Restez connectés avec nous

Club

Javier Pastore, les montagnes russes

Début août 2011 : « El Flaco » pulvérise un record en étant recruté par le PSG pour 42 millions d’euros. Le prix dépensé par le club de la capitale paraît presque indécent, pour un joueur qui n’est pas titulaire avec la sélection argentine. En raison d’un manque de préparation, on imagine que Pastore ne va pas pouvoir donner la pleine mesure de son talent immédiatement. Et pourtant… Le 18 août, il arbore les couleurs parisiennes pour la première fois, à l’occasion du match aller des barrages de la Ligue Europa, face aux Luxembourgeois de Differdange (4-0). Dès cette rencontre, l’ancien joueur de Palerme parvient à se mettre en valeur. Son ascension va être fulgurante. Pour son premier match de championnat, à Toulouse (3-1), il illumine le Stadium de son talent.

Le jour et la nuit

Javier Pastore n’a pas eu besoin de temps d’adaptation. Très vite au top niveau, il enchaîne les buts, passes décisives et actions de grande classe. Début octobre, il  reçoit le trophée UNFP-RMC-L’Equipe du meilleur joueur de Ligue 1 pour le mois de septembre, en récoltant 75% des suffrages. Ses statistiques sont alors impressionnantes : six titularisations en championnat, cinq buts, deux passes décisives et 72% de passes réussies. Le Parc des Princes a trouvé son nouveau chouchou. Puis, c’est le coup de la panne. Les prestations du « Maigre » deviennent nettement moins reluisantes, celui-ci se distingue dorénavant par ses absences sur le terrain. Il paye ainsi son manque cruel de préparation ainsi que ses déplacements lointains avec la sélection argentine.

Sorties médiatiques

Malgré son état de forme, Antoine Kombouaré continue à le titulariser quasi-systématiquement. Le 22 novembre, à cinq jours du clasico, Javier Pastore confie au Parisien : « Actuellement, je ne suis pas bien ». La cuisante défaite face à l’OM (3-0), match au cours duquel il multiplie les erreurs techniques, confirmera ses dires. S’il ne s’illustre plus sur le terrain, le natif de Córdoba va « se rattraper » dans les médias. Dans un entretien accordé au magazine So Foot, il déplore son manque de liberté sur le terrain. « Au PSG, je suis dans une zone et je n’en sors pas. C’est ce qu’on me demande de faire et donc je le fais », se plaint-il. Quelques jours plus tard, nouvelle sortie médiatique polémique pour le numéro 27. « Je m’entraîne avec une grande conviction pour réaliser mon rêve de jouer dans une grande équipe, peut-être dans le championnat espagnol », lance-t-il à la radio italienne Radio Radio.

« Je veux tout donner »

Antoine Kombouaré n’apprécie guère les propos de son joueur vedette. Le Kanak estime même que Pastore « dit parfois des conneries ». Lors des dernières semaines de l’année 2011, « El Flaco » parvient à retrouver un niveau de jeu plus satisfaisant, en renouant notamment avec le chemin des filets face à Bilbao (4-2) en Europa Ligue. La période de disette durait depuis sept matches. Cinq mois passés dans la capitale en forme de montagnes russes. A l’instar de Jérémy Ménez, l’Argentin fait dans la fulgurance, ne parvenant jamais à peser sur l’intégralité d’une rencontre.  « Je veux continuer à grandir et à m’améliorer. Je veux tout donner pour aider mes partenaires et le club à remporter quelque chose en fin d’année », a-t-il annoncé dans une vidéo sur son site officiel, avant de faire ses vœux pour 2012. S’il n’a jamais affiché clairement son soutien à Kombouaré, Pastore s’est montré ravi de l’arrivée d’Ancelotti à Paris. Pour cette deuxième partie de saison, le PSG aura besoin que « Le Maigre » envoie du lourd.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club