Restez connectés avec nous
Le Crom : "Sirigu n'a aucune raison de lâcher l'affaire"

Club

Le Crom : «Une vie de vestiaire normale»

Discret depuis son arrivée au club cet hiver, Ronan Le Crom profite de tous les moments passés dans ce PSG nouvelle version. Le gardien de but parisien ne s’attendait pas à passer une partie de sa fin de carrière à Paris, lui qui était au chômage il y a encore quelques mois.

« Tout a commencé l’été dernier. J‘ai servi de sparring-partner pendant cinq semaines sous l’ère Kombouaré tout en cherchant un club mais je n’ai rien trouvé. Je m’étais même engagé dans un club de volley ! Bref, je m’apprêtais à refermer tranquillement le chapitre de ma carrière professionnelle quand j’ai été approché par le staff cet hiver. Paris voulait trois spécialistes du poste. J’avais le profil pour devenir le troisième gardien. Je ne m’y attendais pas du tout. Je ne suis pas un transfert. J’étais au Pôle Emploi depuis six mois, a confié au Républicain Lorrain l’ancien gardien de Nancy, qui ne vit pas mal le fait de ne pas jouer, que ce soit au PSG ou ailleurs. Vous savez, ma carrière a été faite de hauts et de moins hauts. J’étais philosophe bien avant la fin ! Je n’ai commencé à jouer en Ligue 1 qu’à 26 ans, j’ai réussi quelques performances notables et j’ai alterné entre des postes de titulaires et des périodes creuses. Entre le placard et la lumière, j’ai connu beaucoup de phases. Pour moi, Paris est une belle surprise que je vis comme un bonus. »

Un bonus que l’actuel troisième gardien du club de la capitale ne se prive donc pas, la nouvelle dimension prise par le PSG lui permettant d’apprendre encore beaucoup de choses. «  Il y a beaucoup de gens dans le staff et des moyens que je ne voyais pas ailleurs. Je trouve aussi que le rythme des séances est plus poussé et il y a ces GPS. C’est une avancée technologique pour que les joueurs soient encore meilleurs, a-t-il avoué, avant de confirmer que les joueurs parisiens travaillaient tout à fait normalement malgré le fait que le club attise la curiosité. Tout est amplifié. Je peux pourtant vous dire qu’on a une vie de vestiaire tout à fait normale. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Club