Restez connectés avec nous

Autour du PSG

Roux : « Pas de limite avec les Qataris »

C’est en 1961 que Guy Roux a entamé sa carrière d’entraîneur (terminée en 2007). Au fil des années, l’ancien coach d’Auxerre a eu l’occasion d’observer l’évolution des différentes manières de diriger un club de football.

« Dans le football, il y a toujours eu des injustices. Monaco a longtemps bénéficié de son régime particulier, puisque les étrangers n’y payaient pas d’impôt. A Sochaux, il y avait Peugeot. A Marseille, il y a eu Bernard Tapie, qui avait beaucoup d’argent pour bâtir son équipe, puis Robert Louis-Dreyfus, qui fut aussi un grand mécène. Mais pour chacun d’eux, on sentait qu’il y avait quand même des limites. Là, avec les Qataris, il n’y en a pas dans la mesure où leur caisse est alimentée chaque seconde par la production de gaz, et donc d’argent. Leur caisse étant insondable, si je puis dire, cela génère forcement une inégalité absolue », analyse-t-il dans les colonnes de France Football.

Toutefois, Guy Roux n’est pas persuadé que le club de la capitale domine outrageusement les 19 autres formations de Ligue 1 cette saison. « Le football, fort heureusement, n’est pas seulement un jeu de Monopoly. C’est aussi trente-huit matches à disputer. Des clubs qui paraissent moins armés qu’avant, comme Lyon, Marseille ou Bordeaux, peuvent surprendre. Lille a toujours su se reconstruire après la perte de joueurs importants. Montpellier ne réussira peut-être pas une saison aussi accomplie que la précédente, mais il sera sûrement difficile à jouer. Pour lui, tout dépend de la qualité des recrues. Tout ça pour dire que je ne vois pas le PSG traverser le championnat sans perdre un match, comme la Juventus de la saison passée. D’ailleurs, si je me souviens bien, il s’était déjà renforcé l’hiver dernier, et ça ne l’avait pas empêché de faire moins bien lors de la seconde partie de la saison que durant la première », poursuit « l’homme au bonnet », qui officie toujours en tant que consultant pour Canal+ et Europe 1.

A l’instar de nombreux dirigeants et entraîneurs français, Guy Roux perçoit les investissements de QSI d’un bon œil. « L’arrivée des Qataris est vraiment une bouffée d’oxygène pour le foot. Ça veut dire que les gens qui ont de l’argent préfèrent encore l’investir dans ce sport plutôt que dans le bilboquet. Et puis, je trouve le comportement de Carlo Ancelotti et des dirigeants parisiens très fair-play. Quand on leur a appris qu’ils risquaient de payer plus d’impôts, ils ont répondu qu’ils se conformeraient à ces nouvelles obligations. C’est une bonne attitude, très civique », conclut celui qui commence d’ailleurs à regarder du côté d’investisseurs extérieurs pour Auxerre.

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG