Restez connectés avec nous
Ménès défend le PSG et désigne les autres clubs coupables du manque d'intérêt de la Ligue 1

Club

Ménès : « La fête à l’image du club : belle et étrange »

Après avoir vu un PSG maîtriser sa rencontre face à l’OL, Pierre Ménès s’est montré déçu par les scènes de célébration des Parisiens après l’acquisition du titre de champion de France.

« On a vu en huit jours tout ce qu’est ce PSG champion de France 2013 : c’est-à-dire insuffisant et suffisant contre les petites équipes de Ligue 1 et implacable dans les gros matchs. Le succès parisien à Gerland ne souffre aucune contestation, même si l’OL a fait un excellent premier quart d’heure, en essayant de mettre beaucoup de rythme. Il se trouve malheureusement que l’effectif lyonnais, avec ses blessures, ses méformes et ceux qui sont partis, manque cruellement de joueurs capables d’animer une attaque sur un côté. Ca s’est senti très vite car passé ce premier quart d’heure prometteur, les Lyonnais n’ont plus jamais réussi à étirer, à étouffer et à faire commettre des erreurs de relance à cette équipe parisienne. A partir du moment où Paris a mis le pied sur le ballon, le match a totalement tourné. Le PSG a alors eu la maîtrise du jeu et a logiquement ponctué cette domination par un joli but de Ménez. Le but du titre. Et sans quelques arrêts du prometteur Lopes, Paris aurait même pu alourdir le score. Dans ce match autrement plus difficile que celui de la semaine dernière au Parc devant Valenciennes, le PSG a montré l’écart important – qui pourrait devenir abyssal dans les saisons à venir – entre lui et les autres. A la fin du match, la fête a été à l’image du club cette saison : belle et étrange. Belle comme les larmes de Jallet ou la joie immense de Sakho, qui pourrait ressentir une certaine frustration mais qui a été impeccable, dans l’état d’esprit comme sur le terrain. Etrange avec ces images un peu bizarres, de ce sitting sur la pelouse – qui rappelait celui des Bleus après la finale de l’Euro 2000 – où seuls les joueurs français étaient présents à cette prise de bec Ibra-Leo dans le vestiaire, a priori imputable à un contrôle anti-dopage pour le Suédois. C’est tout ce qui fait de ce PSG une équipe parfois irritante, parfois franchement emballante », a analysé le consultant du CFC sur son blog.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club