Restez connectés avec nous

Club

Intelligence + régularité = Jallet

Quoi qu’il se passe lors des deux derniers matches, la saison de Christophe Jallet restera globalement satisfaisante. Le défenseur latéral aura brillé par sa constance.

Dimanche soir à Valenciennes (3-4), malgré les trois buts encaissés, l’ancien Lorientais a dégagé un sentiment de solidité. A plusieurs reprises, il a su se mettre en valeur en coupant les offensives nordistes. Souvent bien placé, l’arrière-droit est parvenu à créer le danger en montant dans son couloir. Cette saison, Christophe Jallet est le défenseur qui compte le plus de temps de jeu, même s’il a parfois été utilisé au poste de milieu de terrain, avec 2 220 minutes. Rarement blessé, l’ancien Lorientais a participé à la quasi-totalité des matches du PSG en Ligue 1 (31 rencontres disputées, 24 en tant que titulaire). Cette régularité lui permet même aujourd’hui d’être le capitaine du club de la capitale. Après la mise sur le banc de touche de Mamadou Sakho, Momo Sissoko avait récupéré le brassard dans un premier temps.

Bon communiquant

« Momo restait sur le mauvais souvenir de la défaite à Lille où il était capitaine. Alors que Christophe, avec qui il est très complice, avait gagné contre Saint-Etienne trois jours plus tard », explique un proche de l’international malien ce mardi dans Le Parisien, afin d’expliquer la raison du capitanat de Jallet. Si le natif de Cognac se voit confier une telle responsabilité, ce n’est pas uniquement dû au renoncement de son coéquipier. Le joueur de 28 ans est apprécié dans le vestiaire. Bon communiquant, il s’exprime avec facilité dans les médias ou lors des différentes conférences de presse auxquelles il est convié. « C’est une surprise. C’est un joueur fort, sur le plan offensif comme sur le plan défensif. Il a été bon toute la saison, il a même marqué des buts importants pour l’équipe. Mais surtout, c’est une personne positive dans les vestiaires, qui cherche d’abord le bien de l’équipe. Et ça c’est important pour nous. Christophe, c’est un bon garçon », confiait Salvatore Sirigu vendredi dernier.

« Concentré » et « dynamique »

Le portier italien n’est sans doute pas le seul à avoir été surpris -positivement- par Jallet. Peu après son arrivée à Paris, Carlo Ancelotti envisageait de recruter un latéral droit de niveau international. Le nom du Brésilien Douglas Maicon (Inter Milan) avait même circulé avec insistance au mois de janvier, suite à une confidence supposée de Michel Bastos à un journaliste de France Télévisions, avant le quart de finale de Coupe de la Ligue opposant l’OL au LOSC. Après la trêve hivernale, le technicien italien avait choisi d’utiliser Milan Bisevac au poste de latéral droit. Rapidement, l’homme à la boule à zéro a récupéré sa place dans ce secteur de jeu. « Carletto » n’hésite pas à louer ses qualités : « Jallet est un joueur avec beaucoup de régularité. Il ne fait pas d’erreur tactique, il est toujours concentré, dynamique ».

Un ticket pour l’Euro ?

Peu avant que les Qataris ne reprennent le club, Jallet avait prolongé son contrat de deux ans avec le PSG. Lié à la formation francilienne jusqu’en juin 2015, il pourrait se poser des questions concernant le recrutement bling-bling que s’apprêtent à opérer les dirigeants lors du prochain mercarto. « Notre idée n’est pas d’aller chercher un défenseur latéral », a prévenu Ancelotti, sous-entendant qu’il maintiendrait sa confiance à l’ancien joueur des Chamois niortais. La saison pourrait se terminer en apothéose pour celui-ci. Outre le titre de champion de France avec Paris, il est susceptible de décrocher une place dans la liste des 23 joueurs retenus par Laurent Blanc pour l’Euro 2012. Bakary Sagna étant forfait, il se trouvera en concurrence avec Mathieu Debuchy et Anthony Réveillère. Régulièrement présélectionné chez les Bleus, il franchirait alors un palier supplémentaire dans sa carrière.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club