Restez connectés avec nous

Club

Jallet : « Je ne suis pas Jérémy Ménez »

Très polyvalent, capable de joueur aussi bien latéral que milieu sur son flanc droit, Christophe Jallet n’a pourtant pas souvent été titularisé cette saison. Une situation qu’il ne met pas sur le compte de sa faculté à pouvoir dépanner à beaucoup de postes. « Je ne vois pas les choses de cette façon. Depuis mes premières années de pro à Niort jusqu’à aujourd’hui au PSG, c’est justement ma polyvalence qui m’a permis d’avoir toujours du temps du jeu. Bon, ensuite, c’est vrai : je me sens plus à l’aise au poste d’arrière droit où je peux faire valoir mes qualités de contre-attaquant. En milieu de terrain, face à une équipe regroupée, c’est un peu plus difficile pour moi. Je ne suis pas Jérémy Ménez. Lui, même quand il a trois défenseurs sur le dos, il est capable de se retourner et de centrer, a-t-il expliqué pour Le Parisien, avant d’avouer Marcos Ceara était logiquement titulaire depuis le début de saison. Honnêtement, Marcos a fait des bons matchs depuis le début de saison et c’est normal qu’il joue. En plus, il est très important dans le vestiaire. Il fait le lien avec les nouveaux qui parlent espagnol ou portugais. Je pense notamment à Lugano.»

Lui aussi admiratif du talent de Javier Pastore, l’ancien Lorientais refuse cependant de dire que le prodige argentin relève le niveau de l’équipe à lui seul. « L’an passé, déjà, cette question nous était posée avec Nene quand il marchait sur l’eau. Cela a duré six mois et ensuite, l’équipe a quand même réussi à garder le rythme. Concernant Javier, c’est vrai : il fait la différence à chaque match. Par son talent, il apporte l’étincelle. Mais n’oublions pas qu’il y a autour de lui beaucoup de joueurs qui travaillent dans l’ombre pour lui permettre de briller.»

Tout un collectif qui brille et qui pour lui, force l’équipe à revoir ses ambitions à la hausse, et donc à viser la plus haute marche du podium en Ligue 1. « Nous sommes obligés de penser au titre de champion. Mais il ne faut pas croire que cela sera facile. Le PSG ne va pas gagner tous ses matchs 4-0. On n’a pas le droit de s’endormir. Tout le monde, en Ligue 1, a envie de se payer Paris. A Ajaccio, par exemple, où le PSG n’est pas venu jouer depuis longtemps, l’accueil sera chaud…»

Et enfin, comme chaque joueur interrogé en ce moment, le latéral parisien a été invité à s’exprimer sur la probable arrivée de David Beckham à Paris, un joueur qui lui tarde de rencontrer. « C’est un honneur qu’un joueur comme Beckham s’intéresse au PSG. Pour ma part, je n’ai jamais évolué aux côtés d’une star interplanétaire comme lui ! On doit sûrement apprendre beaucoup à ses côtés. Sinon, nous savons tous que le recrutement de joueurs à très forte notoriété fait partie de la nouvelle politique du club. Mais pour l’instant, rien n’est fait, à ce que je sache. Entre nous, Beckham n’est pas un sujet de conversation. On en blague de temps en temps, c’est tout.»

Derniers articles

Autres articles présents dans Club