Restez connectés avec nous
Laurent Perrin "Les joueurs souhaitent que la tactique soit plus claire et plus adaptée à la Ligue 1"

Club

Laurent Perrin « Neymar, un enfant gâté. Les larmes, j’ai trouvé ça surjoué »

Lors de la trêve internationale, bon nombre de joueurs parisiens ont rejoint leur équipe nationale. C’est le cas notamment de l’attaquant brésilien Neymar, qui a rejoint sa sélection pour affronter le Japon et l’Angleterre. Lors d’une conférence de presse où il était défendu par son sélectionneur contre les attaques incessantes de la presse suite à son départ du FC Barcelone, l’ancien joueur de Santos n’a pu contenir son émotion et a laissé apparaître des yeux bien humides. Info ou intox, le journaliste du Parisien, Laurent Perrin, s’est exprimé à ce sujet sur France Bleu :

« Les larmes, j’ai trouvé ça surjoué. Ce n’est pas un Thiago Silva qui pleurait vraiment. Son coup de je me penche vers Tite… non. Toute cette communication est pensée, réfléchie. Il y a des choses qui peuvent lu déplaire dans son traitement médiatique à Paris, ok on peut en débattre. Après il y a des choses écrites en Espagne qui ne lui ont pas plu, comme quoi il voulait revenir à Barcelone. Tout ça, c’est absolument n’importe quoi. Neymar a l’attitude d’un enfant gâté. 

Ce qui est incroyable, c’est que quand, nous, on écrit qu’il va falloir gérer Neymar, on le « je t’aime moi non plus » avec Emery, on a des retours ! Neymar, c’est deux attachés de presse plus le père qui envoient des messages et mettent la pression. Et ils nous disent d’arrêter de le faire passer pour un enfant gâté. Génial ! »

Une triste réflexion.

Il est vrai que peu de temps avant de s’essuyer les yeux, Neymar esquisse deux ou trois sourires à Tite, le sélectionneur brésilien. Mais de là à parler de larmes, il y a quand même une surenchère. Surenchère dont se sert le journaliste, responsable de la section Paris Saint-Germain pour Le Parisien, pour accabler le jeune joueur. C’est un peu comme si AS ou Marca descendaient un joueur du Real Madrid ou voir Sport et Mundo Deportivo qui en rajoutent sur le FC Barcelone.

Certes, la culture est différente, celle du foot encore plus. Mais il serait quand même reposant d’avoir un quotidien, surtout francilien, qui n’essaye pas de faire du beurre sur le dos du PSG au milieu du marasme journalistique dans lequel la France du foot semble se complaire. Il est triste de voir quelqu’un mordre la main qui le nourrit, mais encore une fois, on peut y voir une certaine ingratitude typique de la presse française qui érigent des héros pour mieux les porter au bûcher à la moindre occasion. Sans commentaires.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club