Restez connectés avec nous

Adversaires

Casanova : «Sans aucun complexe»

L’entraîneur toulousain apparait assez satisfait de ce que réalise son équipe jusqu’à présent (7ème en Ligue1) et prend plutôt le match face au PSG comme un bonus, tout en ayant la volonté de faire la meilleure impression possible. « On y va pour faire le meilleur match et leur poser le maximum de problèmes. On n’a pas à avoir d’appréhensions. On a fait une bonne première partie de saison, c’est un match de gala. Pratiquement le résultat est secondaire. Comme lorsqu’on va défier l’OM, Lyon ou Lille, il faut être à la hauteur et montrer que si on est à cette position, on l’a méritée. On va affronter une équipe sous le feu des projecteurs, qui a un gros potentiel financier avec beaucoup d’ambition, et avec un entraîneur très renommé. Après un match peut tourner à l’avantage de l’équipe présumée la plus faible, les matches de Coupe de France nous le démontrent. On y va sans aucun complexe

Contre toute attente, le technicien du TFC semble totalement satisfait par la direction prise par le PSG cette saison à grands renforts de fonds étrangers. Il estime que cela ne peut faire que du bien à la Ligue 1 et espère que les autres gros du championnat se mettront à niveau. « C’est important pour le football français. On ne va pas s’en plaindre. Cela met de la lumière sur notre championnat, le valorise. Cela va obliger beaucoup d’équipes, Marseille, Lyon et Lille, à se mettre au niveau. Auparavant, cela se jouait entre deux, trois équipes. Là, Paris a pris un certain avantage à la trêve, par le recrutement qu’ils ont pu faire, celui qu’ils risquent de faire et l’entraîneur qu’ils ont. On n’a jamais autant parlé à l’étranger du championnat français. Paris va devenir une très grande cylindrée européenne. Sur la première saison, l’argent ne fait pas tout non plus. Je suis content que Paris grandisse, se renforce mais il y a des équipes avec petits moyens, Montpellier, Rennes, Lille et pourquoi pas nous, qui sont là pour leur poser des problèmes.»

Pour autant, il indique à l’AFP qu’il ne rêverait pas de disposer de tels moyens car pour lui, il y a d’autres facteurs plus importants pour réussir dans le football. « En football, tout ne s’achète pas. Il y a des choses très importantes : le travail, la sueur, la mentalité, le collectif. Après, la qualité individuelle règle pas mal de problèmes, on l’a vu au match aller contre eux, mais j’aime beaucoup le jeu collectif.»

Enfin, comme pour l’entraineur de Locminé le weekend dernier et pour tous les coachs des futurs adversaires parisiens, on lui pose la question de la confrontation avec le mythe qu’est Ancelotti. « Si le football n’était dépendant que des bancs de touche et des deux entraîneurs, ce serait trop facile. Moi, je pense avant tout collectivement. A aucun moment, je vais me mesurer à un entraîneur qui a vraiment prouvé beaucoup de choses, a un très grand palmarès et est un très grand entraîneur. Ce qui m’intéresse c’est ce que mes joueurs vont être capable de faire.»

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires