Restez connectés avec nous

Club

Leonardo : « Je ne suis pas pressé »

Quinze jours après l’ouverture du mercato, Leonardo est revenu en longueur sur les pistes chaudes et les intentions du PSG. Après avoir évoqué les dossiers Thiago Silva, Kaka et Zlatan ibrahimovic (voir article), le directeur sportif parisien a énuméré les difficultés rencontrées sur ce marché des transferts.

« Comme tout le monde dit qu’on a beaucoup d’argent, les négociations sont souvent très difficiles. Il n’est pas question de surpayer et faire n’importe quoi pour faire « un grand coup ». Nous avons des limites, que ce soit avec Tevez ou Thiago Silva. En fait, tous les grands clubs pensent aux mêmes grands joueurs. A peu de chose près, la liste est la même partout. Qui va aller où ? Je ne sais pas. Pour l’instant, rien ne bouge et le marché européen voudrait que le PSG ouvre le bal. Mais nous ne sommes pas pressés, a expliqué Leonardo dans Le Parisien, lui qui ne recherche pas forcément une star internationale mais qui avoue recherche un grand attaquant. Je pense que ce n’est pas la bonne méthode. Il faut plutôt faire grandir le club, saison après saison et, à un moment, un grand nom arrivera. Un grand attaquant ? Je ne peux rien promettre. Les grands attaquants coûtent cher, ce sont des opérations très compliquées. On étudie, on discute, mais on ne peut pas faire de folie. Tevez a tout fait pour venir ici, mais on avait des limites. On recherche un avant-centre. Un vrai avant-centre. Mais il est difficile d’aller chercher ce genre de joueurs dans un grand club. Pour Damiao, on a parlé avec lui au mois de janvier. Mais nous n’avons jamais avancé sur le dossier. C’est un véritable avant-centre mais je pense qu’il doit encore franchir un palier pour justifier le prix demandé par ses dirigeants. »

Pendant ce temps-là, Carlo Ancelotti attend et souhaiterait évidemment obtenir ses nouveaux joueurs le plus tôt possible. Mais dans un contexte délicat, Leonardo ne veut surtout pas montrer au monde du football que le PSG est pressé et donc prêt à débourser des sommes mirobolantes pour ses joueurs. « Comme tous les entraîneurs, il aurait envie de disposer de son effectif le plus vite possible. Mais je ne suis pas pressé. Le mercato se termine dans deux mois. C’est très long. Et je ne veux surtout pas envoyer un signal au marché en disant que je suis pressé. Il n’est pas non plus question que l’on surpaye dans des proportions inacceptables. Surpayer, d’accord. Mais dans une certaine limite. Un très grand joueur par ligne ? C’est toujours l’idée. Encore faut-il trouver des joueurs meilleurs que les nôtres. On ne recrutera pas un milieu de terrain pour en avoir un en plus. »

Marcos Ceara étant parti, on peut légitimement se demander si le PSG recruter un autre latéral droit cet été. Mais pour l’instant, c’est un secteur sur lequel Leonardo ne se penche pas. « L’idée est d’avoir un groupe compétitif. Ceará a été très correct, il était en fin de parcours, on le remercie. Aujourd’hui, au poste de latéral droit, il n’y a rien. On nous propose tout le monde, mais il n’y a rien. Au PSG, il y a Jallet, mais aussi Bisevac qui peut jouer à droite, a rappelé le dirigeant brésilien, qui avoue avoir reçu une demande de départ de la part de Kévin Gameiro, le seul joueur parisien à vouloir s’en aller cet été. Seul Kevin Gameiro m’a dit qu’il voulait partir. Je comprends sa situation, mais il n’a pas d’offre concrète. On a parlé avec le FC Valence, mais ils ont arrêté avant de faire une offre. Aujourd’hui, c’est fermé, Gameiro reste là. Il est toujours un attaquant important. »

En tout cas, une chose semble sûre, Ezequiel Lavezzi va rejoindre le PSG, sûrement en début de semaine prochaine. Leonardo espère en tout cas boucler le dossier lundi. « On espère… Mais rien n’est signé. Et tant que les choses ne sont pas faites…Au niveau du jeu, il est important d’avoir beaucoup d’alternatives. En Ligue des champions, le niveau de l’adversité sera très élevé. On ne pourra pas toujours imposer notre jeu. De temps en temps, la stratégie sera le contre. Et pour le contre, on a Ménez, Pastore, Nene… et Lavezzi dont les qualités de vitesse sont très intéressantes. »

Enfin, Leonardo a tenu à expliquer pourquoi le PSG ne recrutait pas dans le championnat français. Et les raisons sont alarmantes. « Nous avons sollicité certains clubs français, mais soit on essuie des refus soit on nous demande des tarifs incroyables. Et après, on nous reproche de ne pas acheter français ! Mais on fait comment ? », s’est demandé le directeur sportif parisien, un peu désabusé par la manière de procéder des clubs de Ligue 1.

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club