Restez connectés avec nous

Club

Bodmer : « Pastore me met en valeur »

Face à Montpellier ce soir, le milieu de terrain parisien s’attend à une rencontre délicate et avoue que partir de la Mosson avec un point dans la poche ne serait pas une mauvaise affaire. « C’est un bon test contre un club qui n’a perdu qu’un match à Lyon à cause d’un super Hugo Lloris. Cette équipe est bien en place défensivement et elle manie bien le ballon. Un nul serait déjà une bonne chose même si on y va pour les trois points et pour continuer à avancer le plus vite possible

Et pour avancer, une équipe se doit d’avoir des leaders, chose qui n’est visiblement pas un problème dans l’effectif actuel, même si les piliers de la saison dernière manquent au vestiaire. « Claude avait une grande importance. Mais plusieurs personnes peuvent le remplacer. Il y a des nouveaux joueurs comme Lugano, qui peut l’être une fois qu’il parlera français. Après, c’est vrai, Claude et Greg Coupet nous manquent un peu car ils savaient rassembler. Pour gagner, il faut une bonne ambiance. C’est à d’autres d’organiser des repas et des soirées pour la cohésion et faire en sorte que personne ne s’égare. »

D’ailleurs, à ce sujet, Robert Pirès a dernièrement avoué que Mathieu Bodmer pouvait avoir ce rôle de meneur d’hommes, des paroles qui ont flatté l’intéressé. « C’est toujours plaisant quand cela vient d’un joueur comme Robert. Ce n’est pas ma nature première de mener un groupe, même si je suis capable de le faire puisque je m’occupe de 3 000 licenciés dans mon club à Evreux (il en est président). Je suis plutôt favorable à un pouvoir partagé dans l’équipe entre cinq ou six joueurs afin que chacun amène sa pierre à l’édifice. Il faut plutôt gérer l’équipe à plusieurs. »

Invité à s’exprimer sur la guerre des égos, Mathieu Bodmer n’y est pas allé par quatre chemins en avouant que l’ambiance était saine dans l’équipe et que l’incident entre Gameiro et Nenê face à Nice avait pris une ampleur démesurée. « C’est un faux problème, entre nous on vit bien et les recrues ont un bon état d’esprit. Entre Nene et Gameiro, c’était simplement une incompré- hension car c’est à Nene de tirer les penaltys normalement et Kevin (Gameiro) pensait que c’était à lui parce que la faute avait été commise sur Nene. Après il y a du caractère dans l’équipe, c’est bien. Ceux qui viennent d’arriver veulent prouver. »

Et pour finir, l’ancien Lyonnais a assuré que l’arrivée de Javier Pastore au poste de meneur de jeu ne l’avait pas tant que ça dérangé étant donné qu’il peut jouer à tous les postes du milieu de terrain. « Il ne faut pas se mentir, quand Pastore est arrivé, je savais qu’on n’allait pas le laisser sur le banc ! Mais ça ne m’a pas posé plus de problèmes que ça. Je suis polyvalent et je peux évoluer milieu défensif où je prends du plaisir à être derrière une telle ligne d’attaque. Avec des joueurs comme Pastore, ça met aussi en valeur mon jeu. Mon objectif est de remporter des trophées en fin de saison avec le PSG, et ce même si je joue moins.»

Derniers articles

Autres articles présents dans Club