Restez connectés avec nous
Farid Benstiti "Ma décision de rester ou de ne pas rester au PSG n'a pas encore été prise"

Actu Féminin

Farid Benstiti “Ma décision de rester ou de ne pas rester au PSG n’a pas encore été prise”

Après l’élimination en demi-finale de la Coupe de France face au club de Montpellier, après la défaite cuisante face à l’Olympique lyonnais dans le dernier carré de la Ligue des Champions, l’équipe féminine du Paris Saint Germain connaît une fin de saison catastrophique. Seule la qualification récemment acquise, pour la prochaine Coupe d’Europe permet de nuancer un bilan désastreux. 

Dans une longue interview donné à L’Equipe, l’entraîneur du club de la capitale, Farid Benstiti dresse un constat implacable sur la fin de saison parisienne. De l’hégémonie rhodanienne à son avenir immédiat, le technicien nous dit tout.

Le journaliste demande d’abord à Farid Benstiti si l’objectif minimum de la saison est atteint. On se rappelle que depuis qu’il est est en charge de la section féminine, jamais le PSG n’a remporté de titre. Cette saison, la direction francilienne avait exigé l’obtention d’une place qualification en Ligue des Champions ainsi qu’une victoire finale en Coupe de France. Si l’entraîneur parisien estime personnellement que la saison est réussie, les résultats généraux de l’équipe disent le contraire.

“Oui… Après, c’est surtout l’objectif de la Coupe de France qui n’est pas atteint (élimination aux tirs au but par Montpellier). En Coupe d’Europe, on a disputé la finale l’an dernier, les demies cette année. Si on enlève ce 7-0 (en demi-finale aller de la C1 contre l’OL), ce n’est pas facile d’arriver à ce niveau de la compétition. On se rapproche de Lyon. On fait deux erreurs en début de saison, on n’a pas du tout été là alors qu’on avait fait de très bons matches de préparation. Les objectifs sont atteints vu l’adversaire que l’on a depuis quatre ans.”

Il est demandé ensuite à Benstiti si Lyon constitue toujours un point de référence. A cela, il répond positivement, arguant que l’Olympique lyonnais va terriblement se renforcer durant l’inter-saison. L’on sait d’ailleurs que la milieu allemande de Francfort, Dzsenifer Marozsan va rejoindre la capitale des Gaules. En outre, le coach parisien semble admettre à demi-mot que certaines joueuses de son effectif vont rejoindre l’OL.

“Vous vous rendez compte de l’équipe qu’ils ont aujourd’hui ? Et ils vont la renforcer par des joueuses que je voulais moi (Dzsenifer Marozsan), en plus de celles qui, avant une demi-finale de Coupe d’Europe, étaient déjà à l’Olympique Lyonnais. Pour un entraîneur, ce n’est pas facile. Pour moi, ça a été très compliqué à gérer car des joueuses avaient donné leur accord avant ce match. On avait une très bonne dynamique depuis janvier.”

Benstiti est ensuite questionné sur l’apport de ses dernières recrues, sur leurs prestations au cours de cette saison bien terne. A ce titre, il prend l’exemple de l’allemande Anja Mittag. Buteuse émérite de la sélection allemande, la joueuse n’a pas su exprimer tout son potentiel. Ainsi a-t-elle enchaîné des prestations faméliques.

“Déjà, je ne parlerai pas de la saison prochaine car il y a une vraie réflexion menée par le club et moi. Ensuite, ce n’est pas une déception liée aux personnes que j’ai recrutées. C’est la déception du timing qui est quand même très frustrant. Je prends l’exemple d’Anja Mittag, qui a beaucoup de soucis personnels aujourd’hui alors que c’était l’une de mes recrues favorites. Elle n’a pas explosé les statistiques comme elle aurait dû le faire.”

L’ancien entraîneur de Lyon est interrogé sur les futurs départs au sein de la section féminine. A ce titre, il critique le manque de professionnalisme de certaines joueuses qui ont tardé à fournir une réponse claire quant à leur futur et qui ont ménagé un certain suspens la veille d’affronter l’Olympique lyonnais.

“Je n’ai pas maîtrisé cela car j’ai toujours pensé que les gens devaient être professionnels. Mais des filles comme Dali ou Houara me l’ont quand même dit assez tôt. Elles m’ont dit qu’elles étaient sollicitées et ont été convoquées par le club pour discuter aussi. Il faut dire oui ou non, à un moment où c’est crucial et repousser – comme l’a fait Kenza Dali – l’Olympique Lyonnais, clairement en disant tant qu’il y a la demi-finale (de la C1), on ne discute pas.”

Le journaliste revient à présent sur la gifle infligée par les lyonnaises aux joueuses parisiennes. Benstiti avoue toujours ressentir de la honte après le 7-0.

Non ! Vous ne pouvez pas digérer quand vous êtes né dans un club, que vous avez envie de le battre et qu’il vous met une fessée comme si vous étiez un enfant qui revenait au pays prendre une correction par son président et ses joueuses.

Désormais, le coach francilien est interrogé sur son avenir immédiat. Rappelons qu’à compter du 30 juin, Benstiti sera en fin de contrat. A la tête de la section féminine depuis 4 ans, il admet qu’un nouveau cycle doit être amorcé. Pour autant, il ne précise s’il sera ou non l’entraîneur l’année prochaine. A ce propos, une réunion doit se tenir mardi avec les dirigeants pour statuer sur son avenir.

L’envie est très importante pour moi. Mais il faut sentir une véritable envie de la part du club. Elle doit se faire sentir bien avant les discussions, dans les moments les plus difficiles. Il faut une envie commune, pour relancer un cycle, pour relancer le PSG face à une équipe de Lyon qui enfonce encore le clou. L’envie d’entraîner un grand club, une grande équipe, est toujours présente. Si c’est le Paris Saint-Germain, tant mieux. Si ce n’est pas lui, je n’ai pas de souci, je suis souvent sollicité. (..) Mardi. Ma décision de rester ou de ne pas rester n’a pas encore été prise. Ce n’est pas parce qu’on a perdu ce match de Coupe d’Europe que tout s’effondre. Je n’ai pas une sorte de corde au cou qui fait que si je ne reste pas au Paris Saint-Germain, je suis pendu. Ça ne se passe pas comme ça chez moi.”

A la lecture de cette interview, l’on comprend que Farid Benstiti reste marqué par la débâcle en demi-finale de Ligue des Champions. Après quatre années à la tête du PSG féminin, Benstiti sait pertinemment qu’il aura des comptes à rendre à sa direction, d’où son apparent détachement dans cette interview. Les prochains jours permettront assurément d’en savoir plus sur le futur de la section féminine. L’Olympique lyonnais ayant planifié son mercato, il est crucial que le club de la capitale s’active.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Vidéos PSG

Autres articles présents dans Actu Féminin