Restez connectés avec nous
Anciens - Laurent Fournier évoque sa "crise de stress et de fatigue" et son retour rapide

Autour du PSG

Fournier ne saluerait pas Blayau

En Décembre 2005, Laurent Fournier est débarqué de son poste d’entraineur du PSG au profit de Guy Lacombe après seulement 10 mois d’activité. S’en suit une période compliquée pour lui avant de revenir sur le devant de la scène. Mais aujourd’hui, il explique que la page est tournée. «Oui, c’est complètement fini. Ça a été long car comme on sait c’est difficile de retrouver un poste après le PSG et c’est pour cela que je suis redescendu et ai fait preuve d’humilité et que j’ai signé en CFA et en National avec Créteil et Strasbourg pour me remettre dans le bain et « remonter dans le manège ». Je pense qu’il fallait que je reparte de là, re-bosser et surtout retrouver certaines valeurs pour être aujourd’hui en Ligue 1 à Auxerre. Créteil, ça a été exceptionnel, on a fini 4e avec un groupe moyen. A Strasbourg, on a fini 4e aussi. Tous ce que j’ai vécu n’a été que du bonheur. Je ne trouve pas que ce soit dévalorisant d’entrainer dans les étages inférieurs ou bien des gamins.»

Malgré cela, l’homme aux 3 sélections en équipe de France a de la mémoire et lorsqu’on lui demande s’il serrerait la main du président de l’époque il répond clairement «Non». Cependant, il préfère plutôt se souvenir des bons moments et des rapports enrichissants qu’il a eus avec certains joueurs. «Quand on m’a donné le poste de Vahid, sincèrement ça s’est bien passé. J’étais un jeune entraineur face à des joueurs confirmés comme Jérôme Alonzo, Pauleta, Mario Yépès ou encore Lionel Letizi et sincèrement le respect de ses joueurs envers moi m’a fait un bien énorme au niveau de la confiance, ils m’ont vraiment facilité la tâche et on apprend le métier différemment  par rapport à ça. Ça donne aussi envie de coacher des grands joueurs car il y a toujours un respect et une certaine limite par rapport à l’entraineur et ça je trouve que c’est top. »

Il conclut en faisant le bilan de cette expérience parisienne qui au final, lui aura laissé beaucoup de regrets. « Quand vous laissez une équipe avec 31 pts à la trêve hivernale, qu’elle ne termine le championnat qu’avec 52 points et n’engrange donc que 21 points seulement sur 62 possibles, ouais il y a des regrets. Après comme ça s’est passé, où cette année-là le PSG a remporté la coupe de France (2-1 face à l’OM), je trouve que c’était très bien pour le club et pour les joueurs. Après chacun sa vie, mais cela m’a permis aussi de me remettre en question. » a déclaré le nouvel entraineur de l’AJA sur L’Equipe TV.

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG