Restez connectés avec nous

Club

Lavezzi : «Gagner des trophées importants»

Plus d’un mois après son arrivée à Paris, Ezequiel Lavezzi commence à s’adapter à son nouveau club. L’attaquant argentin se rend compte qu’il fait partie d’un très gros projet et compte tout donner sur le terrain pour aider le PSG à atteindre ses objectifs.

Grâce à son recrutement 4 étoiles, le Paris Saint-Germain attire l’attention de toute l’Europe du football, ce qui paraît normal aux yeux de Lavezzi. « Dans une période où le football traverse une crise, comme l’économie en général, voir un club qui dépense autant d’argent pour recruter, ça focalise forcément l’attention. Pour moi, personnellement, avoir signé à Paris est un beau défi. C’est un club où on vient aujourd’hui pour remporter des titres. C’est ça, le projet à court terme : gagner des trophées importants, dont la Ligue des Champions », a déclaré El Pocho, conscient du potentiel de son équipe et de sa capacité à être compétitive rapidement.

Et pour aider le club de la capitale à atteindre ses objectifs, l’ancien joueur de Naples ne fera pas de caprices sur le terrain et jouera où Carlo Ancelotti souhaitera le placer. « Je n’ai pas un couloir de prédilection. Du moment que je suis sur un côté, je me sens bien. Lors de la fin de mon passage à Naples, je jouais toujours à gauche mais il m’arrivait de disputer des matches importants à droite. Parfois, l’entraîneur tenait compte des spécificités de l’adversaire pour choisir sur quel côté il m’alignerait. Depuis le début de la préparation, Carlo Ancelotti m’a souvent posté à gauche. Mais peu importe. S’il veut me mettre un jour à droite, pas de problème. (…) Mon style de jeu, c’est la liberté. Mais c’est une liberté que j’utilise toujours pour essayer d’être utile à l’équipe. Jusqu’à preuve du contraire, le foot se joue à onze et vous ne pouvez pas négliger cette réaliste collective. (…) A Naples, j’ai beaucoup appris tactiquement. J’étais un joueur très désorganisé. Avant, je jouais uniquement au feeling, comme j’en avais envie. Si une tâche ne me convenait pas, je ne me contraignais pas à la remplir. Au fil de mes années passées en Italie, j’ai appris à le faire, a expliqué Lavezzi dans L’Equipe, avant de revenir sur l’objectif principal du PSG, à savoir le titre de champion de France. C’est notre objectif, bien sûr. Mais le foot est un sport rempli d’imprévus. Sa beauté, d’ailleurs, c’est qu’on n’est jamais sûr que le meilleur va gagner. Il faudra le mériter chaque week-end. Je connais très peu la L1 mais je sais déjà que c’est une compétition très dure, très physique. »

Enfin, l’international argentin s’est exprimé sur sa complicité avec Zlatan Ibrahimovic, un joueur avec lequel il n’a pas forcément besoin de discuter pour bien s’entendre sur le terrain. « Ce n’est pas nécessaire. Savoir s’il aime avoir le ballon dans les pieds ou dans l’espace, ce sont des choses que tu découvres naturellement au fil des entraînements et des matches. Quelque part, notre relation est instinctive. Ce genre de coéquipier te facilite le jeu. Mais lui comme moi, on fait partie de ces recrues qui doivent d’abord penser à s’adapter à ceux qui jouaient ici avant nous », a-t-il rappelé à la veille de son premier match officiel sous le maillot du PSG, face à Lorient au Parc des Princes.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club