Club

Le bon soldat Bisevac

Publie le 26/12/2011 a 20:30



  • Sur les 85 millions d’euros dépensés par les dirigeants du PSG à l’intersaison, le défenseur central n’en représente que 3,5. Arrivé en provenance de Valenciennes, il est peut-être la recrue la moins bling-bling de l’été dernier. Antoine Kombouaré a clairement insisté pour le faire signer à Paris. Le Kanak avait déjà tenté de le débaucher l’année précédente. Sans succès. Cette fois, il est parvenu à ses fins. Le Serbe devait être présenté à la presse en compagnie de Jérémy Ménez et de Blaise Matuidi. En raison d’une visite médicale décalée, son arrivée est presque passée inaperçue. « Quand j’étais petit, à l’époque de Raï et Leonardo, c’était une équipe que j’admirais. Un club mythique. La concurrence fait progresser, t’oblige à ne pas te relâcher. Quand on joue au PSG, il faut viser haut. Je suis venu pour gagner des titres », déclarait-il dans les colonnes de L’Equipe au mois d’août dernier, quelques heures après avoir paraphé un contrat de trois ans avec le club de la capitale.

    Stoppé en pleine course

    Si Milan Bisevac a entamé la saison dans la peau d’un titulaire, sa progression a rapidement été stoppée par une blessure, lors d’un match qualificatif pour l’Euro 2012 avec la Serbie. Début septembre, face aux iles Féroé (3-1), il est contraint de quitter la pelouse à la 44e minute de jeu, en raison d’une douleur aux adducteurs. Après plusieurs semaines d’indisponibilité, le natif de Kosovska Mitrovica (Kosovo) est parvenu à retrouver une place de titulaire dans le onze de Kombouaré, à la fin de cette première partie de saison. Son entente avec Mamadou Sakho en charnière centrale paraît prometteuse. Lors de la 19e journée de Ligue 1, face à Saint-Étienne (0-1), il a sans douté livré sa prestation la plus aboutie depuis son arrivée chez les Rouges et Bleus. « On a fait une partie extraordinaire », affirmait-il après cette rencontre. Reste à savoir si Carlo Ancelotti prolongera la confiance que Kombouaré avait en lui.

    « Il rattrape les erreurs des autres »

    Calme, serein, solide. Milan Bisevac possède de nombreuses qualités propres à un défenseur central de haut niveau. Sa mentalité est exemplaire. Homme discret, il a l’âme d’un guerrier, ce qui n’est pas sans rappeler un certain Gabriel Heinze. « Il possède cette capacité a rattrapé les erreurs des autres », souligne Philippe Montanier, qui l’a eu sous ses ordres à Valenciennes, après que Kombouaré se soit engagé en faveur du PSG. « Quand il est arrivé au Parc, Milan était vraiment ému. Puis quand il a signé son contrat, il a fait une photo avec son portable », a révélé Leonardo, lorsque Bisevac a été présenté à la presse. En sélection nationale, l’ancien Lensois évolue aux côtés de Nemanja Vidic, joueur cadre de Sir Alex Ferguson à Manchester United : il n’hésite d’ailleurs pas à comparer Mamadou Sakho à celui-ci.

    La pression en guise de motivation

    Dans une équipe composée d’egos qui peuvent parfois être surdimensionnés, Bisevac dénote. Un tel joueur représente un atout considérable pour le vestiaire francilien. Malgré son côté « homme de l’ombre », il semble être capable de supporter la pression inhérente à un club comme le PSG. « Moi j’ai connu cela à l’Etoile Rouge Belgrade, où les supporteurs pouvaient entrer dans les vestiaires pour nous demander de gagner. Je n’ai pas peur de la pression. Je préfère même qu’il y en ait, je suis plus concentré et je fais de meilleures performances », assure-t-il. A 28 ans, le numéro 4 parisien se trouve certainement à une période charnière de sa carrière. Le recrutement d’un défenseur central supplémentaire n’est pas l’une des priorités du mercato d’hiver. Bisevac possède de bonnes chances d’être régulièrement titularisé en 2012 s’il poursuit sur sa lancée.

    Publie le 26/12/2011 a 20:30

    Le bon soldat Bisevac

    Sur les 85 millions d’euros dépensés par les dirigeants du PSG à l’intersaison, le défenseur central n’en représente que 3,5. Arrivé en provenance de Valenciennes, il est peut-être la recrue la moins bling-bling de l’été dernier. Antoine Kombouaré a clairement insisté pour le faire signer à Paris. Le Kanak avait déjà tenté de le débaucher l’année précédente. Sans succès. Cette fois, il est parvenu à ses fins. Le Serbe devait être présenté à la presse en compagnie de Jérémy Ménez et de Blaise Matuidi. En raison d’une visite médicale décalée, son arrivée est presque passée inaperçue. « Quand j’étais petit, à l’époque de Raï et Leonardo, c’était une équipe que j’admirais. Un club mythique. La concurrence fait progresser, t’oblige à ne pas te relâcher. Quand on joue au PSG, il faut viser haut. Je suis venu pour gagner des titres », déclarait-il dans les colonnes de L’Equipe au mois d’août dernier, quelques heures après avoir paraphé un contrat de trois ans avec le club de la capitale.

    Stoppé en pleine course

    Si Milan Bisevac a entamé la saison dans la peau d’un titulaire, sa progression a rapidement été stoppée par une blessure, lors d’un match qualificatif pour l’Euro 2012 avec la Serbie. Début septembre, face aux iles Féroé (3-1), il est contraint de quitter la pelouse à la 44e minute de jeu, en raison d’une douleur aux adducteurs. Après plusieurs semaines d’indisponibilité, le natif de Kosovska Mitrovica (Kosovo) est parvenu à retrouver une place de titulaire dans le onze de Kombouaré, à la fin de cette première partie de saison. Son entente avec Mamadou Sakho en charnière centrale paraît prometteuse. Lors de la 19e journée de Ligue 1, face à Saint-Étienne (0-1), il a sans douté livré sa prestation la plus aboutie depuis son arrivée chez les Rouges et Bleus. « On a fait une partie extraordinaire », affirmait-il après cette rencontre. Reste à savoir si Carlo Ancelotti prolongera la confiance que Kombouaré avait en lui.

    « Il rattrape les erreurs des autres »

    Calme, serein, solide. Milan Bisevac possède de nombreuses qualités propres à un défenseur central de haut niveau. Sa mentalité est exemplaire. Homme discret, il a l’âme d’un guerrier, ce qui n’est pas sans rappeler un certain Gabriel Heinze. « Il possède cette capacité a rattrapé les erreurs des autres », souligne Philippe Montanier, qui l’a eu sous ses ordres à Valenciennes, après que Kombouaré se soit engagé en faveur du PSG. « Quand il est arrivé au Parc, Milan était vraiment ému. Puis quand il a signé son contrat, il a fait une photo avec son portable », a révélé Leonardo, lorsque Bisevac a été présenté à la presse. En sélection nationale, l’ancien Lensois évolue aux côtés de Nemanja Vidic, joueur cadre de Sir Alex Ferguson à Manchester United : il n’hésite d’ailleurs pas à comparer Mamadou Sakho à celui-ci.

    La pression en guise de motivation

    Dans une équipe composée d’egos qui peuvent parfois être surdimensionnés, Bisevac dénote. Un tel joueur représente un atout considérable pour le vestiaire francilien. Malgré son côté « homme de l’ombre », il semble être capable de supporter la pression inhérente à un club comme le PSG. « Moi j’ai connu cela à l’Etoile Rouge Belgrade, où les supporteurs pouvaient entrer dans les vestiaires pour nous demander de gagner. Je n’ai pas peur de la pression. Je préfère même qu’il y en ait, je suis plus concentré et je fais de meilleures performances », assure-t-il. A 28 ans, le numéro 4 parisien se trouve certainement à une période charnière de sa carrière. Le recrutement d’un défenseur central supplémentaire n’est pas l’une des priorités du mercato d’hiver. Bisevac possède de bonnes chances d’être régulièrement titularisé en 2012 s’il poursuit sur sa lancée.




  • Toute l'actualité du PSG en vidéo
    Tags de l'article : ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • psgonetwothree

      L’année dernière, il a fini 2ème défenseur de L1 derrière Sakho ce n’est pas pour rien. Ceux qui suivent un peu la L1 savait que c’était une super recrue. Je me souviens des déclas d’Anigo au début de saison : Paris a de l’argent mais il recrute Bisevac, ben on voit le connaisseur, en plus il est directeur sportif ça fait flipper.  

    • gagasta

      on l’a trop dévaloriser parce qu’il venait de valencienne mais on a oublié qu’il est international serbe et qu’il joue au coté de Vidic. C’est vraiement une tres bonne recrut et j’esperes qu’il s’imposera dans le future au PSG!! avec sakho on a du lourd en defense!!!

    • PFG

      bon je vous laisse le pfg et 1 et 2 et 3-0 peace

      • Fuck-om

        C ca casse toi et 3 et 6 et 9 points profite bien de tes 2 derniers matchs de Ldc parsk t pas pres de la revoir

    • Psgman

      Défenseur très sur, TRÈS bon relanceur et en plus dur sur l’homme. Continue comme ça Milan.

    • psg hamid06thiriez demission

      allez milan continue

    • stratège

      Lui et Nêné (et d’autres aussi), s’ils veulent faire une grande carrière, c’est maintenant ou jamais : le titre de champion, puis viser un huitième de LdC

    • PFG

      Avec Sirigu et Matuidi c’est votre seule bonne recrue comme quoi les « stars » du genre Pastore Menez Lugano Gameiro… peuvent être acheter à un prix d’or mais peuvent ne valoir pas grand chose

      • Si tu veux les gens avait dit la meme chose de RAI mais par la suite il a fais taire tout le monde…

      • Sissoko ?

        • Parisporsiempre

          t’ as pas vu son pseudo PFG il parle juste pour ouvrir sa gueule sur paris merite meme pas de debattre avec lui son club a pas d moyen alors il vient deverser sa jalousie ici

      • Trankill14

        Entre 18 million pour gignac et 11 pour gamiero il ose parler du prix des bons joueur ! Hâte que la CAN commence que ces ces grandes gueul repleur comme en début de saison. Ici c est Paris et vous comprendrais le sens de cette phrase dans quelque mois.

      • seb93240

        c’est vrai que gignac a 18 millions c mieux que gameiro menez on le voies d’ailleurs soit il se blesse soit il m’emmene en cure se faire degonfler le bide.

        Je crois que Gameiro en 4 mois a du mettre autant but que gignac en trois ans quel investissement !!!!!! Vraiment rentable

    • Malgre un debut saison rater a cause de blessure il a tout de meme reussi tout les match qu’il a jouer
      0 but encaisser lors de c Trois dernier match Sochaux,Lille,Et ASSE

      • Tos_17

        contre ASSE je pense que l’on pet dire 1 GRAND merci a sirigu.c’est grâce a lui si paris sg est champion.mais bisevac et capitaine sakho  sa a de la gueule 

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    L'actualité européenne

    Xavi Verratti fait partie des joueurs possibles pour le futur du Barça

    LDC – Les socios du Barça souhaitent plutôt affronter le PSG en huitième.

    Adversaires

    Lundi prochain à midi aura lieu le tirage au sort des huitièmes de finale de la ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    NicolasBa publié un new post."Handball - Thierry Omeyer prolonge son contrat au PSG jusqu'en 2018"
    5 hours ago
    Sylvain La publié un new post."Ligue 1 - Génésio "À mon avis Paris va montrer qu’il a du ressort" face à Nice"
    5 hours ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Delannoy "On espère qu’il y aura du monde pour nous soutenir au Stade Georges Lefèvre"

    Féminines – Delannoy « On espère qu’il y aura du monde pour nous soutenir au Stade Georges Lefèvre »

    Actu Féminin

    Demain après-midi, le Paris Saint Germain et Juvisy se retrouvent à nouveau en Division 1 féminine, ...

    Vidéos PSG

    Le bon soldat Bisevac

    <Club , Editos , Une

    Sur les 85 millions d’euros dépensés par les dirigeants du PSG à l’intersaison, le défenseur central n’en représente que 3,5. Arrivé en provenance de Valenciennes, il est peut-être la recrue la moins bling-bling de l’été dernier. Antoine Kombouaré a clairement insisté pour le faire signer à Paris. Le Kanak avait déjà tenté de le débaucher l’année précédente. Sans succès. Cette fois, il est parvenu à ses fins. Le Serbe devait être présenté à la presse en compagnie de Jérémy Ménez et de Blaise Matuidi. En raison d’une visite médicale décalée, son arrivée est presque passée inaperçue. « Quand j’étais petit, à l’époque de Raï et Leonardo, c’était une équipe que j’admirais. Un club mythique. La concurrence fait progresser, t’oblige à ne pas te relâcher. Quand on joue au PSG, il faut viser haut. Je suis venu pour gagner des titres », déclarait-il dans les colonnes de L’Equipe au mois d’août dernier, quelques heures après avoir paraphé un contrat de trois ans avec le club de la capitale.

    Stoppé en pleine course

    Si Milan Bisevac a entamé la saison dans la peau d’un titulaire, sa progression a rapidement été stoppée par une blessure, lors d’un match qualificatif pour l’Euro 2012 avec la Serbie. Début septembre, face aux iles Féroé (3-1), il est contraint de quitter la pelouse à la 44e minute de jeu, en raison d’une douleur aux adducteurs. Après plusieurs semaines d’indisponibilité, le natif de Kosovska Mitrovica (Kosovo) est parvenu à retrouver une place de titulaire dans le onze de Kombouaré, à la fin de cette première partie de saison. Son entente avec Mamadou Sakho en charnière centrale paraît prometteuse. Lors de la 19e journée de Ligue 1, face à Saint-Étienne (0-1), il a sans douté livré sa prestation la plus aboutie depuis son arrivée chez les Rouges et Bleus. « On a fait une partie extraordinaire », affirmait-il après cette rencontre. Reste à savoir si Carlo Ancelotti prolongera la confiance que Kombouaré avait en lui.

    « Il rattrape les erreurs des autres »

    Calme, serein, solide. Milan Bisevac possède de nombreuses qualités propres à un défenseur central de haut niveau. Sa mentalité est exemplaire. Homme discret, il a l’âme d’un guerrier, ce qui n’est pas sans rappeler un certain Gabriel Heinze. « Il possède cette capacité a rattrapé les erreurs des autres », souligne Philippe Montanier, qui l’a eu sous ses ordres à Valenciennes, après que Kombouaré se soit engagé en faveur du PSG. « Quand il est arrivé au Parc, Milan était vraiment ému. Puis quand il a signé son contrat, il a fait une photo avec son portable », a révélé Leonardo, lorsque Bisevac a été présenté à la presse. En sélection nationale, l’ancien Lensois évolue aux côtés de Nemanja Vidic, joueur cadre de Sir Alex Ferguson à Manchester United : il n’hésite d’ailleurs pas à comparer Mamadou Sakho à celui-ci.

    La pression en guise de motivation

    Dans une équipe composée d’egos qui peuvent parfois être surdimensionnés, Bisevac dénote. Un tel joueur représente un atout considérable pour le vestiaire francilien. Malgré son côté « homme de l’ombre », il semble être capable de supporter la pression inhérente à un club comme le PSG. « Moi j’ai connu cela à l’Etoile Rouge Belgrade, où les supporteurs pouvaient entrer dans les vestiaires pour nous demander de gagner. Je n’ai pas peur de la pression. Je préfère même qu’il y en ait, je suis plus concentré et je fais de meilleures performances », assure-t-il. A 28 ans, le numéro 4 parisien se trouve certainement à une période charnière de sa carrière. Le recrutement d’un défenseur central supplémentaire n’est pas l’une des priorités du mercato d’hiver. Bisevac possède de bonnes chances d’être régulièrement titularisé en 2012 s’il poursuit sur sa lancée.

    By
    @
    OTER ?>