Restez connectés avec nous

Club

Le PSG dynamite le Dinamo… sans forcer

Grâce à sa victoire au stade Maksimir, face au Dinamo Zagreb (2-0, 3e journée des phases de poule de la Ligue des Champions), le PSG a conforté sa deuxième place dans le groupe A, derrière Porto, qui s’est imposé à domicile face au Dynamo Kiev (3-2). Après avoir fait le nécessaire en première période, les Rouge et Bleu ont ensuite géré leurs efforts.

Dans la capitale croate, Carlo Ancelotti alignait un onze de départ sans surprise, si ce n’est la présence de Bodmer au milieu de terrain, pour épauler Verratti et Matuidi. Après avoir utilisé un schéma en 4-4-2 à plat face à Reims samedi dernier, le technicien italien revenait à son dispositif en 4-3-2-1, avec un trident offensif composé de Pastore, Ibrahimovic et Ménez. D’entrée de jeu, les Parisiens monopolisaient le ballon. Lancé par Verratti, Ibrahimovic contrôlait le cuir au point de penalty, mais perdait son  duel avec Kelava (3e). Décalé par Matuidi, le géant scandinave adressait ensuite une lourde frappe, que le portier du Dinamo boxait en corner (5e). Les Croates se montraient néanmoins dangereux, avec un coup franc de Sammir juste à côté de la lucarne et une série de quatre corners consécutifs obtenus dans la même minute (7e). Dans la surface, Ménez servait Bodmer en retrait, lequel tentait un plat du pied que Kelava n’avait aucun mal à capter (11e). Le jeu francilien manquait alors de mouvement.

Après avoir perforé la défense de Zagreb, Ménez croisait son tir dans la surface, obligeant le gardien croate à se coucher pour le dévier (20e). Cop profitait du manque de pressing des Rouge et Bleu pour tenter sa chance de loin, mais sa frappe filait à droite du poteau de Sirigu (23e). Après avoir manqué une occasion franche en début de match, Zlatan récidivait. Suite à un une-deux avec Verratti, il se retrouvait seul au point de penalty et frappait au-dessus du but (25e). La troisième opportunité allait être la bonne : Ménez débordait Puljic sur le côté gauche et centrait en retrait pour Ibra, qui reprenait victorieusement du droit (0-1, 32e). Aux 25 mètres, Sammir croisait un peu trop sa frappe du droit pour réellement inquiéter Sirigu. Paris parvenait à faire le break peu avant la mi-temps, grâce à Ménez. Pastore trouvait l’ancien Romain côté gauche, qui fixait son vis-à-vis, avant de frapper entre les jambes de Kelava (0-2, 43e). Juste avant la pause, Ibra profitait d’un coup-franc pour adresser une puissante frappe du droit, boxée par Kelava.

Gestion des efforts

Pour la seconde période, Ancelotti remplaçait Alex par Camara. Dans un angle relativement fermé côté droit, Pastore prenait sa chance mais sa demi-volée ne trouvait que le petit filet (47e). Malgré un appel intéressant de Maxwell côté gauche, Ménez optait pour la solution individuelle, après avoir effacé plusieurs Croates. Son tir du gauche passait largement au-dessus (55e). A l’heure de jeu, le Dinamo obtenait un coup-franc très bien placé, à l’entrée de la surface parisienne. Avant qu’il ne soit botté, Bodmer cédait sa place à Momo Sissoko. La frappe de Sammir filait directement dans le mur des Rouge et Bleu. Ibra se procurait encore une occasion en or. Après une percée de Pastore, l’Argentin servait le Suédois sur un plateau, qui tentait le lob mais voyait le ballon passer juste à côté du poteau (64e).

A la réception d’un centre de Jallet, Momo Sissoko adressait une volée pure aux 25 mètres, qui passait de peu à côté du but de Kelava (72e). Ancelotti effectuait son dernier changement, en faisant entrer Hoarau à la place de Ménez (77e). Suite à un corner frappé par Pastore, Thiago Silva placait une tête piquée, au premier poteau, qui échouait sur la transversale (79e). Sur un centre de Jallet, Ibrahimovic tentait une reprise de volée acrobatique, mais le ballon s’envolait dans les airs (82e). Hoarau inscrivait le troisième but parisien de la tête, finalement invalidé par l’arbitre pour une faute peu évidente (89e). Dans les arrêts de jeu, l’attaquant réunionnais manquait l’immanquable, toujours de la tête, après avoir été servi sur un plateau par Matuidi (90e+2).

Au terme d’une seconde période nettement moins enlevée que la première, le PSG s’est imposé sans trop forcer son talent. Dans moins de deux semaines, les hommes d’Ancelotti auront l’occasion d’assurer leur qualification pour les 8e de finale de la Ligue des Champions, en cas de victoire au Parc des Princes face aux même Croates. Auparavant, le club de la capitale se sera déplacé à Nancy (samedi, 10e journée de Ligue 1) et aura accueilli l’OM (31 octobre, 8e de finale de la Coupe de la Ligue) et Saint-Étienne (03 novembre, 11e journée de championnat).

Derniers articles

Autres articles présents dans Club