Restez connectés avec nous
L’économiste Pierre Rondeau décortique la richesse du PSG et pointe le risque sur le long terme des revenus commerciaux

Club

Le PSG et ses armes face au fair-play financier

Depuis l’arrivée du Qatar Sports Investments à sa tête, le PSG a dépensé beaucoup d’argent, notamment dans le recrutement. A l’aube de la mise en place d’un fair-play financier menaçant, le club de la capitale recherche les meilleures solutions pour contrer cette mesure instaurée par l’UEFA.

Le 19 septembre dernier, l’AFP annonçait la possible signature d’un contrat en or avec un nouveau sponsor, permettant au PSG d’engranger près de 100M€ par saison et donc de booster considérablement ses recettes. Mais ce type de parade pourrait être mal vue par les instances européennes, qui pourraient tiquer sur le montant de ces revenus, abusés par rapport à ce qui se fait dans les plus grands clubs européens. En effet, le plus gros contrat de sponsoring actuel est celui qui lie Manchester United à Chevrolet, pour un montant annuel de 63M€. Les dirigeants parisiens songent donc à une nouvelle combine. Selon L’Equipe, il s’agirait d’un « contrat entre un organisme qatarien et le club autour de l’image de l’émirat, lequel contrôle directement QSI qui n’est qu’une branche du fonds souverain d’investissement du Qatar ». En d’autres mots, le PSG servirait d’ambassadeur et permettrait au Qatar de dorer son image sur la scène internationale, ce qui ne peut pas être apparenté à un contrat de sponsoring. En contre-partie, le club parisien pourrait profiter d’un nouvel apport annuel de 110M€ à 120M€, ce qui boosterait considérablement ses recettes.

L’autre arme redoutable pour contrer le fair-play financier est évidemment le stade, un atout dont profitent beaucoup de grands clubs européens dotés d’une enceinte capable d’accueillir plus de 60 000 spectateurs. Avec l’actuel Parc des Princes, le PSG ne parviendra pas à atteindre de tels chiffres et rien n’est donc exclu à ce sujet, pas même un déménagement dans un autre stade, même si les travaux de rénovation du Parc débuteront très prochainement. Selon la même source, les dirigeants parisiens seraient alors récemment entrés en contact avec Manuel Valls, le Ministre de l’Intérieur, afin de se renseigner sur le futur stade de 82 000 places qui prendra forme à Evry et qui profitera à la Fédération Française de Rugby. Les discussions en sont actuellement au point mort mais cette approche prouve que le PSG n’exclut absolument aucune alternative dans le cas où le Parc des Princes ne permettrait pas au club d’augmenter ses recettes de manière significative. Et du coup de rester compétitif financièrement sur la scène européenne.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club