Restez connectés avec nous

Club

Bisevac, une valeur sûre qui rassure !

Depuis quatre rencontres, Milan Bisevac est associé au Brésilien Alex en défense centrale. Le Serbe est parvenu à faire son trou dans le secteur de jeu le plus concurrentiel au PSG.

Six joueurs sont susceptibles d’évoluer au poste de défenseur central à Paris, soit un poste pour trois à pourvoir. Après avoir testé de multiples formules, Carlo Ancelotti a tranché : sa charnière sera composée par le duo Alex-Bisevac. Arrivé en provenance de Chelsea au mois de janvier dernier, il n’est pas vraiment étonnant que l’international auriverde jouisse d’un statut de titulaire, au regard de son palmarès et de son passé de joueur sous les ordres de « Carletto » (ce dernier a entraîné Alex pendant deux saisons chez les Blues, Ndlr). En revanche, le fait que Bisevac fasse partie de l’équipe-type du « Mister » ne semblait pas couru d’avance, surtout en défense centrale. L’ancien joueur de Valenciennes est parvenu à reléguer sur le banc de touche des éléments comme Mamadou Sakho, capitaine du club jusqu’à la 29e journée, et Diego Lugano, capitaine de la sélection uruguayenne.

« Tant qu’il joue, Milan est content »

Avant que Carlo Ancelotti ne débarque au PSG, Milan Bisevac était déjà titulaire dans ce secteur de jeu, sous Antoine Kombouaré. Pendant plusieurs rencontres, le technicien italien décide de le replacer latéral droit. Rapidement, le Serbe se montre efficace à ce poste, qu’il avait déjà occupé lors de son passage au RC Lens, entre 2006 et 2008. « Tant qu’il joue, Milan est content. En le titularisant comme latéral, le club lui témoigne une véritable confiance. Il est au service de l’équipe et évolue là où c’est utile. Après, si on le remet en défense centrale, il sera ravi », expliquait alors l’un de ses amis dans les colonnes du Parisien, à la fin du mois de janvier dernier. Pourtant, Bisevac aurait pu avoir du souci à se faire en voyant arriver Ancelotti. Surtout lorsque les dirigeants franciliens se sont attachés les services d’Alex. Le banc de touche paraissait lui tendre les bras.

Retour dans l’axe

C’était sans compter sur la ténacité et le mental d’acier du natif de Kosovska Mitrovica (Kosovo). Blessé aux ischio-jambiers contre Montpellier (2-2) au mois de février, Marcos Ceara et Christophe Jallet faisaient alors figure d’alternatives dans le couloir droit. Aujourd’hui, l’ancien Lorientais a d’ailleurs récupéré cette place. Mais pas au détriment de Bisevac, étant donné que ce dernier a retrouvé l’axe, comme dans un jeu de chaise musicale. Outre sa puissance et son physique, Carlo Ancelotti apprécie particulièrement les qualités de combattant du Serbe. Après la contre-performance à L’Abbé-Deschamps face à Auxerre (1-1), il n’avait pas hésité à s’indigner : « On avait le match en main. On n’avait pas à attendre, comme ça, peste-t-il. On avait l’occasion de mettre d’autres buts. On pouvait tuer ce match plus tôt. C’est une faute professionnelle. »

Qualités en pagaille

Depuis, le PSG a atomisé Sochaux (6-1), lors de la 33e journée. Une rencontre au cours de laquelle Bisevac a fait preuve d’une grande sérénité, se montrant particulièrement précis dans ses relances. Certes, sur le but des Lionceaux, son marquage sur Modibo Maïga n’était pas irréprochable. Sobriété, calme, classe, sérieux… Les qualificatifs ne manquent pas pour décrire un joueur au portrait atypique dans le vestiaire francilien. L’air de rien, Milan Bisevac a été l’un des joueurs les plus fréquemment utilisés cette saison chez les Rouges et Bleus, malgré divers pépins physiques (outre les ischio-jambiers, il avait souffert des adducteurs au mois de septembre 2011, Ndlr). A l’heure actuelle, « le soldat Bisevac » est obnubilé par une idée : « Entrer dans l’histoire du club en gagnant le titre ».

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club