Restez connectés avec nous

Club

Ibrahimovic : « Ma priorité, être moi-même »

Arrivé cet été sous les couleurs parisiennes, Zlatan Ibrahimovic n’a pas encore eu l’occasion d’apprendre toutes les coutumes de notre pays, ni même la langue. Malgré tout ça, l’attaquant suédois s’est bien adapté et compte bien mettre son coté « paresseux » de coté, et rajouter le Français à sa panoplie.

« Bientôt, j’espère. Je suis un peu paresseux… (Sourire) Au club, il n’y a pas beaucoup de monde qui parle anglais, donc, ça m’oblige à faire toujours plus d’effort pour apprendre votre langue. Quand je suis allé en Italie, c’était la même chose. J’ai dû rapidement me mettre à l’italien. D’ailleurs, ça me sert aussi au Paris Saint-Germain puisque pas mal de joueurs et de membres du staff parlent ou comprennent l’italien. Je suis capable de m’exprimer dans plusieurs langues, c’est un atout. Maintenant, j’ai hâte de rajouter le français à ma panoplie de polyglotte », a déclaré l’ancien joueur de l’AC Milan avant d’ajouter « J’ai encore tout à apprendre de la France. Avant d’arriver à Paris, je ne connaissais pas beaucoup de choses du pays et de sa capitale. Après quelques mois ici, j’ai eu un peu de temps pour découvrir les gens, l’environnement, la gastronomie… J’ai visité l’Arc de Triomphe, la Concorde, la Tour Eiffel ou encore le tombeau de Napoléon. À chaque fois que je sors, j’apprends quelque chose de nouveau. Mais mon métier ne me permet pas de me plonger profondément dans la culture du pays dans lequel j’évolue. On a trop peu de temps libre. Ma priorité est d’être moi-même et de me sentir bien au sein du club avec mes coéquipiers, le staff et toutes les personnes qui y travaillent. »

Footballistiquement, la France n’est pas vraiment réputée pour être Championnat de très haut niveau, comme peut l’être la Premier League ou même la Liga. Ibrahimovic, qui a eu l’occasion d’évoluer en Italie et en Espagne, trouve lui la Ligue 1 compliquée. « C’est une compétition difficile, avec un niveau athlétique élevé. Il faut être en excellente condition physique pour y réussir de bonnes choses. Bien sûr, elle peut encore se développer et je suis sûr que le Paris Saint-Germain va tirer tout le monde vers le haut. Moi, je compte apporter ma pierre à l’édifice en aidant le club à gagner le plus de matches possible. J’ai remporté des trophées partout où j’ai joué et je souhaite que ça continue avec Paris. Récemment, on a eu quelques difficultés dans le jeu et ça s’est ressenti dans nos résultats. Mais il y a encore beaucoup de matches à disputer, il ne faut pas s’alarmer. Quand on perd, on apprend bien plus sur nous-mêmes que lorsqu’on gagne. C’est aussi comme cela qu’un collectif progresse. J’espère juste que l’on aura bien retenu les leçons de nos échecs. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Club