Restez connectés avec nous

Club

Kimpembe se confie sur les difficultés de la saison dernière : l’élimination contre Manchester et le besoin d’être opéré

Kimpembe se confie sur les difficultés de la saison dernière : l'élimination contre Manchester et le besoin d'être opéré

Presnel Kimpembe, défenseur central de 24 ans du Paris Saint-Germain et de l’Equipe de France, s’est confié dans une longue interview accordée au Parisien. Outre la réception de l’Olympique de Marseille dimanche soir (11e journée de Ligue 1) et les Classicos en général, l’international français est revenu sur la douloureuse seconde partie de saison 2018-2019. Cela avec la difficulté à gérer la victoire en Coupe du Monde (2018), l’élimination en 8e de finale de la Ligue des Champions contre Manchester United avec sa main en fin de match notamment et le fait d’avoir joué avec une douleur nécessitant une opération.

« Difficile de gérer l’après Coupe du Monde ?

Oui, ça a été dur. Dur un peu pour tout le monde. C’est comme ça. Je ne vais pas dire que je veux l’oublier, ça reste dans un coin de ma tête. Mais ça va m’aider à avancer au fil des années et ne pas reproduire les mêmes erreurs. C’est une bonne leçon. Quand on gagne ce titre, on est sur le toit du monde, il faut savoir le gérer au quotidien entre la vie extérieure et le sportif.

Kimpembe « C’est un moment qu’on n’oubliera jamais dans nos vies et nos carrières. Mais il faut avancer. »

Ce que j’ai appris de l’élimination contre Manchester United ?

Là encore, ça a été difficile. C’est là que tu vois que le football va vite dans un sens et dans l’autre. C’est la vie, mais ça m’a fait mal. C’est un moment qu’on n’oubliera jamais dans nos vies et nos carrières. Mais il faut avancer.

Maintenant, j’essaie vraiment de ranger les mains et de ne plus avoir de souci de ce côté-là. Surtout que, moi, la main que j’ai faite, elle n’était pas volontaire. Quand je vois les autres matchs de Ligue des champions, il y a des mains à gauche à droite et la VAR ne dit rien… J’ai toujours un petit pincement au cœur. Après, c’est compliqué de défendre les mains dans le dos. Pour courir, pour sauter, même pour défendre, c’est un calvaire.

Des regrets pour ma communication après la défaite ?

Non. Je suis quelqu’un qui réfléchit beaucoup. Quand j’ai quelque chose à dire, je le dis. Je ne garde rien pour moi. Je ne vais pas beaucoup parler, mais au moment où je vais le faire, je dirai ce que je pense. Je ne regrette pas cette communication aujourd’hui. Il fallait que je m’exprime.

Kimpembe « quand tu as la tête et le cœur qui veulent mais que le corps ne suit pas, c’est compliqué. »

Une fin de saison difficile ?

Comme je l’ai dit en fin de saison, j’ai joué diminué à cause d’une pubalgie. J’ai voulu aider l’équipe, et j’ai gardé ça pour moi, je ne disais rien. Après, quand tu as la tête et le cœur qui veulent mais que le corps ne suit pas, c’est compliqué. C’est pour ça que j’ai décidé de me faire opérer en fin de saison.

Au retour de la trêve hivernale, j’ai été absent pendant trois semaines. Ensuite je suis revenu un peu vite. Mais depuis janvier je savais que je devais me faire opérer.

Un besoin de concurrence pour relancer ?

Oui, je pense. Je suis un compétiteur, j’ai besoin de ça. Quand tu es moins bien, cela peut te piquer et te réveiller. Je fais partie de ceux qui ont besoin d’avoir de la concurrence, de ne pas avoir la certitude d’être un titulaire. »

Une période difficile dont Kimpembe ressort plus fort.

Ainsi, le Titi parisien ne veut pas se cacher derrière des excuses ou faire semblant. Il a bien eu du mal à vivre le succès en Coupe du Monde, à « gérer ». Ce qui est compréhensible et assez commun. C’est une expérience très forte et qui marque forcément les esprits. Surtout qu’il y a ensuite les sollicitations médiatiques et les félicitations de tous qui pleuvent. De quoi se sentir au sommet. Et le titre reste, alors on peut avoir le sentiment que l’on ne retombera pas. Sauf que le sport de haut niveau est cruel, tout y va très vite. La victoire en Coupe du Monde restera, mais la saison suivante est jugée comme une autre. Dans cette dernière, Kimpembe a un bilan très mitigé.

Forcément, l’élimination en Ligue des Champions avec sa main est marquante. Mais c’est de toute la seconde partie de saison qui a été plutôt compliquée pour le défenseur parisien. Il faut alors prendre en compte le fait qu’il jouait avec une douleur. Cela n’excuse pas tous les loupés, certes. Il reste qu’il y a de quoi être perturbé. C’était bien de vouloir aider l’équipe alors que l’infirmerie était pleine, mais cela a aussi joué en la défaveur de Kimpembe. On ne va tout de même pas lui en vouloir pour son choix.

L’essentiel étant de savoir réagir et se relancer ensuite. Ce que Kimpembe fait parfaitement bien en ce début de saison. Il a su très bien se préparer durant l’été afin d’être vite performant. Reste à espérer qu’il ne se relâchera pas. Ce ne devrait pas être le cas avec la concurrence. C’est d’ailleurs intéressant de voir que cela le motive plutôt que de l’inquiéter. Une excellente mentalité.

Publicités

Vidéos Football

 

Articles récents

Autres articles présents dans Club