Restez connectés avec nous

Club

J-C Blanc et les dossiers du PSG

Arrivé en novembre dernier, Jean-Claude Blanc est rapidement devenu l’un des hommes forts du PSG. Chargé de s’occuper des dossiers les plus délicats, le directeur général délégué du club de la capitale est revenu sur l’avenir du Parc des Princes, le plan Leproux, son rôle au club et la préparation à l’arrivée du fair-play financier.

Concernant le Parc des Princes, si une issue est attendue avant la fin du mois, les choses ne semblent pas avoir beaucoup évolué dernièrement. Le dossier est très délicat et si les dirigeants parisiens ont comme priorité de conserver l’enceinte mythique parisienne, les bonnes questions doivent être posées étant donné que le stade est un élément vital au développement économique du club. « Il y a une option privilégiée, c’est le Parc des Princes. C’est un stade qui a l’avantage d’être en ville mais, pour inconvénient majeur, sa difficulté à faire progresser sa capacité au-delà de 50 000 places de qualité. Cette option n’est pas validée aujourd’hui. Il faut que tous les acteurs de ce dossier, la ville de Paris, Colony Capital et Vinci aident le PSG. Il faudrait faire du Parc des Princes un lieu majeur du foot européen. C’est un dossier important car il est très structurant pour le club, emblématique de ses ambitions au niveau international, a expliqué Jean-Claude Blanc dans L’Equipe, avant de confirmer le fait que le PSG n’avait aucunement l’intention de modifier quoique ce soit concernant le plan Leproux et la gestion des groupes de supporters. On ne bougera pas d’un millimètre par rapport au plan de sécurité adopté ». Même si l’ancien dirigeant de la Juventus de Turin semblait ouvert aux discussions avec les différentes associations de supporters lors de son arrivée, il semble que la rupture soit consommée entre les deux parties.

Au-delà de ça, Jean-Claude Blanc est donc chargé de s’occuper de tous les dossiers extra-sportifs et n’empiète absolument pas sur le domaine de Leonardo, contrairement à certaines sources indiquant que le directeur général délégué du club commencerait à étouffer le technicien brésilien en contactant des agents de joueurs par ses propres moyens. « Quand un dirigeant de club français m’appelle en direct, je le bascule tout droit chez Léo. Moi, je suis plus en soutien. Mais tous les deux, on parle de tout », a confié Blanc, qui gère le côté financier des transferts pendant que Leonardo se concentre sur la coté sportif.

Enfin, le PSG va devoir préparer au mieux la mise en place du fair-play financier. L’UEFA a prévu de surveiller de très près les finances des clubs européens afin qu’il existe un équilibre entre les recettes et les dépenses. Chose délicate à réaliser pour un club comme le PSG, qui a pour but d’évoluer très rapidement grâce à de puissants investisseurs. « On est en contact régulier avec la DNCG, et les équipes de l’UEFA, qui gère le fair-play financier. On essaie de transformer en cinq ans un club qui se situait dans la première moitié de tableau de L1 en l’un des meilleurs clubs européens. Il faut que le fair-play financier tienne compte de cet effort plutôt atypique », a demandé Jean-Claude Blanc, qui espère peut-être un peu d’indulgence de la part des instances européennes, qui prévoient d’être assez souples lors des premières années suivant la mise en place du fair-play financier.

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club