Restez connectés avec nous

Club

DFCO – PSG : Les notes des Parisiens

Homme du match – Le PSG : A match exceptionnel, homme du match exceptionnel. Au vu du scénario de la rencontre, il était très compliqué de sortir un joueur du lot, tant ils ont tous été héroïques et se sont tous forcés à jouer des rôles qui n’étaient pas forcément les leurs pour aider le collectif. Réduits à 10 à la 41e minute, les Parisiens ont fait preuve d’une force mentale hors-norme pour ouvrir le score, résister aux assauts bourguignons et terminer en beauté sur une bête de contre. Le tout face à une équipe de Dijon franchement pas facile à jouer, surtout chez elle. Bref, cette victoire a été obtenue grâce à une force collective, et pas forcément grâce à des individualités irréprochables (d’où les notes pas forcément élevées). Que les détracteurs qui parlent du PSG comme d’une somme d’individualités et d’une équipe sans âme se taisent à jamais.

A noter également le coaching efficace et ambitieux de Carlo Ancelotti, qui a fait rentrer Gameiro en fin de match pour exploiter les contres au lieu de bétonner et de viser le match nul. Un choix qui s’est avéré payant et qui montre que le PSG est dirigé par un véritable maestro.

Sirigu (6) : Impeccable sur une frappe de Corgnet en seconde période, le portier italien n’a rien pu faire sur le but dijonnais. Encore un but encaissé qui doit frustrer notre gardien adoré.

Tiéné (6,5) : Pas vraiment ennuyé en défense sur son côté, le latéral gauche ivoirien a parfaitement remplacé Maxwell. Il s’est même payé le grand luxe d’inscrire le premier but parisien (et également son premier sous le maillot du PSG), dans une position d’attaquant qu’on a encore du mal à expliquer ! Surprenant. Remplacé par Armand (80e).

Alex (7) : Le Tank continue d’impressionner au sein de l’arrière-garde parisienne. Impérial dans les duels et dans le jeu aérien, le Brésilien a très rarement été pris à défaut et a bloqué plusieurs assauts signés Corgnet et Kakuta. Du solide, définitivement.

Sakho (6,5) : Un peu maladroit dans la relance, le capitaine parisien s’est rattrapé en gagnant un nombre impressionnant de duels, notamment en subtilisant le ballon à Jovial sur une action très chaude en seconde période.

Ceara (4,5) : Préféré à Jallet, le défenseur brésilien n’a pas vraiment été à la hauteur. S’il s’est montré assez actif sur son côté, il a malheureusement été extrêmement maladroit dans ses centres. Il est également coupable d’un mauvais marquage sur Paulle sur le but dijonnais. Décevant.

Matuidi (7,5) : Encore une fois, l’homme-élastique n’a cessé d’harceler le milieu de terrain adverse grâce à sa puissance et sa grosse activité. Il a également été précis dans son jeu de passe. Pourtant handicapé par l’expulsion de Sissoko, il n’a pas baissé en intensité et s’est mis sur les rotules pour permettre à son équipe de tenir la route au milieu de terrain.

Sissoko (8) : D’habitude, on ne note pas les joueurs lorsqu’ils jouent moins d’une mériode mais il le mérite. Absolument énorme défensivement, présent aux quatre coins du terrain, l’ancien joueur de la Juve a en plus brillé techniquement, comme en a témoigné ce coup du sombrero enchaîné par une ouverture sublime en reprise de volée (20e). Malheureusement, il a été victime d’un arbitrage ultra-sévère (pour rester poli) en étant expulsé juste avant la pause.

Nenê (6,5) : Alors oui, mis à part son bon début de match, le N°10 parisien n’a pas été flamboyant offensivement, avec quelques mauvais choix et un peu trop de maladresse. Mais il s’est sacrifié après l’expulsion de Sissoko en abattant un travail défensif énorme et en conservant quelques ballons précieux, ce qui ne l’a logiquement pas permis d’apporte énormément en attaque. Grosse activité et bon match donc du Brésilien, même s’il n’a pas été décisif.

Ménez (6) : Encore une fois, l’international français a sauvé son match grâce à un coup d’éclat. Lancé à toute allure tel un Usain Bolt des grands jours, il a offert le ballon de la victoire à Gameiro en toute fin de match. Mais avant cela, il a fait preuve de beaucoup de maladresse et n’a pas énormément pesé dans le jeu, même quand les Parisiens jouaient à 11.

Pastore (6) : Parfois absent, le prodige argentin a toutefois été dans tous les bons coups, notamment en inquiétant sérieusement Reynet en première période (12e). Il a également lancé Hoarau d’un extérieur du pied parfait sur le premier but parisien. Mais on l’a aussi vu disparaitre par période, mais il faut dire que ce match était difficile à gérer pour lui qi n’a pas l’habitude de défendre. Remplacé par Chantôme (85e).

Hoarau (7,5) : C’est définitivement un Guillaume transormé auquel on a le droit depuis son retour de blessure. Précieux dans son jeu en pivot, très propre dans ses transmissions, il a encore été décisif en offrant le premier but à Tiéné. L’attaquant parisien confirme sa grande forme et ça fait plaisir. Remplacé par Gameiro, qui a inscrit le but victorieux en toute fin du match, ce qui devrait lui faire énormément de bien moralement.

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club