Restez connectés avec nous

Adversaires

L’OM n’a pas aimé le comportement de Zlatan

Dominé dans tous les domaines par un PSG sérieux, mercredi soir, l’OM a beaucoup de mal a digéré la défaite. Les Phocéens se sentent frustrés et n’ont pas vraiment apprécié le comportement de Zlatan Ibrahimovic, comme l’a expliqué Franck Passi.

« Il est clair que ce matin les joueurs étaient encore sous le coup de la déception ; nous sommes rentrés tard de Paris, nous n’avons pas beaucoup dormi mais les joueurs sont des compétiteurs qui se sont tournés vers dimanche et ce rendez-vous avec Troyes, nous avons un dernier défi à gagner cette année. Sur les quatre buts que nous avons encaissés (2 dimanche et 2 mercredi soir), trois sont survenus sur des tirs détournés ou chanceux et le dernier, inscrit sur penalty, survient après un hors-jeu qui n’a pas été sifflé affirme Franck Passi, et même mercredi soir, je crois qu’au niveau de la possession de balle nous ne sommes pas si ridicules (55% pour le PSG, 45% pour l’OM). Sans doute, avons-nous pris un coup au moral après le 1er but d’Ibra alors que le match était très équilibré. Inconsciemment, nous avons peut-être lâché prise à ce moment-là. Nous avons un sentiment de frustration, car plusieurs décisions arbitrales sont contestables notamment en faveur d’Ibrahimovic qui, dans un match, a un comportement agaçant », a lâché l’adjoint d’Elie Baup sur le site officiel de l’OM, sans évidemment parler du comportement de Joey Barton ou encore de Jordan Ayew, énervants hier soir sur la pelouse du Parc.

Passi a toutefois tenu à reconnaître la supériorité du PSG durant cette rencontre de Coupe de France. « Paris était plus fort sur ce match, il faut savoir le reconnaître. Nous sommes tombés sur une équipée révoltée. Malgré tout, je pense que nous avons fait un bon match même si nous avons manqué d’énergie et afficher une forme d’impuissance à l’approche du but adverse. Il nous a manqué la dernière passe, de la justesse dans les centres, dans le dernier geste selon Passi, Ibrahimovic est chanceux sur le 1er but car le ballon lui revient à la sortie du duel dans lequel, avec sa puissance et son gabarit, il fait « exploser » Lucas (Mendes) puis son tir est dévié. Cette ouverture du score a offert à Paris un surplus de confiance alors que, je le répète, le sort du match était incertain jusqu’à ce but », a estimé le technicien phocéen, qui possède un jugement bien positif de la prestation de son équipe, pourtant très moyenne hier soir.

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires