Restez connectés avec nous
Ménès défend le PSG et désigne les autres clubs coupables du manque d'intérêt de la Ligue 1

Clasico

Ménès : « Lucas et Lavezzi, les rois parisiens »

Découvrez l’analyse de Pierre Ménès après le Clasico de dimanche soir. Le journaliste sportif a plutôt apprécié le match et la prestation des deux équipes.

« C’a été un clasico bien étrange. Même si j’ai trouvé le match très sympa, disputé sur un excellent rythme et dans un excellent état d’esprit – il convient de féliciter les deux équipes pour ça – le scénario de ce PSG-OM était assez bizarre. J’ai suffisamment insisté cette saison sur les victoires pas toujours méritées obtenues par l’OM pour dire que cette fois, Marseille n’est pas très verni sur ce match. Mandanda n’a pas eu un seul arrêt à faire alors que Sirigu a dû sortir le grand jeu à au moins deux reprises. Et puis au final, Paris a marqué sur un tir non cadré devenu un CSC de N’Koulou et sur un centre de Ménez qui a ricoché sur le tibia dIbra. Donc, c’est vrai que l’OM a toutes les raisons d’être déçu car j’ai rarement vu les Olympiens jouer un football aussi cohérent cette saison, avec un excellentissime Valbuena à la baguette, auquel on pourra seulement reprocher d’avoir gâché un centre en supériorité numérique en fin de match. Mais il a eu une telle activité, il a posé tellement de problèmes au côté gauche parisien… Avec lui d’autres Marseillais comme Barton, auteur d’une super deuxième mi-temps et André Ayew, qui s’est bien battu, ont également été bons. Le match aurait pu être tout autre si, sur le seul geste de classe de Zlatan, Lavezzi n’avait pas trouvé le poteau dès la première minute de jeu. Derrière, il y a eu une grosse pression parisienne, qui a abouti à ce but certes chanceux, mais qui conclut une remontée de balle de qualité et une séquence de neuf passes. Après l’ouverture du score, Paris a reculé. Délibérément ou pas ? Le débat a été lancé entre Duga, moi et même Ancelotti à qui on a posé la question. Duga et Carlo ont dit que non. Pourtant, la tentation de jouer le contre avec cette équipe est énorme, quand on a des mecs aussi incroyables balle au pied que Lucas et Lavezzi, les deux rois parisiens du soir. Enfin toujours est-il que c’est bien l’OM qui s’est créé les meilleures occasions par la suite, la plus belle étant le ballon piqué pied gauche de Gignac que Sirigu détourne du coude. On a ensuite eu droit à l’entrée très attendue de Beckham, qui a entraîné un changement tactique assez profond puisque Chantome est entré en même temps pour garnir encore plus le milieu. Du coup, malgré la domination olympienne la défense parisienne est restée globalement très calme et en fin de match, Ménez – qui a eu cette fois la bonne attitude par rapport à son entrée peu concernée à Valence – a sauvé le match d’Ibra. Alors évidemment, au niveau comptable c’est tout bénef’ pour Paris qui reprend trois points d’avance sur Lyon, et c’est une très mauvaise opération pour l’OM qui voit beaucoup de monde revenir sur ses talons puisque même Lille, 8e, n’est qu’à 6 points. Quand on voit en plus le calendrier lors des prochaines semaines, à commencer par un second clasico dans trois jours, Marseille peut toujours regarder devant mais va surtout devoir s’habituer à regarder derrière. Après, là où les Olympiens peuvent être rassurés, c’est qu’en renouvelant le genre de prestation livrée hier soir au Parc, ils conserveront sans problème leur troisième place. Maintenant, ce n’est pas seulement contre Paris qu’il faut élever son niveau de jeu. Il faut aussi savoir le faire à Troyes ou au Vélodrome face à Lorient », a écrit le consultant du CFC sur son blog.

Derniers articles

Autres articles présents dans Clasico