Restez connectés avec nous

Club

Kombouaré et la saison parisienne

Après une saison pleine d’émotion, l’entraineur parisien Antoine Kombouaré se dit satisfait du rendu général.  » On a le sentiment d’avoir fait du bon travail, même si on aspire à toujours mieux. Au vu de l’effectif qui était à notre disposition, c’est une saison bien menée. On a su gérer les moments difficiles et continuer à avancer malgré l’adversité. L’une des choses dont je suis le plus fier, c’est que l’on a respecté toutes les compétitions auxquelles on a participé. Pour moi, c’était quelque chose de primordial. Que ce soit en championnat, en Coupe de France, en Coupe de la Ligue ou en Coupe d’Europe, on a joué notre chance à fond. Résultat: une place de 4e en L1, une finale perdue de justesse face à Lille, une demi-finale à Montpellier ou l’on s’incline in extremis en prolongation et un 8e de finale face à Benfica, ou je me demande encore comment on a pu laisser filer la qualification au Parc…. Bref, voilà un bilan plus qu’honorable. »

Pour lui, l’effectif manquait d’un banc, et les nombreuses blessures de fin de saison ont rendu son travail délicat. « Dans la deuxième partie de saison, la rotation ne concernait que 14 joueurs de champ sur 19. C’est vraiment très restreint. Peguy (Luyindula) a manqué plusieurs mois à cause d’une blessure. Sammy Traoré, Tripy Makonda, Jean-Eudes Maurice et Adama Touré ont été très peu utilisés… J’ai du intégrer quelques jeunes pour compléter le groupe, comme Jean-Christhophe Bahebeck, Neeskens Kebano et Loick Landre, qui ont fait du bon boulot. »

L’objectif du Paris Saint-Germain en début de saison était de terminer dans les cinq premiers, si celui-ci est atteint, la déception de ne pas participer à la Ligue des Champions reste présente. « Il y a quand même une petite pointe de déception car, en fin de saison, on aurait pu accrocher quelque chose en championnat ou en Coupe. C’est la seule chose qui m’ennuie un peu car j’aurais aimé concrétiser ce beau parcours par un titre ou une place sur le podium en Ligue 1. Mais ça ne sert à rien de ruminer, il faut avancer et se nourrir de l’expérience accumulée. Avec beaucoup de lucidité, il faut admettre que ça reste une bonne saison par rapport à nos objectifs de départ. On a construit de belles fondations pour la saison prochaine. »

Si cette saison est une réussite pour Antoine Kombouaré, il faut principalement remercier tout le staff du club. « Avec Yves Bertucci (entraineur adjoint), Raphael Fèvre (préparateur physique), Gilles Bourges (entraineur des gardiens) ainsi que le staff médical, on a fait du super boulot et on poursuivra l’aventure la saison prochaine. A l’image de ce que l’on demande aux joueurs, on a fourni un vrai travail d’équipe, avec la volonté farouche d’avancer et de progresser ensemble. Tous les problèmes que l’on a rencontrés, on les a affrontés ensemble. Tout ça avec un unique objectif commun: que les joueurs soient prêts physiquement, techniquement et mentalement, afin d’aller chercher un maximum de victoires. Pour cela, il faut un état d’esprit irréprochable et beaucoup d’humilité , histoire de former une équipe soudée. Et l’une de mes grandes satisfactions cette année, c’était le fait de voir les joueurs prendre autant de plaisir ensemble sur le terrain. »

L’ancien coach de Valenciennes est un homme, on le sait, de caractère, mais sa priorité est de respecter avant tout ses joueurs. « Avec tout ce vécu commun que l’on a accumulé depuis maintenant deux ans, on commence à très bien se connaitre. Au début, on a connu quelques incompréhensions, voire quelques moments de tension. Mais on a toujours su mettre les choses à plat afin de repartir de l’avant en étant encore plus costauds. Dans mon management, je m’appuie sur trois piliers essentiels. Tout d’abord, le respect, car il est fondamental dans tous les types de relation. Ensuite, la confiance, qui est indispensable pour former un groupe soudé et fort dans la durée. Et enfin, le travail. On a beau avoir du talent ou même du génie, on ne peut pas arriver au plus haut niveau sans une énorme implication dans le travail. Voilà, lorsqu’on allie ses trois points cruciaux, on a plus de chances de réussir ce que l’on entreprend. « 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club