Restez connectés avec nous
PSG - Kombouaré se réjouit pour Laurent Blanc

Anciens

Kombouaré : « Chapeau aux Qataris ! »

Lors d’un long entretien accordé à France Football, Antoine Kombouaré est revenu sans langue de bois sur son départ du PSG et ses relations avec Leonardo, avant d’exprimer son sentiment sur le projet des propriétaires qataris.

Lors de son limogeage, Antoine Kombouaré a reçu un soutien énorme de la part du monde du football, qui ne comprenait pas le choix de Leonardo et des nouveaux propriétaires. Le Kanak était quant à lui déçu mais a toujours accepté la décision de ses dirigeants. « Cette histoire a fait un buzz terrible. Quand je croisais des Français à l’étranger, ils ne me parlaient que de ça. Les gens ont été marqués. J’ai reçu de très nombreux témoignages, et pas seulement des milieux sportifs. Politique, show-business… C’est sorti du cadre du football. J’ai été déçu, forcement. Quand tu es premier, tu as envie de continuer. Mais ça n’a pas été difficile du tout, car je m’y étais préparé. Je n’ai pas été surpris. Au moment de la séparation, on a fait les choses proprement. Je suis parti sereinement avec le sentiment du travail accompli. J’ai dit à mon adjoint, Yves Bertucci : « On peut être fiers de ce qu’on a fait. On a laissé un beau bébé et la passation de pouvoir s’est faite dans les meilleures conditions ». Je ne me suis pas trompé d’adversaire. Il n’était pas question de me battre contre Leonardo ou mes dirigeants. J’ai toujours répété à mon staff et aux joueurs que toute notre énergie devait être utilisée pour gagner des matches, a confié le coach Kanak, qui rappelle que son travail ne s’est pas limité à six très bons mois à la tête du PSG, mais à un redressement de l’équipe qui a duré deux ans et demi. Tout le monde retient cette période et la première place. Mais moi, je retiens deux ans et demi passés dans ce club. Il y a eu des moments terribles, avec la guerre des tribunes, le décès d’un supporter, la pacification du Parc, les tensions avec Colony Capital. On a fait treizième, puis quatrième et enfin premier à la trêve. On a permis au club de grandir, de progresser. Ça, c’est ma fierté ! »

Kombouaré est donc très heureux du travail accompli et malgré la déception d’avoir été limogé, il n’en veut absolument pas à Leonardo et félicite les Qataris pour leur grande ambition et les énormes moyens mis en oeuvre afin de faire du PSG un très grand club européen. « Si j’en veux à Leonardo ? Pas du tout. J’ai de nombreux proches qui lui en veulent, mais là, c’est l’affectif qui parle. Moi, je n’avais que des relations professionnelles avec lui. Il était dans son rôle de dirigeant. Il voulait faire évoluer le club rapidement en faisant venir un entraîneur renommé, qui a gagné la Ligue des Champions et qui, de surcroît, est son ami. Il a fait son métier, et je respecte sa décision. Je n’étais pas d’accord et je ne le serai jamais. Moi, je voulais continuer. Je n’ai jamais baissé les bras. Je voulais leur montrer que j’étais un entraîneur compétent, que j’étais capable d’avoir des résultats et de gérer cet effectif. J’ai fait mon boulot jusqu’au bout. Le PSG appartient aux Qataris. C’est leur club, leur argent, et ils font ce qu’ils veulent. Moi, je n’étais qu’un salarié. Je sais ce que veulent les Qataris. Je les connais. J’ai discuté avec eux. Il n’y a pas que des paroles. Il y a les actes. Ils ont mis plus de 100M€ la première saison et ils ont annoncé des chiffres pour les années à venir. Leur but, au-delà du Championnat, c’est d’aller titiller le Barca, le Real, Manchester. Ils veulent aller à la bagarre avec ces clubs-là. Le football français ne peut que s’en féliciter. Il y a deux ans, personne ne pouvait penser qu’un club se donnerait un jour de tels moyens. Moi je dis chapeau aux Qataris ! C’est fabuleux ce qu’ils font !, a félicité l’ancien entraîneur du PSG, qui ne comprend pas le raisonnement de deux qui critiquent l’arrivée des Qataris à la tête du club. Ça m’énerve ça ! On passe notre temps à envier les grands clubs étrangers, à se plaindre qu’on ne gagne jamais rien et, lorsqu’un club français se dote des mêmes moyens, on fait la fine bouche. Dès le premier jour, j’ai dit aux joueurs : « Vous vous rendez compte de la chance que vous avez d’être aujourd’hui au PSG ? Vous imaginez tous ceux qui rêveraient d’être à votre place ? ». Le parcours est tracé. L’ambition est là, les moyens aussi. »

Désormais, Kombouaré attend une bonne opportunité pour retrouver un banc de touche. Il reste toujours aussi passionné de football et u PSG mas il est encore trop tôt pour lui pour revenir au Parc des Princes. « Quand on a ça dans le sang on ne coupe jamais vraiment. J’ai continué à suivre l’actualité, mais avec plus de recul et de façon plus détendueMais revenir au Parc des Princes, c’est délicat. Je n’ai pas envie de me mettre en avant ou de déranger. Je veux laisser les gens travailler tranquillement. Ce sera plus facile la saison prochaine. De toute façon, comme j’étais en voyage, la question ne se posait pas », a conclu celui qui aura marqué le PSG en tant que joueur, en tant qu’entraîneur, et qui prouve encore une fois qu’il s’agit d’un amoureux du PSG, plein de classe et d’humilité.

Derniers articles

Autres articles présents dans Anciens