Restez connectés avec nous
L’économiste Pierre Rondeau décortique la richesse du PSG et pointe le risque sur le long terme des revenus commerciaux

Club

Le PSG, c’est « top » selon la DNCG

Si le football français est en crise, avec des clubs endettés et une 6e place à l’indice UEFA, la DNCG reste toutefois confiante en ce qui concerne un redressement du foot hexagonal. Et le PSG, qui n’inquiète pas le patron de la DNCG, devrait jouer un grand rôle grâce à ses richissimes propriétaires.

« Le PSG est un cas à part. Il y a aussi Monaco avec son propriétaire russe. S’il veut se prendre pour Abramovitch à Chelsea, cela fera un deuxième club à part. Plus il y aura de joueurs de prestige en L1, plus il y aura de spectateurs. Les Qatariens sont top. Ils mettent 200 millions d’euros et, avec eux, on peut espérer reprendre la quatrième place à l’indice UEFA. Ils remplissent les stades et vont rapporter de l’argent directement ou indirectement à tous, s’est satisfait Richard Olivier dans L’Equipe, avant d’assurer qu’il n’était pas du tout inquiet en ce qui concerne le déficit du PSG, qui va dépenser énormément d’argent sur le marché des transferts, entre autres. On demande au PSG la même chose qu’aux autres. Mais on n’a applique pas les mêmes règles que celle du fair-play financier de l’UEFA. D’ailleurs, ces règles sont idiotes. Parce qu’elles sont extrêmement défavorables à des clubs qui arrivent. Chelsea a déjà dépensé 1,5 milliard d’euros mais le PSG ne pourrait plus dépenser 1,5 milliard, même pas 100 millions d’euros ? C’est totalement injuste. Nous, on juge d’après des plans sur cinq voire sept ans.»

Derniers articles

Autres articles présents dans Club