Restez connectés avec nous

Club

Luyindula : « Ce sera historique »

Lors d’un long entretien accordé au journal L’Equipe, Peguy Luyindula est revenu sur son conflit avec le PSG, qui n’a visiblement pas l’air de s’arranger malgré les promesses de licenciement de la part de la direction du club.

Après plusieurs mois de mise à l’écart, l’attaquant parisien ne comprend toujours pas le comportement du club. « Moi-même, j’ai du mal à comprendre. Au départ, j’ai demandé à partir ; on n’a pas voulu. Après, j’ai demandé pourquoi on me mettait à l’écart ; on n’a pas voulu me répondre. Et quand je demande à casser mon contrat, on fait semblant de vouloir mais on ne veut pas non plus. J’ai dû attendre cinq mois pour entendre Blanc (le directeur général délégué du club) dire : “Avant de courir, il faut réapprendre à marcher”. Vous imaginez ? Peut-on décemment dire ça à un joueur, qui plus est le joueur le plus titré de ce vestiaire et le meilleur buteur en activité du Championnat (*) ? C’est le summum de la mascarade ! Leur manque de bonne foi est criant.»

Le 18 janvier dernier, Philippe Boindrieux assurait que le PSG allait accepter de laisser partir Luyindula (voir article). « C’est faux ! Mais pour Boindrieux, c’est une façon de dire : “Regardez comme on est clean et super au PSG ; c’est lui qui fout la merde”. Moi, je leur ai écrit, je leur ai demandé plusieurs fois pourquoi j’étais dans cette situation, j’ai fait des procédures. J’ai les preuves. On est en face de gens qui ne disent pas la vérité. Ils sont clairement de mauvaise foi. (…) Un mélange d’incompétence, de volonté de nuire… je ne sais pas mais je me pose des questions. Est-ce qu’il y a vraiment quelqu’un dans ce club qui décide, qui dit : “Ça suffit, c’est quoi ces bêtises ?”J’entends aussi les dirigeants dire beaucoup de choses. Mais regardez, Beckham, Tévez, Pato, ils ne les ont pas ramenés. Ils ont dit qu’ils allaient me donner mon argent et me libérer, mais là aussi rien ne s’est passé. Est-on en face de gens qui disent la vérité ? »

Désabusé par cette situation, le joueur de 32 ans a bien l’intention d’aller au bout de ses engagements auprès de la justice et menace fortement le PSG, en indiquant que le club allait être condamné pour harcèlement moral le 12 mars prochain, une première dans le monde du football français. « Je suis dans un combat d’intégrité intellectuelle, morale et physique. Je défends des valeurs et ce ne sont pas celles du foutoir, ni la loi du plus fort et du plus riche. Celui qui ne sait pas que le footballeur est une marchandise qu’il faut faire fructifier se trompe. Mais on n’a pas le droit de harceler. On est en république, pas dans un royaume avec expropriations arbitraires et droit de cuissage. Le football ne doit pas être une bulle avec ses propres coutumes. Le 12 mars, ce qui va se passer sera historique. Pour la première fois, un club va être assigné, avec tous ses complices, pour harcèlement. Et on va voir que ça sent mauvais.»

Derniers articles

Autres articles présents dans Club