Restez connectés avec nous
Ancien - Cayzac avoue avoir refusé un échange Ben Arfa/Rothen quand il était au PSG

Club

Cayzac : « Je regrette les tifos et la ferveur »

Alain Cayzac, ancien président du PSG, s’est exprimé dans le Parisien sur trois sujets touchant de près le PSG : sa popularité en France, le travail de Leonardo et la ferveur perdue du Parc des Princes.

Dans un sondage publié la semaine dernière dans L’Equipe, nous avons appris que le PSG était le club le plus détesté de France. Un constat difficilement compréhensible pour Cayzac, qui n’a pas grand chose à redire sur les agissements des propriétaires qataris depuis leur arrivée. « Je trouve que le projet des Qatariens est ambitieux, cohérent. Le fait d’arriver et d’aller très vite me semble une très bonne stratégie. C’est un actionnaire qui s’inscrit dans la durée. Le sondage, je vais le dire un peu vulgairement, je m’en fous ! J’ai toujours appris que le fait d’être aimé, pour une marque, n’était pas le plus important. On aime les faibles, on admire les forts. Un pays peut évoluer. Quand les Qatariens sont arrivés, je me suis demandé s’ils allaient continuer à soutenir l’équipe féminine et le Paris Foot Gay, dont je suis président d’honneur… Ils l’ont fait. Mais je reste vigilant. Si, demain matin, on me dit que le PSG joue au Stade de France, je n’irai plus le voir jouer. »

En ce qui concerne Leonardo, beaucoup de mauvaises langues affirment qu’il est très facile pour le directeur sportif parisien d’attirer de grands joueurs au PSG grâce à la puissance financière du club. Quant à lui, l’ancien président parisien admire le travail du dirigeant brésilien. « Je trouve que le recrutement est bon. Il y a des joueurs confirmés, mais prendre Verratti, Sirigu, Lucas, c’est intelligent. Leonardo est un type bien. Il est bien sûr plus facile de recruter quand on a de l’argent, mais Leonardo a des réseaux, il sait convaincre. Sinon, les grands joueurs ne seraient pas forcément venus à Paris. J’apprécie Leonardo. Je ne dis pas que ce qu’il a fait est miraculeux. Mais il représente bien le club. Le management du PSG me rassure : Nasser, Jean-Claude Blanc et Leonardo, c’est cohérent, chacun a son rôle. »

Enfin, Cayzac a fait part de sa déception quant à la ferveur perdue du Parc des Princes depuis la mise en place du plan Leproux. « Quand je réponds à cela, je suis toujours considéré comme un dangereux hooligan. Oui, le PSG a perdu une partie de son âme parce que les supporteurs historiques ne viennent plus. Je regrette qu’il n’y ait plus de tifos, qu’il y ait moins de ferveur, moins de chants. Mais ça ne veut pas dire qu’il ne fallait pas le faire. Mon système idéal, c’est préserver la sécurité et retrouver la ferveur », a-t-conclu.

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club