coupe du monde et en championnat d’Europe dans les années 82, 84, 86… Un rêve Français qu’on imagine impossible et puis arriva 1998… c’est ça la Magie du Foot

      Qu’est ce qu’il me reste maintenant ? le PSG… est ce que quelqu’un ici aurait pu imaginer ne serait ce qu’il y a deux ans qu’une telle aventure prendrait forme ?…
      On peut rester réaliste et dubitatif sur certains matchs, on peut croire que Paris ne joue pas certains Match comme celui contre Marseille Dimanche en Championnat… Ou au contraire tenir le match comme celui de Mercredi, Morailté, 2 équipes quasiment différentes, et deux fois 2-0… Comme le Dit Elie Baup, C’est le Tarif ici !!… il va falloir s’y faire.

      Beckham au PSG, c’est peu-être de la Com, c’est en tous cas sportif, vu que le Spice boy joue et qui plus est quasiment tous le Match, c’est en tous cas pour ça que j’aime le Foot, pour ça que j’aime le PSG… Est ce que je suis fou ? je ne sais pas, mais moi aussi j’ai des rêves… Finale de Champions League… Ha mes amis… O-O on est à la 89e Minute, hOo coup franc pour Paris… Beckham s’élance… (Non !! les reves peuvent devenirs réalités ?)

      Bon ben voila !! je suis de bon humeur ce matin ! il y a des matins comme ça !…

      Phil

      • Shadcfc

        Je n’aurais pas pu fait mieux.
        Merci Phil pour ce billet d’humeur.

      • Pedromagico

        Rien que d’imaginer ce que tu dis en LDC, un gros frisson est apparu. On vit un rêve, espérons que ça aille encore plus loins.

        • soukPSG

          c’est pareil pour moi! je me suis fais un beau film en le lisant lol.
          très bien écrit d’ailleurs.

      • Slash1276

        Et dire que des gros cons ont dit que cette joie était calculé! Nan mais je rêve on est complètement dingue en France!

      • 1.christiannie

        Même parcours, mêmes souvenirs…Mais aussi les années 70, avec la création du club, alors que nous étions horphelins de feu le Racing Club de PARIS et l’épopée européenne des verts…Encore plus avant, mais comme si c’était il y a à peine 20 ans, 58 (j’avais 10ans) avec les anciens de SUEDE à la radio et les rémois, qu’on adorait en Coupe d’EUROPE, mais qui venaient nous taper régulièrement dans l’ancien Parc, comme s’ils étaient chez eux…Et puis, aujourd’hui, alors qu’on se croit revenu de tout (surtout après 98), voila qu’on se surprend à ressentir des frissons et à sentir la buée monter aux yeux, en voyant des maillots du PSG développer des actions à 7, ou 8 passes, menées à une touche de balle…Ce match a-t-il été le plus abouti de la saison, peut-être pas, mais le même soir voir les marseillais baladés aux quatre coins du terrain par une équipe parisienne recomposée essentiellement d’éléments n’ayant pas souvent les honneurs de la titularisation, constater que ce BECKHAM là a encore facilement 70 à 80% de son potentiel à nous offrir, se pincer en voyant en un IBRA positivement touché dans son orgueil, un tout autre joueur que 3 jours plus tôt (mobile, dévastateur et surtout calme et concentré sur le projet collectif du club), équarquiller les yeux devant la main ferme de DOUCHEZ, la précison d’horloger d’un CAMARA, tranquille comme baptiste, les petits et grands ponts d’un VAN deWIEL sur l’ainé des AYEW, quasiment brésilien, l’ouverture beckamienne de CHANTÔME et enfin toute la famille réunie à la rescousse pour apprendre les sardines et plus particulièrement le p’tit jordy à respecter le patriarche David…Tout çà, en un seul soir, ça donne peur de redescendre sur terre

        • Haaaaa !!! J’adore ! j’adhère, j’achète !…

          • 1.christiannie

            Pareil pour ton propos initial, l’ami !

            • majestik49

              c est beau l amour! ca me fait penser au film amour d ailleurs, je rigole , beaux papiers…

        • Slash1276

          Moi contrairement à ce que peuvent penser certains medias, le groupe est là! Les mecs on envie de se faire mal ensemble et d’aller le plus loin possible. Alors ok ça n’est pas toujours parfait…mais on est en train peut-être, d’écrire l’une des plus belle page de notre club! Et je la sens bien cette fin de saison! ;)

    Dernieres news

    Classement PSG Ligue 1

    # Equipe MJ V N D Pts
    1 Angers 0 0 0 0 0
    2 Bastia 0 0 0 0 0
    3 Girondins de Bordeaux 0 0 0 0 0
    4 Caen 0 0 0 0 0
    5 Dijon 0 0 0 0 0
    6 Guingamp 0 0 0 0 0
    7 LOSC Lille Métropole 0 0 0 0 0
    8 Lorient 0 0 0 0 0
    9 Metz 0 0 0 0 0
    10 Monaco 0 0 0 0 0

    Suivez-nous sur les reseaux



    # Equipe MJ V N D Pts
    1 Angers 0 0 0 0 0
    2 Bastia 0 0 0 0 0
    3 Girondins de Bordeaux 0 0 0 0 0
    4 Caen 0 0 0 0 0
    5 Dijon 0 0 0 0 0

    L'actualité européenne

    Meunier "on attendait Aurier à l’aéroport...il y a assez de qualités dans le groupe pour s'adapter aux forfaits

    T.Meunier « On a vu une première mi-temps excellente,un bloc aussi bien défensif qu’offensif »

    LDC

    Le Paris Saint-Germain s’est réveillé ce matin avec le sourire. Grâce au match nul acquis à ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Mao HASHIMOTOa publié un new post."Anciens – Ronaldinho voudrait aider Chapocoense"
    7 hours ago
    Arthur Barbauda publié un new post."Le FC Séville pourrait faire repartir Savaltore Sirigu dès cet hiver, selon Radio Marca"
    8 hours ago

    Actualité Féminine

    Les parisiennes Cissoko et Geyoro en finale de la FIFA Coupe du Monde U20 féminine 2016

    Les Parisiennes Cissoko et Geyoro en finale de la FIFA Coupe du Monde U20 féminine 2016

    Actu Féminin

    Lundi, les Féminines de l’Equipe de France U20, avec les joueuses du Paris Saint-Germain Hawa Cissoko (défenseur) ...

    Vidéos PSG

    Beckham : « Je peux aussi jouer au foot »

    David BECKHAM <Club , Interviews , Une

    Ouvert aux médias jeudi lors d’une grande opération marketing pour son sponsor Adidas, David Beckham s’est livré sur sa vie personnelle, ses ambitions avec le PSG ou encore son rôle tactique au sein de la formation parisienne.

    Evidemment très attendu hier en fin d’après-midi sur les Champs-Elysées, David Beckham a semble-t-il vécu une journée assez banale, faite d’obligations professionnelles et d’engouement populaire à chacun de ses déplacements. « C’est un jour spécial, mais il faut bien reconnaître que c’est ma vie, aussi ! (Sourire.) Je suis d’abord un joueur, mais j’ai toujours fait des choses à l’extérieur, sans que ça n’interfère jamais dans mon football. Aujourd’hui, c’est spécial, parce que Zizou est venu me souhaiter la bienvenue à Paris et en France, et que je ne pouvais pas rêver mieux. Est-il parfois difficile d’être David Beckham ? Non ! (Ferme.) Jamais je ne me plaindrai d’être qui je suis. Je suis dans une situation très privilégiée, j’ai beaucoup de chance, a admis le Spice Boy, qui est avant tout un papa heureux et un homme chanceux de pouvoir encore jouer au football à l’âge de 37 ans. Un secret de longévité assez propre aux joueurs ou anciens joueurs de Manchester United. La majorité des jeunes joueurs de Manchester United qui sont apparus, au milieu des années 1990, Ryan Giggs, Nicky Butt, Gary Neville, Phil Neville, Paul Scholes et moi, sont encore sur le terrain. Je pense que c’est parce que sir Alex Ferguson a su nous montrer le bon chemin quand on était encore des adolescents, il nous a éduqués à respecter le jeu, à respecter nos corps et à aimer ce que l’on fait. Lequel d’entre nous s’arrêtera en dernier ? Pour l’instant, c’est Ryan Giggs (39 ans) qui est allé le plus loin. Il continue de jouer au plus haut niveau, et il n’a pas l’air de vouloir s’arrêter. Mais bon, à la fin, ça sera peut-être moi ! (Sourire.) Pour être sincère, un des plus grands bonheurs de ma carrière aura été de pouvoir vivre cette vie de joueur professionnel avec mes enfants ces dix dernières années. C’était un des mes grands rêves, vivre cette expérience avec eux. Même avant de rencontrer ma femme, c’était un rêve que je faisais quand j’étais jeune. Je voulais avoir des enfants qui vivent à mes côtés ma vie de footballeur. J’en suis très heureux. Ma fille a seulement deux ans, elle ne sait pas encore ce que c’est, mais elle va s’en rendre compte un jour. Bien sûr, je suis footballeur professionnel, mais quand je suis avec mes enfants, je suis juste un père qui adore aller au stade avec eux. J’ai deux fils qui sont supporters de Manchester United et un qui est fan d’Arsenal. D’ailleurs, je ne sais toujours pas comment cela a pu arriver ! (Sourire.) L’un d’eux s’entraîne avec Chelsea, mais on verra bien. Ils sont toujours devenus supporters des équipes dans lesquelles je jouais. Donc, maintenant, ils sont des supporters du PSG. »

    Sportivement, le milieu de terrain anglais souhaite apporter au PSG durant les trois prochains mois, quelque soit le poste où le fera jouer Carlo Ancelotti. Même à droite du milieu de terrain parisien. « Oui, absolument. C’est une position que j’ai occupée pendant des années ! J’aurais juste besoin d’un petit peu de la vitesse de Lucas, ça m’aiderait… (Il réfléchit.) Je pense que je pourrais encore jouer dans le couloir s’il le fallait. Toute ma carrière, j’ai plutôt été un meneur excentré qu’un ailier de débordement. Même dans mes jeunes années à Manchester, je n’étais pas un ailier, plutôt quelqu’un qui travaillait sur le côté et qui centrait. La force de mon jeu a toujours reposé sur les passes et les centres, a-t-il rappelé, lui qui a évolué dans une position reculée dimanche soir face à l’OM, telle une véritable rampe de lancement. Oui, c’est vrai, et c’était ce que Carlo (Ancelotti) m’avait demandé. Il voulait que je sois un meneur de jeu en position basse. Les matches précédents, j’avais regardé attentivement la manière dont Marco (Verratti) et Blaise (Matuidi) évoluaient dans cette zone, comment ils demandaient la balle aux défenseurs pour pouvoir faire la même chose qu’eux, au moins dans le même esprit. Je veux amener quelque chose à l’équipe, pas la perturber. Avoir la même activité que Verratti et Matuidi ? Non, bien sûr, ce serait difficile, parce qu’ils sont tous les deux très jeunes, beaucoup plus jeunes que moi. Mais j’ai aimé la manière dont on a joué contre Marseille, avec Blaise à côté de moi. Il court tellement que pour un joueur plus vieux, comme moi, c’est agréable d’avoir à ses côtés un joueur plus jeune, comme lui. »

    Et s’il est aujourd’hui sous contrat jusqu’en juin prochain avec le PSG, l’ancien international anglais souhaiterait continuer l’aventure parisienne, que ce soit sur ou en dehors du terrain, afin de faire entièrement partie du projet. « Je peux déjà voir l’excitation, et les changements que les nouveaux propriétaires du club ont déjà impulsés. Je sens déjà ce qu’ils veulent réussir. Le PSG est un grand club, respecté. Ce que le président (Nasser al-Khelaïfi) et Leonardo (le directeur sportif) sont en train d’essayer de faire, c’est d’amener le PSG à devenir une grande puissance européenne. Ils vont y arriver, et les gens à Paris commencent à le réaliser. Alors, c’est un moment de l’histoire du club un peu particulier qui me donne un sentiment spécial. Je sais que j’ai seulement un contrat de six mois, mais je veux vraiment contribuer à ce que le PSG devienne ce grand club. À mon âge, je ne peux pas avoir un contrat de deux ou trois ans, je prends chaque année comme elle vient. Si je me sens toujours autant en forme, je continuerai à jouer. Agacé par mon image d’icône marketing ? Non, pas du tout. Si je peux contribuer à faire vendre beaucoup de maillots, pas de problème, tant mieux ! C’est super de voir autant de gens porter mon maillot. Dans la plupart des clubs où j’ai joué, j’ai entendu la même chose, que je venais pour faire vendre des maillots. C’était comme ça à Manchester United, au Real Madrid, à l’AC Milan, au Los Angeles Galaxy. Je suis très fier qu’autant de gens achètent mon maillot, mais je peux aussi jouer encore un petit peu au foot, je vous assure…, a poursuivi Beckham dans cet entretien accordé à L »Equipe, avant de se montrer impressionné par ses nouveaux coéquipiers au PSG, notamment Zlatan Ibrahimovic. Je ne suis pas surpris, mais le talent de certains jeunes joueurs me stupéfie, parfois, à l’entraînement. Il y a un mélange assez incroyable de jeunes joueurs et de grands joueurs plus expérimentés, comme Ibra. Vous savez, dans un grand club, il est très difficile de faire en sorte que tous les joueurs aient la même faim, la même envie de gagner. Ibra est un bon exemple. Il pense football, il vit football, mais il continue de travailler dur et il veut gagner tout le temps. Quand il perd un petit jeu, son visage se ferme, c’est impressionnant…(…)  Zlatan est vraiment plus grand que moi ! (Rires.) Tout le monde a un ego, dans une certaine mesure, mais Zlatan est un type super. Avant de venir ici, je le connaissais comme joueur, je l’avais vu jouer dans quelques-uns des plus grands clubs du monde, mais je ne le connaissais pas en tant que personne et coéquipier. Maintenant, oui. Je suis seulement au club depuis trois semaines, mais je n’ai pas rencontré beaucoup de joueurs dans ma carrière qui soient aussi professionnels que Zlatan. S’il accepte facilement le fait de n’être plus la seule star de l’équipe ? Je pense surtout qu’il s’en fiche ! Il veut juste jouer, gagner. Les joueurs de ce niveau s’en fichent de l’ego. Ce qu’ils veulent, ce n’est pas être au centre de l’attention, c’est remporter des trophées. C’est aussi simple que ça. J’ai eu la chance de gagner une fois la Ligue des champions et c’est une des choses les plus spéciales que j’ai pu accomplir dans ce jeu. Quand vous soulevez ce trophée, c’est un moment unique. Je ne veux pas parler de gagner à nouveau la Ligue des champions, parce que c’est beaucoup trop loin, aujourd’hui, mais le simple fait de la jouer à nouveau, après en avoir été éloigné pendant sept ans, c’est incroyable. »

    By
    @
    OTER ?>