Restez connectés avec nous
Euro 2016 – Furlan « Ce positionnement de Matuidi a surpris tout le monde »

Adversaires

Furlan : « Paris n’est pas réellement en crise »

Comme Carlo Ancelotti, Jean-Marc Furlan a tenu une conférence de presse ce vendredi, à la veille de la rencontre entre le PSG et Troyes (17h, 14e journée de Ligue 1).

Si Paris reste sur une mauvaise série en championnat (un point pris en trois matches), l’ESTAC se débat comme elle peut dans la zone de relégation. « Ce match sera une bonne façon de s’étalonner individuellement et collectivement face à ce qui se fait de mieux en France. Sur le plan psychologique, les leviers de motivation sont simples et évidents. Le poids des responsabilités est beaucoup plus important lorsqu’on joue des équipes à notre niveau. Le test est intéressant. Nous sommes curieux de savoir si nous sommes capables d’élever notre niveau de jeu. Les joueurs savent que s’ils n’arrivent pas à se dépasser, ils sont en grand danger. C’est un challenge exceptionnel qu’il faudra relever. Pour un coach, le discours n’est pas très compliqué. Le contexte est particulièrement plaisant, avec un match de gala à jouer,  avec un vrai danger de prendre une volée. Dans ces conditions, n’importe quel athlète de haut niveau sait se transcender », a expliqué l’entraîneur de l’équipe de l’Aube, qui n’a remporté qu’un seul match en Ligue 1 cette saison.

Sachant que le PSG est dans l’obligation de relever la tête en championnat, il ne s’agit pas forcément du moment idéal pour affronter les Rouge et Bleu. « Pour eux, ce sera bien plus un match de routine même si j’imagine que Carlo Ancelotti voudra relever la barre à domicile. Nous ne pourrons nous permettre aucun errement. L’exemple de Kiev est évocateur. Lorsqu’on laisse passer l’occasion de mener au score dans la première demi-heure de jeu, le match est foutu. Je ne crois pas que Paris soit réellement en crise. Mais il est probable qu’ils aient, en ce moment, un problème collectif. La position de Carlo Ancelotti reste évidemment enviable pour un entraîneur. J’imagine que c’est particulièrement plaisant de pouvoir entraîner de grands joueurs à partir du moment où ils ont envie de jouer ensemble. Avoir des joueurs qui sont heureux de s’enrichir mutuellement et ravi de partager un quotidien, c’est évidemment ce qui me plaît plus dans le football », conclut Furlan, qui retrouvera Blaise Matuidi au Parc des Princes, joueur qu’il a entraîné à Troyes par le passé.

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires